banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Déclaration de Politique générale du Premier ministre : Une crédibilité renforcée par les résultats (Par Ibrahima Mbodj)

06 Déc 2017
310 times

Le Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne a fait face, hier, aux députés de la 13e législature pour son deuxième exercice de Déclaration de politique générale (Dpg), après celle du 11 novembre 2014. Il s’est donc agi, pour lui, avant de décliner les perspectives tracées pour le Sénégal pour les prochaines années, sous l’impulsion du président Sall, de faire le bilan du programme présenté trois ans auparavant et mieux de toutes les avancées notées depuis 2012.

Et assurément, même si tout n’a pas été intégralement réalisé, le bilan semble toutefois fort positif. Dans tous les secteurs de notre économie nationale, une évolution positive et des réalisations concrètes ont été notées. Il serait fastidieux de faire une revue exhaustive de toutes ces avancées, car le Premier ministre l’a déjà fait, et avec brio, dans sa Déclaration de politique générale.

Quelques exemples suffiront pour illustrer mes propos. Dans le domaine de l’éducation et de l’enseignement supérieur, des progrès indéniables ont été faits tant dans la création d’établissements scolaires, d’universités (Diamniadio, Kaolack) et d’instituts de formation professionnelle. « Entre 2012 et 2016, au-delà des programmes de réhabilitation, le gouvernement a investi environ 132,6 milliards de FCfa pour construire et équiper 9.538 salles de classe, 333 écoles élémentaires, 162 collèges de proximité, 21 lycées, 20 blocs scientifiques et technologiques, et 12 ‘‘daaras’’ modernes », et 7.481 enseignants ont été recrutés, a révélé le Premier ministre. Des investissements colossaux ont été réalisés dans le secteur de l’enseignement supérieur avec « un montant de 434 milliards de FCfa qui sera injecté dans le sous-secteur, entre 2012 et 2019, constituant ainsi plus du double de tout ce qui a été investi dans l’enseignement supérieur de 1960 à 2012 », sans oublier l’équipement des laboratoires.

Investissements colossaux
Concernant les infrastructures entre 2012 et 2017, plus de 1.362 km de routes, 52 km d’autoroutes et 13 nouveaux ponts, ainsi que plus de 2.500 km de pistes rurales, pour près de 1.300 milliards de FCfa, ont été construits. Dans les campagnes, le Pudc a redonné sourire et espoir en réalisant pistes de production, forages…

Autour du tout nouvel aéroport Blaise Diagne de Diass, enserré dans un réseau d’autoroutes, on ne peut s’empêcher de penser à ce que sera le Sénégal émergent en 2035 grâce au Pse. L’autoroute Ila Touba, avec ses 113 km, comme le Ter qui desservira l’Aibd seront livrés avant fin 2018. Et la petite bourgade de Diamniadio est devenue, aujourd’hui, le laboratoire de ce Sénégal du futur.

Si l’on prend l’agriculture, la production a augmenté dans toutes les filières (1,411 million de tonnes d’arachide en 2017 contre 527.000 tonnes en 2011). Et même si l’objectif d’atteindre l’autosuffisance en riz en 2017 n’a pas été atteint, on n’en est plus loin avec le 1,015 million de tonnes atteint cette année. Quant aux domaines agricoles communautaires et les fermes piscicoles, ils ont ouvert des opportunités d’emplois pour des milliers de jeunes autrefois confrontés à l’émigration.

Dans le domaine de l’énergie, notre pays dispose maintenant d’une puissance additionnelle de 270 MW sur le réseau en 2016 pour renforcer un parc qui était de 573 MW en 2011. Une électricité abondante et bon marché étant un facteur de compétitivité.

Et de la même manière, l’approvisionnement en eau dans les villes et les campagnes s’est beaucoup amélioré grâce à des investissements conséquents pour construire châteaux d’eau et forages. Dakar aura une usine de dessalement de l’eau de mer et le projet Keur Momar Sarr 3 a été lancé.

Les perspectives s’annoncent bonnes avec un taux de croissance qui frôle les 7 %. Cette croissance doit ruisseler comme disent les économistes et toucher toutes les couches de la population. C’est pourquoi, tout au long de sa Dpg, le Premier ministre n’a cessé de répéter un « Sénégal de tous, un Sénégal pour tous ». Notre avenir pétrolier et gazier (à partir de 2021), encadré par différents instruments de contrôle et de transparence (Cos Petrogaz, Itie), permet de fonder de légitimes espoirs.

Mais, dans le contexte de terrorisme que vit le monde, notre pays se doit d’être vigilant, sans oublier l’insécurité grandissante dans nos villes surtout et qui requiert un traitement radical. La montée en puissance des forces de sécurité nationales peut être considérée comme un début de réponse.

Par Ibrahima MBODJ

Rate this item
(0 votes)

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.