banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Rétrospectives 2015 - Economie maritime : Des investissements importants consentis pour moderniser le secteur de la pêche

02 Jan 2016
4732 times

Réception du port de Foundiougne-Ndakhonga, dragage du fleuve Casamance, démarrage de travaux de construction de quais de pêche dans des localités telles que Soumbédioune, Yoff, pointe Sarène, Somone et Ngaparou, aménagement d’aires de traitement et de transformation des produits de la pêche à Bargny, Fass Boye, Gooxu Mbathe, entre autres sites dédiés à la pêche, projet de construction de 19 complexes frigorifiques d’un coût de 10 milliards de F Cfa, sont autant d’actes posés, cette année 2015, par le gouvernement pour moderniser le secteur de la pêche artisanale au Sénégal.

« Le président de la République, Macky Sall, place le secteur de la pêche et de l’aquaculture en pôle position dans le Pse et, à ce titre, des moyens conséquents sont consacrés au développement des différentes chaînes de valeurs pour permettre à tous les acteurs de tirer le maximum des opportunités offertes, tout en inscrivant l’activité dans la durabilité », avait lancé le ministre de la Pêche, Oumar Gueye, à l’occasion de la célébration de la journée mondiale de la pêche à Dakar, le 21 novembre dernier. « Le gouvernement, sous l’impulsion du chef de l’Etat, Macky Sall, s’attache à la réalisation d’importants investissements pour moderniser les infrastructures de pêche en faveur de la pêche artisanale », rappelait-il. Tout récemment, lors de l’ouverture du Salon maritime de Dakar, le 10 décembre dernier, le Premier ministre du Sénégal, Mahammad Boun Abdallah Dionne, réaffirmait l’engagement du gouvernement du Sénégal de réaliser, l’année prochaine (année 2016), 19 complexes frigorifiques d’un coût de 10 milliards de F Cfa pour la conservation, la congélation et le stockage des produits halieutiques et le renouvellement du parc des camions frigorifiques.
De plus, soulignait-il, une subvention d’un montant global de 5 milliards de F Cfa va être accordée aux pêcheurs pour l’acquisition de moteurs à raison d’un million de F Cfa par moteur. Le chef du gouvernement sénégalais avait également annoncé la constitution d’un stock de 20 000 gilets, dont le prix unitaire de cession a été réduit à 2 500 F Cfa pour relever le défi de l’accessibilité et renforcer la sécurité en mer des pêcheurs artisans. « Parmi les projets du gouvernement pour la pêche, il y a la construction de 19 complexes frigorifiques d’un coût de 10 milliards de F Cfa », déclarait-il, lors de l’ouverture du Salon maritime de Dakar le 10 décembre dernier. « Le gouvernement s’est aussi engagé à payer 5000 moteurs de pirogue à 5 milliards de F  Cfa. Il y aura une subvention d’un million de F Cfa pour chaque moteur acheté. Cela sera accompagné d’un stock de 20 000 gilets de sécurité pour les pêcheurs en mer », déclarait-il. A cela s’ajoutent, la construction des aires de transformation des produits halieutiques pour les femmes et le démarrage des travaux de construction de quais de débarquement modernes à Soumbédioune, Yoff, Ngaparou, Pointe Sarène, Somone et l’aménagement d’aires de traitement et de transformation des produits de la pêche à Bargny, Fass Boye, Gooxu Mbathe, entre autres sites.

Inauguration du port de Foundiougne-Ndakhonga et début des travaux de dragage du Saloum
D’une superficie de 2.500 m2, le port de Ndakhonga a été inauguré au mois de juillet de l’année 2015 parle chef de l’Etat, Macky Sall. Ce port est composé d’une salle d’attente, un restaurant, un dépôt de bagages, des sanitaires, une cuisine et même une salle de conférence. Le parking est doté de toutes les normes de sécurité notamment de deux paratonnerres et d’un système de sortie rapide. Enfin, ce port de Foundiougne-Ndakhonga est également placé sous système de vidéosurveillance, de portiques et de scanners pour les passagers et les bagages. Il est constitué de deux composantes situées respectivement à Ndakhonga et à Foundiougne. La composante de Foundiougne est dotée d’une annexe de gare maritime dédiée aux passagers, tandis que celle de Ndakhonga abrite l’essentiel des infrastructures.
Au cours de ce son inauguration, le chef de l’Etat avait exprimé sa volonté  d’assurer la desserte maritime Ndakhonga-Ziguinchor. Ce projet entre dans le désengorgement des routes par l’intensification du trafic maritime. Cette ligne maritime  devra, selon lui, participer au désengorgement du trafic routier afin de faciliter le transport  des produits agricoles. Ce sont 2,78 milliards de F Cfa qui ont été dégagés par l’Etat du Sénégal  pour  le dragage du Saloum. « La navigabilité du fleuve Saloum sera améliorée, dans un premier temps, avec des profondeurs minimales de presque six (6) mètres de tirant d’eau sur tout le chenal navigable de la première section du bras de mer qui va de l’embouchure à Foundioungne ». Ce dragage sera, dans une seconde phase, étendu de Foundioungne à Kaokack afin de jeter les bases du pôle portuaire du Saloum. « Avec le Projet d'Infrastructures et d'équipements maritimes 2 (Miep 2), a souligné le chef de l’Etat, les réalisations porteront sur la construction d’un Terminal à hydrocarbures à Ndakhonga pour améliorer la fourniture et la couverture des besoins nécessaires au développement de considérables potentialités industrielles, économiques, commerciales, agricoles et touristiques pour tout le centre du Sénégal ». Cette deuxième phase du fonds coréen va, selon lui, permettre « l’acquisition de navires de servitude dont une drague pour la maintenance et l’amélioration des voies navigables ».
Outre ces investissements, le gouvernement a également prévu la construction du pont de Foundiougne d’une longueur de 1.285 m. Macky Sall a profité de cette cérémonie pour magnifier « le partenariat innovant et efficace » entre le Sénégal et la Corée du Sud qui a financé la construction du port de Foundiougne-Ndakhonga par son fonds de coopération pour le développement économique à hauteur de 61 millions de dollars et 12,2 millions de dollars sur le budget national.

Lancement des travaux de construction des quais de pêche à Ngaparou et Pointe Sarène
Dans la modernisation de la pêche artisanale, les constructions des quais de pêche à Ngaparou et à Pointe Sarène ont été lancées en décembre 2015 par le ministre de la Pêche et de l’Economie maritime qui a assuré que ces projets viennent matérialiser la mise en œuvre effective du plan d’actions prioritaires du Pse. D’un coût global de 420 millions de F Cfa, ces quais, financés par l’Agence japonaise de coopération internationale (Jica), avec une contrepartie de l’Etat du Sénégal pour la construction des murs de clôture, ont pour objectif de consolider, renforcer et promouvoir les initiatives de cogestion des pêcheries déjà entamées dans le département de Mbour. Le ministre Oumar Guèye avait déclaré que la réalisation de ces ouvrages, dans les délais de sept mois, permettra de renforcer la qualité hygiénique et sanitaire des produits et d’améliorer les conditions de travail des acteurs et la rente des produits. Il a souligné que la pêche est inscrite parmi les moteurs de croissance sectorielle de l’Axe I du Pse qui lui assigne un rôle central  dans le renforcement de  la  sécurité  alimentaire ainsi que la  création  de  richesses  et  d’emplois.

Sécurité en mer et remplacement des pirogues en bois par celles en fibres de verre
Le ministre de la Pêche et de l’Economie maritime a également procédé, cette année à Mbour, au lancement de la campagne nationale de sensibilisation sur la sécurité de la pêche artisanale. Cette occasion a donnée au ministre de tutelle d’évoquer le programme de remplacement progressif des pirogues en bois par des pirogues en fibres de verre. Il avait ainsi exhorté l’ensemble des pêcheurs à acquérir ces nouvelles pirogues et a annoncé qu’un système de financement sera mis en place pour leur permettre de les acquérir par voie de crédit.  
Pose de la première pierre du quai de Soumbédioune
D’un coût de 1,2 milliard de F Cfa, conjointement financé par la Fondation Mohammed VI pour le développement durable et le département de la pêche maritime du royaume du Maroc, avec comme délégataire, pour la réalisation, Attijariwafa Bank, ce projet de quai de pêche de Soumbédioune comportera une halle au poisson, une chambre froide, une fabrique de glace, des espaces socio-collectifs et des bureaux, un espace de transformation du poisson, un marché de vente au détail, une cafétéria, un espace de vente d’articles de pêche, un magasin, des ateliers, un espace pour chantier naval, des pontons pour le débarquement du poisson, entre autres infrastructures. Le roi du Maroc Mohammed VI et le président Macky Sall ont procédé, en mai dernier, à la pose de la première pierre de ce projet de point de débarquement aménagé qui  « s’inscrit dans la coopération Sud-Sud et se veut un témoignage fort des liens d’amitié existant entre les deux nations ».
Le quai de pêche de Yoff sera réceptionné dans le courant de l’année 2016
Les ministres Abdoulaye Diouf Sarr, par ailleurs, maire de la commune de Yoff et son collègue de la Pêche, Oumar Gueye,  ont procédé, cette année 2015, à la pose de la première pierre du quai de pêche de Yoff. Ce quai dont le coût est évalué à 300 millions de nos francs, va comprendre un bloc administratif,  un débarcadère, un laboratoire de contrôle,  un parking pour les camions et des cantines, entre autres infrastructures. Il va être réceptionné dans le courant de l’année 2016.

Dragage du fleuve Casamance
Améliorer la sécurité de la navigation, mais aussi permettre aux navires de grand tirant d’eau d’accéder au quai de Ziguinchor. Tel est l’objectif du projet de dragage du fleuve Casamance qui a déjà démarré. Ce projet, d’un montant global de près de 23 milliards de francs Cfa, est le fruit de la coopération sénégalo-hollandaise. Il consiste à draguer le fleuve Casamance, l’embouchure au port de Ziguinchor, soit 120 km de long sur 400 m de large, à une profondeur de 7,5 mètres. Il vise à faciliter la libre-circulation des personnes et des biens, l’accès aux marchés des produits, entre autres objectifs. Le ministre de la Pêche et de l’Economie maritime, Oumar Guèye, en compagnie de l’ambassadeur du Royaume des Pays-Bas, Theo Peters, et du gouverneur de la région de Ziguinchor, Ibrahima Sakho, avait, en novembre dernier, effectué une visite du chantier de dragage du fleuve Casamance pour constater, de visu, l’état d’avancement des travaux. A noter que Ziguinchor accueille déjà trois bateaux (Aline Sitoe Diatta, Aguène et Diambogne) et a réceptionné son complexe frigorifique.

Par Mamadou SY


Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.