banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Election présidentielle : Les listes électorales provisoires publiées

03 Juil 2018
2280 times

Après la refonte du fichier, les listes provisoires sont disponibles. Face à la presse, la direction générale des élections a décrit les grandes lignes. Ainsi, les citoyens n’y figurant par omission ont une période de 15 jours pour être rétablis dans leurs droits. Le directeur de la communication, M. Bernard Cissé, n’a pas manqué d’expliquer les raisons de l’absence de Karim Wade sur les listes provisoires.

Par décret Numéro 2018, 476 du 20 février 2018, le Chef de l’Etat Macky Sall, avait demandé, conformément au Code électoral, une révision des listes électorales en vue de l’élection présidentielle du 24 février 2019. Cette étape du processus électoral est désormais bouclée et les listes provisoires sont désormais disponibles. Face à la presse, la direction générale des élections est revenue sur les grandes lignes de cette liste. Selon M. Bernard Demba Cissé, directeur de la communication, « avec cette révision qui a eu lieu du 1er mars au 30 avril 2018, au Sénégal et à l’étranger, il s’agissait, pour les citoyens, de faire des demandes d’inscription, de changement de circonscription, de duplicata pour cause de pertes, d’altération de la carte d’identité, de changement de lieu de vote, de changement de statut, de correction, de photo, de radiation…Conformément à l’article 7, les demandes ont pris fin le 23 avril 2018. Mais les commissions étaient restées pour prendre en compte, dans la période du 24 au 30 avril, les décisions de justice ou celles des représentations diplomatiques ou consulaires au cas où un citoyen contesterait un rejet de la demande », dit-il. Au total, la révision passée a enregistré un total de 495 919 mouvements, dont 440 547 au Sénégal, et 55 272 à l’étranger. Dans le détail, M. Cissé révèle que «381.052 demandes d’inscription ont été notées, 59 248 demandes de modification d’adresse électorale, 58 demandes de changement de statut, 189 demandes de radiation. A l’étranger, 50 052 demandes d’inscription ont été notées, 5214 demandes de modifications, 6 demandes de changement de statut… », poursuit le directeur de la communication de la Dge.

Un délai de 15 jours pour introduire un recours
Et à partir de ce lundi, les listes sont transmises aux préfets, sous-préfets, présidents de conseil, aux chefs de représentation diplomatiques. Mais elles ne seront pas affichées. «Les préfets, sous-préfets…dressent un PV de réception des mouvements et des rejets. Ce PV est affiché sur les tableaux. C’est cette formalité d’affichage du PV de réception et non d’affichage des listes qui vaut publication des listes provisoires issues de la dernière révision des listes électorales. Les citoyens concernés pourront consulter les listes selon les diligences et dispositions que chaque autorité responsable prendra », cadre-t-il.

La direction générale des élections donnent aux citoyens ayant formulé une demande lors de la révision, l’occasion d’introduire un recours en cas d’omission ou d’erreur. «A partir de ce mardi 3 juillet, ils ont un délai de 15 jours pour saisir le tribunal d’instance de leur ressort ou le chef de la représentation diplomatique ou consulaire pour ceux qui sont à l’étranger, en cas de rejet, d’omission ou d’erreur, ils doivent se munir du récépissé remis par la commission de révision.  Ils peuvent introduire le recours directement ou par l’intermédiaire de la Cena.

Cette étape passée, le ministre arrêtera et publiera la liste des électeurs. Il faut que les populations concernées par cette révision se rapprochent des commissions pour éventuellement être rétablis dans leurs droits. Notre système électoral étant soumis au droit, l’administration électorale se soumettrait comme par le passé, aux décisions de justice. Et au final, les listes définitives seront publiées, selon le code électoral, l’administration a au moins jusqu’au moins à 30 jours des élections», a-t-il précisé.            

Oumar FEDIOR

LES RAISONS DU REJET DE LA DEMANDE D’INSCRIPTION DE KARIM WADE
Interpellé sur la présence ou non de Karim Wade sur les listes provisoires, le directeur de la communication de la direction générale des élections, a répondu par la négative, avant d’en expliquer les motifs. «Quand nous avons parlé de radiation d’électeurs, il s’agit d’électeurs décédés ou condamnés à des peines imposant qu’ils ne figurent plus sur les listes électorales. Pour ce qui est de Karim Wade, il a introduit une demande d’inscription sur les listes électorales, sa demande a été rejetée parce que l’article L31 dit que «ne doit pas être inscrit sur la liste électorale les individus condamnés pour crime, les condamnés à une peine d’emprisonnement sans sursis, ou à une peine d’emprisonnement avec sursis d’une durée supérieure à un mois, assortie d’une amende pour l’un des délits suivants : vol, escroquerie, abus de confiance, trafic de stupéfiants, détournement et soustraction commis par les agents publics, corruption et trafic d’influence, contrefaçon et en général pour l’un des délits passible d’une peine supérieure à 5 ans d’emprisonnement.

Le même article dit que ceux qui sont condamnés à 3 mois sans sursis ou une peine d’emprisonnement supérieure à 6 mois avec sursis pour un délit autre que ceux que je viens de citer. C’est cela qui a fait que les services centraux sur ce que dit l’article, ont estimé que Karim Wade ne devait pas être inscrit sur les listes électorales », a expliqué M. Cissé.
Mieux, il précise que n’ayant pas participé à la refonte partielle des listes, «Karim n’y figurait pas avant la révision exceptionnelle des listes électorales et du fait que sa demande a été rejetée sur appréciation des services centraux, il n’y figure pas encore.

Cependant, il faut préciser que chaque citoyen dispose, durant cette période de contentieux, du droit de saisir le tribunal d’instance ou bien de saisir le chef de la représentation diplomatique ou consulaire qui, en l’espèce, agirait comme s’il s’agissait d’un magistrat, sa décision s’imposerait à l’administration et les voies de recours supplémentaires lui restent ouvertes. Au demeurant, il ne s’agit pas d’un électeur radié, dans la mesure où Karim ne s’était pas déplacé lors de la refonte des listes électorales,  comme tous les autres citoyens qui ne s’étaient pas déplacés, avait été enlevé des listes », a-t-il précisé.  

Oumar FEDIOR

 

Last modified on mardi, 03 juillet 2018 10:50
Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.