banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Amadou Mahtar Mbow : « Nous ne devrions pas avoir plus de deux ou trois partis »

09 Jui 2017
357 times

Le Sénégal ne devrait «pas avoir plus de deux ou trois partis politiques», les formations politiques ayant «les mêmes défauts et les mêmes qualités», estime le professeur Amadou Mahtar Mbow.

«Un pays comme le Sénégal ne devrait même pas avoir plus de deux ou trois partis», a déclaré M. Mbow, qui a présidé la Commission nationale de réforme des institutions (Cnri), dont certaines des mesures devaient contribuer à mettre fin à la prolifération des formations politiques.
«Plus de 40 listes pour les législatives» prochaines prévues le 30 juillet prochain, «comment les électeurs vont faire pour le vote ? Les couleurs ? Je me pose des questions», s’est-il interrogé dans un entretien publié dans l’édition de jeudi de Sud Quotidien, ajoutant sa voix à un débat qui anime la vie politique du Sénégal depuis plusieurs jours. Dans la nouvelle Constitution proposée par la Cnri en 2014, «nous avons défini les critères pour être un parti politique», a-t-il rappelé, estimant que certaines formations politiques ne sont que «des boîtes aux lettres».

«Il n’y a pas de parti traditionnel ou de parti non traditionnel. Tous les partis ont les mêmes défauts et les mêmes qualités», même si certains «sont plus grands que d’autres», a analysé Amadou Mahtar Mbow.

«Le parti dit traditionnel, le vieux parti, avait des statuts, des règles de fonctionnement et respectait un certain nombre de règlements», a fait valoir l’ancien président des Assises nationales tenues en 2008 et 2009 par l’opposition d’alors au président Abdoulaye Wade.

Cette initiative conduite entre le 1er juin 2008 et le 24 mai 2009 par le Front «Siggil Senegaal» visait à «trouver une solution consensuelle, globale, efficace et durable à la grave crise multidimensionnelle (éthique, politique, économique, sociale et culturelle)» du Sénégal. «Il y a beaucoup de gens qui veulent arriver vite sans efforts. On ne regarde même plus la capacité des gens, on ne regarde même plus leurs compétences et leurs qualités. C’est mon ami seulement, donc je lui confie des responsabilités», a déploré M. Mbow, en parlant de la vie publique dans son pays. Or, selon lui, la vocation d’un parti politique, «c’est de représenter une partie de l’opinion, c’est d’éduquer les électeurs, c’est de participer à la résolution des problèmes du pays en faisant des analyses, c’est de voir ce qui est bon ou ce qui n’est pas bon et de le dire». L’opposition politique, «c’est la conquête du pouvoir, mais on ne conquiert pas le pouvoir n’importe comment, on conquiert le pouvoir pour faire progresser le pays. Dès l’instant qu’on cherche à conquérir le pouvoir pour soi-même et non pour le pays, on n’est pas un parti politique», a soutenu Amadou Mahtar Mbow.

APS

Rate this item
(0 votes)

AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.