banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Ingérence présumée dans l’ « affaire Khalifa Sall » : L’Association des maires du Sénégal écrit à Anne Hidalgo

03 Jan 2018
626 times
Aliou Sall, président de l’Ams Aliou Sall, président de l’Ams

Les sorties récurrentes de Mme Anne Hidalgo, la mairesse socialiste de Paris, plaidant en faveur de son homologue Khalifa Sall, l’édile socialiste de Dakar, dans les liens de la prévention, ont fait réagir, hier, l’Association des maires du Sénégal (Ams) qui, par la voix de son président, Aliou Sall, lui a rappelé les « principes sacrés » républicains qui régissent l’Etat de droit et « fécondent son esprit et son intangibilité ».

C’est à travers une correspondance, datée d’hier, que le président l’Ams, par ailleurs maire de la ville de la Guédiawaye, s’est adressé à la mairesse socialiste de Paris, Mme Anne Hidalgo, pour son ingérence dans un dossier pendant devant la justice. Selon lui, « une certaine idée de la République et des principes sacrés qui fécondent son esprit et son intangibilité » lui imposent, en sa qualité de président de l’Ams, le « devoir » de la saisir « suite à [sa] maladroite ingérence relative à un dossier pendant en justice au Sénégal ». Aussi, M. Sall, qui se dit « respectueux du sacro-saint principe de la séparation des pouvoirs et de la souveraineté des États », se fait l’écho, à travers cette missive, « du sentiment des maires du Sénégal qui constatent que cette prise de position inédite a installé un malaise réel dans l’esprit des élus ». Qui plus est, « cette intrusion s’avère bien plus sérieuse qu’un simple dérapage verbal, en décalage avec la hauteur et la densité auxquels l’écosystème politique est tenu. Un maire ne peut se soustraire aux précautions oratoires et s’autoproclamer «procureur» », souligne le texte. Et le maire de Guédiawaye de lui rappeler qu’ « aucune personnalité politique ici, au Sénégal, ne s’est jamais prononcée sur des décisions émanant de la justice française, quand bien même il s’est agi du dossier d’emplois fictifs à la mairie de Paris qui a conduit à la condamnation de hautes personnalités », poursuit le texte. En outre, « l’onction électorale et la légitimité du suffrage universel ne donnent à aucun élu un blanc-seing qui lui garantit une immunité judiciaire ou le soustrait de facto à l’obligation de la reddition des comptes et de l’imputabilité ». Et de lui rappeler que le Sénégal « est un pays ouvert et démocratique, à l’armature constituée de solides institutions tenues par des femmes et des hommes de compétence et de conviction et dont la bonne gouvernance constitue l’épine dorsale ». Mieux, a ajouté M. Sall, le Sénégal, « c’est aussi une justice indépendante, non sélective, qui reste imperturbable face aux vociférations outre atlantique, aux agitations politiques et pressions multiformes dont les motivations sont de tous connues », précise le texte. Concluant sa correspondance, le maire de Guédiawaye ne s’est pas empêché de renouveler à la locataire de l’hôtel de ville de Paris son « attachement au respect » qu’ils se doivent « mutuellement en tant que collectivités locales d’égale dignité ». Non sans lui rappeler « la sérénité et l’esprit de responsabilité qui doivent être convoqués, même au milieu des tourbillons qui, par nature, sont passagers, pour ne pas entraver le travail des institutions judiciaires auxquelles nous devons faire confiance ».

Aussi, parce qu’ « une justice républicaine et impartiale au service d’une gouvernance moderne de rupture est le socle de notre émergence », le président de l’Ams l’invite par devoir « à les y accompagner à l’instar de la coopération exemplaire que nous entretenons avec la France et avec les maires de France ». Ce qui n’empêche que « le devoir de solidarité vis-à-vis de nos collègues, quand ils trébuchent sur les travers de leur municipalité, a des limites objectives que la raison nous empêche de franchir et que le serment sacré nous interdit de violer », conclut le courrier.

Mamadou Lamine DIEYE

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.