banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Le mouvement 2Mn (Macky Mo Gnu Nioor) a tenu, hier, un point de presse au cours duquel il a annoncé la création, en son sein, d’un bureau des cadres. Celui-ci entend sensibiliser sur les réalisations du président de la République à travers des panels.  

Porté hier à la tête du bureau des cadres du mouvement «Macky Mo Gnu Nioor» dirigé par le conseiller spécial du chef de l’Etat, Cheikh Mbacké Sakho, Abdoulaye Seck a déclaré, hier, lors d’un point de presse que le mouvement 2Mn a pour objectif spécifique la réélection du président Macky Sall dès le premier tour à travers la vulgarisation des nombreuses réalisations observées depuis 2012.

Il a ainsi fait comprendre que le comité des cadres du mouvement s'engage à jouer un rôle déterminant dans la gestion des affaires publiques. « Dans ce sens, des panels seront animés par des experts pour apporter des contributions stratégiques. Des éclairages seront aussi apportés aux Sénégalais sur des questions de l'heure à travers des visites de proximité », a-t-il déclaré.

Il a rappelé les actions du président Macky Sall allant dans le sens de la restauration du quinquennat pour le mandat présidentiel, de la modernisation du rôle des partis politiques dans le système démocratique, de la représentation des Sénégalais de l'extérieur par des députés et de l'élargissement des pouvoirs de l'Assemblée nationale en matière de contrôle de l'action gouvernementale et d'évaluation des politiques publiques.
Le mouvement compte miser sur des réalisations comme la Couverture maladie universelle,  la baisse des loyers, la baisse de l'impôt sur le revenu, le programme national de bourses de sécurité familiale, le pôle urbain de Diamniadio, le Pudc, etc.

Abdoulaye Seck n'a pas manqué d'énumérer l'accès à l'eau potable pour plus de 660.000 habitants, l'électrification de plus de 406 villages..."Le président de la République est un vrai leader en ce sens qu'il a une vision claire, une stratégie bien pensée et dispose de connaissances, de compétences et d'un bon comportement », a dit M. Seck. Concernant le pétrole et le gaz, le mouvement compte axer sa contribution sur la gestion du risque. Il annonce un panel dans le courant du mois de juillet avec l'organisation d'une réflexion sur le pétrole et le gaz.

Amadou DIOP

A la suite des fortes pluies notées dans la capitale ivoirienne, ayant occasionné une vingtaine de morts, le chef de l’Etat, Macky Sall, a exprimé sa « solidarité » au peuple ivoirien. Sur son compte Twitter, le chef de l’Etat écrit ces lignes : «J’exprime ma solidarité et mes condoléances aux familles endeuillées de Côte d’ivoire, au président Alassane Ouattara et au peuple ivoirien frère, suite aux pluies torrentielles ».   Le président Macky Sall a écrit ce message de soutien depuis la Russie où il séjourne depuis dimanche, dans le cadre de la coupe du monde 2018. Les fortes précipitations ont fait 19 morts.  Selon les autorités ivoiriennes, d’importants dégâts matériels ont été signalés.
 

M. NDONG

Le chargé de la communication du Parti démocratique sénégalais (Pds), Mayoro Faye, interpellé sur la proposition de l’ancien Premier ministre, Idrissa Seck, de payer l’amende de Karim Wade, a soutenu que cela est une proposition qui n’engage en rien le Pds. Il informe aussi que le parti va se prononcer d’ici au vendredi sur le débat concernant la recevabilité ou non de la candidature de Karim Wade.

Récemment, le responsable du parti Rewmi, Idrissa Seck, a proposé des cotisations pour payer l’amende réclamée à Karim Wade et estimée à 138 milliards de francs Cfa. Mayoro Faye, chargé de la communication du Parti démocratique sénégalais (Pds), dégage en touche et indique que le parti ne s’est jamais réuni pour étudier cette question encore moins pour en parler. «Ce sont des propositions de Idrissa Seck. Elles n’engagent en rien notre parti, le Pds. Aujourd’hui, le Pds est sur d’autres perspectives et notre candidat ne doit rien à personne. Je vois donc mal que quelqu’un qui n’est pas de notre parti puisse proposer qu’on organise une quête pour payer une dette que notre candidat ne doit à personne», martèle le chargé de la communication du Pds joint par téléphone.

Pour M. Faye, quelle que soit la motivation de cette proposition, «le Pds ne se sent pas concerné et est en train de se battre, sur le plan national, à la base et à l’étranger pour remobiliser le parti, les mouvements de soutien au candidat et pour préparer le retour du candidat». Il affirme que le Pds ne se sent point concerné par cette proposition.

Authenticité des lettres de Karim Wade
Sur le débat soulevé de nouveau sur la recevabilité de la candidature de Karim Wade, Mayoro Faye a révélé que le parti ne s’est pas prononcé officiellement sur la question, mais cela devrait se faire dans cette semaine. «Nous attendons que la direction du parti nous convoque pour étudier cette question. Cela va se faire sans tarder, mais pour le moment, je n’ai pas encore la position du chef de parti pour me prononcer sur cela», nous confie Mayoro Faye.

En outre, depuis sa grâce présidentielle, Karim Wade qui se trouve au Qatar multiplie les envois de missives en direction de son parti et de ses militants. Cela a fini même par interpeller certains sur l’authenticité de ces messages, notamment sur le dernier document. Sur ce, il assure que les lettres envoyées par Karim Wade ne peuvent être qu’authentiques car le Pds est un parti responsable. «Ce sont les détracteurs du parti démocratique sénégalais et de son candidat qui avancent ce genre d’allégations. Mais ça ne fait pas sérieux. Un parti comme le Pds est un parti sérieux, un parti d’Etat qui sait faire les choses dans les règles de l’art. Peut-être que c’est le contenu de la lettre qui ne les convient pas. Mais de toute façon, c’est une déclaration authentique faite par le candidat du Pds, Karim Wade, lui-même, depuis Doha et il n’y a pas lieu de manipulation ou de politique», argue Mayoro Faye.

Oumar KANDE

Mise en œuvre du Pse

Le chef de l’Etat invité à signer le pacte d’engagement social pour les enfants

L’Association des Médinois de la diaspora au Sénégal (Akmd) a invité le chef de l’Etat à signer le pacte social d’engagement en faveur des enfants. Pour cette association, ce serait une manière d’éradiquer la faim chez les enfants défavorisés et particulièrement chez ceux qui sont en milieu scolaire, à travers une telle opération.

Si le programme « un élève un petit déjeuner à l’école » profite jusque-là aux enfants de la commune de Médina, l’ambition de cette structure est de faire bénéficier à l’ensemble des 159 écoles primaires et secondaires de Dakar au plus tard le 30 juin 2020. « Notre objectif est de faire de l’opération un élève un petit déjeuner une cause nationale,  ainsi, chaque écolier aura au moins un repas chaud chaque jour à l’école avant de commencer sa journée de classe. Notre souhait est de travailler pour que le programme un élève un petit déjeuner  à l’école  soit une part intégrante du Pse », lit-on dans la note signée par Ousmane Kanté, fondateur de ladite association. Mieux, cette structure attend de l’Etat, un soutien administratif, logistique et financier.

Pour avoir capitalisé l’expérience et des compétences sur le terrain, cette association souhaite « un suivi rigoureux et pérenne » de cette activité au grand bonheur des élèves. « Ce programme, ajoute-t-il, soutient notre système éducatif en même temps qu’il nourrit un espoir d’insertion sociale et professionnelle pour des adultes qui peuvent ainsi allier construction sociale et promotion individuelle. En cela notre programme est un régulateur social, porteur d’espoir et d’emplois ».

M. NDONG

 

Visite du chef de l’état en Russie

Dakar et Moscou vont renforcer leur coopération
économique

En visite en Russie, le président de la République, Macky Sall, a été reçu par son homologue, Vladimir Poutine. Le renforcement de la coopération entre les deux Etats a été au menu des échanges.

Le chef de l'Etat, Macky Sall, a eu, hier, un tête-à-tête avec son homologue russe, Vladimir Poutine. Selon une note de la présidence de la République, le renforcement de la coopération économique entre Dakar et Moscou, dans plusieurs secteurs, notamment la pêche, l'industrie et l'énergie était au menu des discussions.

Avant son audience avec le chef du kremlin, Macky Sall a confié à l’agence de presse russe que Dakar et Moscou peuvent coopérer dans plusieurs secteurs.  « Nous n’allons pas signer un accord, mais nos entretiens nous donneront une idée de la direction à suivre pour notre coopération", a déclaré le président. Macky Sall a souligné que  c’est la première réunion bilatérale entre les deux chefs d’Etat. Il a rappelé n’avoir  rencontré son homologue que brièvement en 2013, lors du sommet du G20 à Saint-Pétersbourg. « Je suis heureux de rencontrer mon collègue, le président Poutine, aujourd'hui », a-t-il dit.  Le président du Sénégal s'est rendu en Russie dimanche dernier pour soutenir l’équipe nationale de football  qui participe à la Coupe du monde.

Macky Sall a dit aux médias Russes que le Sénégal s'intéresse à une coopération dans le domaine de la formation,  notamment dans le secteur de l'énergie. « Le pétrole et le gaz ont été récemment découverts au Sénégal.   L'Etat du Sénégal cherche un endroit pour envoyer des jeunes pour une formation dans ce domaine qui est très important.  Il a indiqué qu’il existe de nombreux domaines prometteurs dans lesquels les relations bilatérales pourraient être développées. Il a insisté sur les domaines techniques.

Selon l’agence de presse russe, le président Sall a également annoncé que le Sénégal ouvre ses marchés à l'investissement russe si les investisseurs montrent un intérêt pour les opportunités qu’offre le pays. « S'il y a des investisseurs russes qui sont prêts à venir nous voir, nous ouvrirons le marché pour eux », a déclaré M. Sall. Il a souligné que le gouvernement était prêt à soutenir les projets d'investissements étrangers dans le pays. « Le marché du Sénégal est ouvert. Nous attendons des investisseurs russes dans différents domaines et dans la coopération entre les secteurs privé et public », a-t-il insisté.  M. Sall a également remercié le président et le peuple russes pour l’organisation de la Coupe du monde de la Fifa 2018. « Le tournoi a été organisé à merveille, M. Poutine et le peuple russe devraient en être remerciés et félicités, c'est merveilleux », a-t-il déclaré. S’agissant de la victoire du Sénégal sur la Pologne, le chef de l’Etat a dit que c’est le résultat du travail des Sénégalais pendant des années.  Il  a émis l'espoir de voir l'équipe nationale continuer  à gagner, ajoutant qu'il regarderait le Sénégal affronter le Japon ce dimanche.

Babacar DIONE (avec l’agence de presse russe)



Le chef de l’Etat a visité le Grand Palais du Kremlin


À Moscou, le président Macky Sall a visité le grand palais du kremlin, après son entretien avec le président Vladimir Poutine. Un lieu rempli d'histoire et de symboles. Un endroit mythique témoin d'une époque glorieuse de la Russie avec des figures emblématiques comme Staline et Lenine, entre autres.

 

Etudiant en Master 2 en Economie rurale à la Faculté des sciences économiques et de gestion (Faseg) de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Abdoulaye Diagne est le nouveau leader du Mouvement des élèves et étudiants républicains (Meer). Dans cet entretien, Abdoulaye Diagne décline sa feuille de route qui consistera, en grande partie, à la redynamisation du Meer.


Vous avez été désigné coordonnateur provisoire du Meer. Comment vous comptez accomplir votre mission en 30 jours?
Je vais diriger ce mouvement pendant un mois comme l’a décidé le président de la République. Sa décision est à exécuter. Malgré toutes les difficultés, nous allons nous battre  pour réussir. Nous allons consacrer les premières 15 jours du mois de juin à l’organisation. Il y aura des réunions entre les différents candidats qui prétendent coordonner le mouvement dans les mois à venir pour au moins essayer d’instaurer un cadre d’harmonisation.  Nous allons œuvrer pour qu’il y ait un esprit d’unificateur de toutes les forces vives du mouvement. Après les différentes rencontres que nous allons tenir avec les candidats, nous allons, à la demande du président, mettre sur place un comité exécutif. C’est-à-dire,  chaque candidat sera représenté par 3 personnes. Chaque université aura un représentant, plus le représentant de Pikine. Il y aura, au total, un groupe de 26 membres qui vont composer le comité exécutif. C’est à travers ce comité exécutif que les actions vont commencer à être déroulées. Et nous allons commencer à dégager une feuille de route.

Est-ce à dire que votre mission, pendant tout le mois de juin, consiste à relancer ce mouvement qui était, depuis quelques années, en léthargie ?
Effectivement. Je pense que nous avons les compétences pour relancer ce mouvement. Nous le maîtrisons. Nous savons que le Meer national est un organisme de notre parti, l’Apr. Il est le fer de lance du parti pour avoir beaucoup contribué à la présidentielle de 2012. C’est pourquoi, je suis en train de réfléchir sur beaucoup d’actions qui pourront permettre de relancer ce mouvement et de permettre au président de la République de gagner la confiance des étudiants. Le mouvement doit servir de trait-d’union entre le gouvernement et les étudiants. Notre objectif est, qu’avant la présidentielle de 2019, nous puissions maîtriser toutes les universités et les grands lycées du pays pour permettre au président d’avoir les 99% des primo-votants.

Le Meer compte donc être un acteur de premier plan dans la campagne pour la présidentielle de 2019 ?
Je dirais même que c’est le Meer qui va réélire le président de la République. Le Meer est prêt à réélire le président de la République, Macky Sall en 2019. Pour s’inscrire dans la même ligne droite que le président de la République qui a déclaré 2018, année sociale dédiée aux femmes, aux jeunes et aux personnes vivant avec un handicap, nous comptons accompagner les étudiants en difficulté.

Nous avons décliné une feuille de route. Nous allons faire une tournée nationale dans les 5 universités pour instaurer une proximité avec les étudiants et créer des brigades. Le mot est lourd, mais il s’agit juste de brigades d’animation, de pacification, de médiation qui seront composées uniquement d’étudiants pour régler la crise universitaire. Ces brigades vont aussi nous permettre de parler des réalisations du président de la République dans l’enseignement supérieur. La fin du mois de juin sera sanctionnée par un forum sur les réalisations du président de la République dans le secteur de l’enseignement supérieur. On va échanger, pendant ce forum, de l’ensemble des réalisations du gouvernement dans ce secteur. Au total, 600 personnes sont attendues à cette rencontre. Chaque participant va chercher 100 signatures pour le président de la République. Le Meer est dans les dispositions d’assurer et de garantir au président de la République  2 millions de votants en 2019.

Suite au décès de l’étudiant, Fallou Sène, le président de la République a pris des mesures allant dans le sens d’améliorer les conditions de vie des étudiants. Comment appréciez-vous ces mesures ?
Je demande à toute la population sénégalaise de prier pour le repos de l’âme de l’étudiant, Fallou Sène. Nous remercions le président de la République pour les mesures historiques prises dans le secteur de l’enseignement allant dans le sens d’augmenter les bourses mais aussi de réduire les prix des tickets de restauration. C’est un effort que nous, étudiants, devons saluer. En plus de cela, nous voulons dire aux étudiants que les clans, les querelles internes, ne nous mèneront nul part.

Propos recueillis par Aliou Ngamby NDIAYE

Responsable politique de l’Alliance pour la République à Bambey, Elhadji Dia, coordinateur du mouvement Communauté Baol-Baol, pour réélire le président Macky Sall, pense que les localités de Bambey,  Diourbel et Touba, peuvent définitivement tomber dans l’escarcelle de la coalition Bennoo Bokk Yaakaar  lors du scrutin présidentiel de 2019. Il s’exprimait lors d’un meeting, à Bambey, la semaine dernière.

Le responsable de l’Apr trouve en Birima Mangara, ministre en charge du Budget, l’homme de la situation. « Nous le pensons fortement. Aujourd'hui, notre parti dispose de nouveaux arguments qui feront facilement la différence. Je fais allusion notamment à un homme comme Birima Mangara qui va s'investir davantage et politiquement  dans la région», a proposé M. Dia. « Voilà un homme qui fait l'unanimité pour son humilité, son travail et son engagement à servir le président de la République et à œuvrer pour sa réélection. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle, nous avons personnellement décidé de travailler à ses côtés. Ses parents sont à Bambey,  il a grandi à Diourbel. Il est chez lui à Touba où il est connu et aimé », a-t-il ajouté.  La communauté du Baol, dans son ensemble, fera –t-il savoir,  remercie le ministre Birima Mangara pour ce qu'il fait pour la région. Il a enfin appelé à satisfaire les doléances de certaines localités, qui tournent autour de l’électrification, le raccordement au réseau hydraulique, la construction de pistes de production.

Pour le jeune responsable politique, Touba ne devra point résister en 2019 à la déferlante marron-beige. Le président a déjà investi plusieurs milliards de Fcfa dans le domaine de l'assainissement. Il est en train de construire un hôpital à coup de milliards, selon M. Dia qui ajoute que des infrastructures routières ont été réalisées.

Mamadou DIEYE


...le mouvement «Takhaw Dolel Marième Faye» voit le jour à Keur Massar

Accompagner Marième Faye Sall pour la réélection du président Macky Sall en 2019. C’est la volonté de Papa Belly Dieng de Keur Massar qui vient de mettre sur pied le mouvement de soutien « Takhaw Dolel Marième Faye ». « Nous voulons accompagner Marième Faye Sall pour soutenir Macky Sall en vue de sa réélection en 2019 », a précisé le patron de ce tout nouveau mouvement de soutien. L’année 2018 est déclarée année sociale par le Chef de l’Etat. Pour le fondateur de « Takhaw Dolel Marième Faye », la première dame fait énormément dans le social, aussi juge-t-il important de l’accompagner sur le plan politique pour réélire Macky Sall en 2019. « On va insister sur l’année sociale et les œuvres de bienfaisance de Marième Faye Sall », renseigne-t-il. Keur Massar est, à tout point de vue, une localité très importante de la banlieue. Papa Belly Dieng, résident de l’Unité 15 des Parcelles Assainies, compte faire des visites de proximité, informer et sensibiliser sur les réalisations et acquis du président de la République ainsi que la partition sociale jouée par la Première dame. Le leader du mouvement compte élargir les bases de son mouvement sur le plan local et national en sensibilisant davantage sur les réalisations du président de la République et les perspectives. Ancien responsable d’Asc, Monsieur Dieng qui fut aussi militant du Pds, avait mis sur pied, en 2009, le mouvement Action pour le concret et le réalisme.

Aly DIOUF

 

En réagissant à la sortie de l’Apr en réaction à la lettre de Karim Wade, le secrétaire général des cadres libéraux, Abdoul Aziz Diop, a soutenu que le « Parti démocratique sénégalais, pour avoir rejeté toutes les offres faites au parti et à Maître Wade, n’utilise pas de raccourcis et ne fait pas de deal ».

Le secrétaire général de la Fédération nationale des cadres libéraux (Fncl), Abdoul Aziz Diop, s’est désolé des propos du Porte-parole de l’Alliance pour la République (Apr), Seydou Guèye qui a rappelé des dossiers impliquant l’ancien régime libéral. Il a souligné que le dossier  Me Sèye a été jugé et que tous les responsables libéraux cités ont été blanchis par la justice avant même que la loi d’amnistie initiée à l’époque ne soit adoptée par l’Assemblée nationale. « Vous savez bien que le parti démocratique sénégalais, pour avoir rejeté toutes les offres faites au parti et à Maître Wade, n’utilise pas de raccourcis et ne fait pas de deal », a martelé M. Diop. Le leader des cadres libéraux rejette, par la même occasion, la proposition d’Idrissa Seck pour une quête nationale pour payer, dit ce dernier les 138 milliards de Fcfa que Karim, Wade doit payer à l’Etat du Sénégal. « Pour nous, le candidat du peuple ne doit rien à l’Etat du Sénégal et ne payera jamais une rançon imposée par la Crei », a-t-il défendu, dans une lettre de réponse dont copie nous est parvenue.  En outre, Abdoul Aziz Diop estime qu’après douze années de présence à la tête de l’Etat du Sénégal, le vrai débat doit porter sur le bilan du régime. « Vous nous parlez de bourses familiales.

Ces bourses donnent la preuve de l’échec de vos politiques qui ont accentué la pauvreté des Sénégalais et qui servent une opération de politisation de la misère des populations », a dit M. Diop. Il ajoute que les Sénégalais attendent le régime sur le bilan de ses slogans : «la patrie avant le parti», «la gestion sobre et vertueuse». « Dans le domaine de la transparence et de la bonne gestion financière, votre régime n’est  pas une référence», a-t-il indiqué.  En ce qui concerne la candidature de Karim Wade, «la messe est dite pour nous car la déchéance de droits civils et politiques ne peut être prononcée que par un tribunal. Nous vous rappelons les propos de votre ancien garde des Sceaux et ministre de la Justice le jour même de la condamnation de Karim Wade: «la Cour spéciale qui a jugé Karim Wade, désigné avant-hier candidat du principal parti d'opposition à la prochaine présidentielle, a « écarté l'interdiction de l'exercice des droits civiques, civils et de famille prévus par l'article 34 du Code pénal ».

Amadou DIOP

 

A travers le séminaire organisé par l’Assemblée parlementaire francophone (Apf) à Abidjan, les députés ivoiriens ont été formés aux différentes pratiques de bonne gouvernance.

Le séminaire organisé les 12 et 13 juin dernier, à Abidjan, par l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (Apf), en faveur des députés et sénateurs ivoiriens, a permis aux parlementaires de confronter leurs expériences concrètes aux pratiques de bonne gouvernance et de les comparer. Durant ces deux journées, les parlementaires ivoiriens ont été sensibilisés sur l’état civil et les pratiques de bonne gouvernance, plus précisément sur les données générales comparées dans l’espace francophone, ainsi que sur la tenue d’élections libres, fiables et transparentes par des députés francophones dont le Vice-président de l’Assemblée nationale du Sénégal, Abdou Mbow.

Une partie de cette première journée a même été réservée à la question des « enfants sans identité », sujet sur lequel l’Afp est particulièrement mobilisée depuis trois années, suite aux travaux de sa Commission des affaires parlementaires. La seconde journée a permis d’analyser le renforcement démocratique du pouvoir législatif face au pouvoir exécutif, les relations majorité/opposition ou encore l’intérêt général entre discipline de groupe et liberté de vote, statut et rôle de l’opposition.

Les débats ont été animés par des parlementaires de la majorité et de l’opposition issus des régions Afrique, Amérique et Europe de l’Afp. Parmi eux, Robert Aubin, député (Canada), président de la Commission des affaires parlementaires de l’Apf, Abdou Mbow, député (Sénégal), 3ème vice-président de l’Assemblée nationale, Josh Osih, député (Cameroun) et René Dosière, député honoraire (France), ancien vice-président de l’Assemblée nationale. Au terme des travaux, les députés se sont engagés à se mobiliser pour améliorer l’état civil en République de Côte d’Ivoire. Ce  séminaire parlementaire a été ouvert par un message de M. Jacques Krabal, député (France), Secrétaire général parlementaire de l’Apf, lu par Il y a eu, par la suite, une allocution de Koné Gnangadjomon, député (Côte d’Ivoire), président délégué de la section ivoirienne de l’Apf. Auparavant, Guillaume K. Soro, président de l’Assemblée nationale ivoirienne a reçu Philippe Courard, président du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale ivoirienne. C’était en présence du ministre de la Culture et de la Francophonie, du corps diplomatique et d’honorables invités.

Maguette NDONG

 

Le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, Me Sidiki Kaba, est revenu sur son déplacement à Jérusalem. Il répondait à une question des journalistes après la prière de la Korité à Tambacounda.

« Les missions d’Etat sont des missions qui obéissent à la définition de la politique étrangère du président de la République. Quand nous sommes à Jérusalem ou que nous soyons ailleurs, nous répondons aux missions d’Etat. Ce n’est pas une mission personnelle mais bien une mission qui est au service de la Nation. Je ne vous dirai pas les raisons pour lesquelles. Cette mission a été voulue par le président de la République ». Par conséquent, fait savoir le Maese, son exécution  ne souffre d’aucune illégitimité.

Le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, Me Sidiki Kaba, avait fâché les autorités palestiniennes après qu’il s’est rendu, le 28 mars dernier, à la mosquée d’Al-Aqsa de Jérusalem-Est, sous protection de la police israélienne. Dans une déclaration publique, le ministre de l’Information israélien avait déclaré «inacceptable» ladite visite de Sidiki Kaba. «Cette visite est à la fois une violation du consensus de l’Oci et un événement dangereux dans lequel les relations sénégalo-palestiniennes ont été compromises», avait-il dit. Avant d’exiger des excuses des autorités sénégalaises.

Le ministre souligne que la politique étrangère ne se fait pas à Sandaga dans la rue. « Je me réjouis d’aller faire des misions sur instruction du président de la République. C’est dans l’intérêt du Sénégal. Après la Korité, j’irai en Chine sur instruction du président de la République. Parmi les dossiers qui seront traités, le train a écartement standard, le port sec de Tambacounda. Nous effectuons des missions pour porter les intérêts du Sénégal ».

Pape Demba SIDIBE

L’opposition regroupée au sein du Front de résistance nationale organisera une manifestation nationale contre le régime, le 13 juillet prochain. L’annonce a été faite hier par les leaders de l’opposition lors d’une conférence de presse tenue au siège du parti Bokk gis-gis. « Nous allons mobiliser l’ensemble des Sénégalais qui pensent que le droit de désigner celui qui doit présider aux destinées du pays doit être préservé », a déclaré le secrétaire général adjoint du Parti démocratique sénégalais (Pds), Oumar Sarr. « Nous voulons organiser cette grande manifestation pour montrer notre détermination à lutter jusqu’au bout contre la loi sur le parrainage et contre toutes ses implications », a ajouté le responsable du Pds.

Oumar Sarr a appelé les Sénégalais à prendre part à cette journée  d’actions qui se tiendra dans toutes les régions. D’autres actions seront initiées par l’opposition pour décrier le parrainage. Selon Oumar Sarr, une pétition nationale sera organisée  contre le parrainage pour demander son retrait de la Loi électoral sénégalaise.

Le Pds et ses alliés ont accusé le pouvoir de ne pas vouloir aller aux élections. « Macky Sall  ne veut pas d’élection. Nous voulons des élections transparentes. On veut que les candidats soient déterminés en toute connaissance de cause. Nous ne voulons pas de manipulations. Nous voulons un pays debout, une démocratie debout », a martelé le maire de Dagana.

Une campagne d’explication sera aussi menée auprès des chefs religieux et coutumiers. Les représentations diplomatiques  seront aussi saisies. Selon Oumar Sarr, il s’agira, pour l’opposition, de partager avec les hôtes les arguments qui militent contre le parrainage.

Babacar DIONE


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.