banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Seydou Guèye, porte-parole de l’Apr : « Karim Wade sait mieux que quiconque qu’il ne peut être ni électeur, encore moins éligible »

15 Juil 2018
759 times
Seydou Guèye, porte-parole de l’Apr : « Karim Wade sait mieux que quiconque qu’il ne peut être ni électeur, encore moins éligible » Photo d'archives

Face à la presse hier, le Porte-parole de l’Alliance pour la République, Seydou Guèye a réaffirmé « l’inégibilité » de Karim Wade, candidat du Parti démocratique sénégalais (Pds).

«Karim Wade sait, mieux que quiconque, qu’il ne peut être ni électeur, encore moins éligible », a martelé, hier, Seydou Guèye, porte-parole de l’Alliance pour la République. C’était lors d’un point de presse tenu au siège de l’Apr à Dakar, en présence d’autres ténors du parti dont Yakham Mbaye, Luc Malick Sarr et Abdourahmane Ndiaye.

Pour étayer ses propos, Seydou Guèye a convoqué l’article L31 du code électoral sénégalais qui stipule : « Ne doivent pas être inscrits sur la liste électorale, les individus condamnés pour crime; ceux condamnés à une peine d’emprisonnement sans sursis ou à une peine d’emprisonnement avec sursis d’une durée supérieur à 1 mois, assortie ou non d’une amende pour l’un des délits suivants : vol, escroquerie, abus de confiance, trafic de stupéfiant, détournement et soustraction par les agents publics, corruption et trafic d’influence, contrefaçon et en général pour l’un des délits paisibles d’une peine supérieure à cinq (5) ans d’emprisonnement. Ceux condamnés à plus de trois mois d’emprisonnement sans sursis ou à une peine d’emprisonnement d’une durée supérieure à six (6) mois avec sursis, pour un délit autre que ceux énuméré au deuxièmement ci-dessus sous réserve des dispositions de l’article L30 ; ceux qui sont en état de contumace; les faillis non réhabilités dont la faillite a été déclarée soit par les tribunaux sénégalais, soit par un jugement rendu à l’étranger et exécutoire au Sénégal. Ceux contre qui l’interdiction du droit de voter a été prononcée par une juridiction pénale de droit commun, les incapables majeurs ».

C’est pourquoi, le porte-parole de l’Apr a désapprouvé tout propos visant à incriminer le président de la République dans ce dossier.

« Qu’on ne mêle pas le président de la République, Macky Sall, à cette affaire. Car au Sénégal, la validité d’une inscription sur les listes électorales ou d’une candidature n’est pas du ressort du président de la République mais de celui de la loi. La loi est dure, mais elle reste la loi », a lancé le secrétaire général du gouvernement. Justifiant les affaires dites « Khalifa Sall » et « karim Wade », le Porte-parole a rappelé la politique de promotion de la bonne gouvernance enclenchée par le président de la République depuis son arrivée au pouvoir. Il a dénoncé  « une stratégie politico-médiatique, basée sur la désinformation et visant à détourner l’attention des Sénégalais sur des questions de fonds, orchestrée par les soutiens des deux responsables politiques. « Le Sénégal demeure un Etat de droit, une démocratie », a martelé Seydou Guèye qui a insisté : « le président de la République a inscrit son action sous le signe de la bonne gouvernance, de la reddition des comptes et de la lutte contre toutes les formes de corruption ».

Il a rappelé que l’ancien ministre de la Coopération internationale, des Infrastructures et des Tansports aériens a été condamné par la justice sénégalaise à une peine de 6 ans de prison assortie d’une amende de plus de 130 milliards de F cfa. Par conséquent, a souligné Seydou Guèye, après épuisement de toutes les voies de recours, cette décision de justice est définitive».

Babacar DIONE

LES AVOCATS DE KHALIFA SALL DÉBOUTÉS PAR LA COUR DE JUSTICE DE LA CEDEAO
S’agissant du dossier Khalifa Sall, Seydou Guèye a rappelé qu’une décision de justice rendue en première instance a condamné le maire de Dakar à 5 ans de prison parce que coupable de plusieurs délits dont « faux et usage de faux dans des documents administratifs, complicité de faux ». Selon le porte-parole, l’arrêt rendu récemment par la Cour de justice de la Cedeao doit être replacé dans son contexte. « La juridiction communautaire n’a statué qu’en matière de violation des droits de l’homme. En effet, la Cour n’est pas une juridiction pénale, ni une instance d’appel encore moins une juridiction de cassation. Il n’existe aucun rapport hiérarchique entre elle et les juridictions des pays membres de la communauté si ce n’est des rapports de coopération », a-t-il fait remarquer. C’est pour cette raison que M. Guèye a estimé que « les commentaires des avocats du maire de Dakar sont dangereux et préjudiciables à une juridiction qui a lu le droit ». «  La Cour a retenu, dans sa jurisprudence, qu’elle n’est pas compétente à connaître les recours contre les juridictions nationales ». Il souligne que la Cour a débouté les Conseils du maire de Dakar sur la mise en liberté et la cessation des poursuites. Selon Seydou Guèye, la Cour a aussi ramené les prétentions de réparation des avocats du maire de 50 milliards de Fcfa à 35 millions. « La Cour a dit qu’elle laisse le soin aux juridictions nationales de continuer la procédure. C’est donc un camouflet. Le procès se poursuit à notre Cour d’appel. Laissons la justice faire son travail », a-t-il dit.

B. DIONE

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.