banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

7ème Reunion du forum Chine-Afrique des think-tanks : L'Afrique invitée à tirer profit de la délocalisation industrielle

05 Juil 2018
1825 times

Beijing- La 7e réunion du forum Chine-Afrique des think-tanks et des médias a été ouverte, hier, dans la capitale chinoise. Rassemblant des intellectuels chinois, africains et des journalistes, cette rencontre qui se tient régulièrement depuis 2011 se donne pour objectif de mener une réflexion stratégique pour développer les relations sino-africaines.

Plusieurs dizaines d'intellectuels chinois, africains et des journalistes vont, pendant deux jours, échanger sur les voies et moyens d'approfondir les relations entre la Chine et l'Afrique qui sont devenues un enjeu important pour les deux parties.

Hier, en ouvrant la rencontre, M. Chen Xiadong, ministre adjoint des Affaires étrangères de la Chine sur le développement des échanges entre son pays et l'Afrique qui, en 1978, sont passés de 700 millions à 210 milliards de dollars aujourd'hui. La Chine, dit-il, a noué un partenariat stratégique avec 24 pays africains.

Le partenariat que propose la Chine à notre continent, selon M. Chen, est basé sur la sincérité et les avantages mutuels. Toutefois, regrette-t-il, les pays occidentaux, avec leur arrogance habituelle, essaient de saper ces relations par le biais de la désinformation comme par exemple ce qu'ils disent de l'aggravation de la dette africaine à l'égard de la Chine. Selon l'officiel chinois, la coopération de son pays avec l'Afrique n'est pas assortie de conditions politiques. Elle contribue au développement économique local en veillant à renforcer les capacités internes et elle accompagne l'Afrique dans son attractivité, tout en veillant à ne pas aggraver sa dette. Il est persuadé que les tentatives infondées et malveillantes de certains pays ne trouveront jamais un écho favorable dans le public africain. Dans un mois, au début de septembre prochain, se tiendra, à Beijing, le Forum de la coopération Chine-Afrique, coïncidant avec le 40ème  anniversaire des réformes en Chine.  Beaucoup de dirigeants africains seront présents et ce forum ouvrira d'autres opportunités pour l'Afrique, notamment à travers l'initiative de la Route de la soie. À ce sujet, il a invité les think-tanks à approfondir leur réflexion.

Selon Zhang Yangtong, directeur adjoint du bureau des conseillers du Conseil des affaires d'État, le socialisme à la chinoise, basé sur la réforme et l'ouverture, va se poursuivre car c'est le moyen pour éradiquer la pauvreté. Et la Chine qui veut inspirer l'Afrique a décidé, cette année, dans sa diplomatie, de lui consacrer une part importante de sa coopération, dans un esprit de partenariat gagnant-gagnant.

Modèle de coopération gagnant-gagnant

Dans cette même veine, le doyen du corps diplomatique africain à Beijing et ambassadeur de Madagascar, Victor Sikonina, a indiqué la réflexion des think-tanks, depuis 2011, en identifiant des centres d'intérêt permettant de jeter les jalons d'un modèle de coopération gagnant-gagnant. Toutefois, il estime que les retombées de la coopération sino-africaine ont surtout touché les grandes villes du continent et il faudrait maintenant qu'elles atteignent les campagnes, grâce à l'électricité, l'eau et l’internet.

D'autres intervenants ont souligné la nécessaire industrialisation de l'Afrique et le rôle que peut y tenir la Chine, notamment par les délocalisations. Selon Justin Lin Yifu, conseiller du Conseil d'État et doyen de l'école nationale du développement de l'université de Pékin, après avoir bénéficié au Japon à partir de 1945 et plus tard à Taïwan, Singapour, la Corée du Sud, la Malaisie et la Thaïlande, un nouveau cycle de délocalisation industrielle est apparu et constitue une opportunité à saisir pour l'Afrique. La Chine, 2e économie mondiale et premier acteur commercial va devenir un pays à revenus supérieurs et endosser des responsabilités mondiale d'où l'initiative de la Route de la soie (une ceinture, une route) pour un développement international harmonieux. Mais l'Afrique doit se départir des théories occidentales qui ne lui ont pas, jusqu'à présent, apporté le développement et essayer d'autres voies comme celle que propose la Chine, a indiqué l'intervenant.

Le rôle des médias dans le développement des relations sino-africaines et une meilleure connaissance et compréhension entre les peuples ont été mis en épingle. Le constat étant que la presse occidentale désinforme sur l'Afrique et la Chine, il faut développer la coopération entre les médias chinois et africains pour donner la bonne information.  Des pas ont été effectués dans ce sens, selon des participants même s'il reste beaucoup de chose à faire. La Chine accueille, chaque année, des journalistes africains et essaie de nouer des partenariats avec des médias du continent. Selon Li Yafang directrice générale de la revue Chinafrique, son organe de presse à ouvert un bureau en Afrique du Sud et à noué un partenariat avec le quotidien le Soleil à Dakar au Sénégal qui tire et diffuse la publication chinoise dans la sous-région ouest africaine.

Ibrahima Mbodj, envoyé spécial

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.