banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Perspectives économiques en 2016 : La Dpee prévoit une progression de 8,2% et 5,4% des secteurs secondaire et tertiaire

02 Jan 2016
2820 times

Dans son document intitulé « Programme pluriannuel pour le pacte de convergence, de stabilité de croissance et de solidarité 2016-2020 », la Dpee analyse les projections pour les secteurs d’activités de l’économie pour 2016. En effet, le document indique que le démarrage de la mise en œuvre des projets structurants inscrits dans le Plan Sénégal émergent (Pse) devrait être bénéfique à l’activité dans le secteur secondaire avec une hausse de 8,2 % contre 7,7 % en 2015. Ce raffermissement serait lié notamment à la bonne tenue des sous-secteurs des bâtiments et travaux publics, des matériaux de construction, du raffinage de pétrole, de la fabrication de produits chimiques, des industries alimentaires et de l’énergie conjuguée au regain attendu dans les activités extractives. Dans la construction, les travaux d’achèvement de l’Aéroport international Blaise Diagne (Aibd) et de prolongement de la Vdn, la construction de l’autoroute Thiès-Touba et l’aménagement du Pôle urbain de Diamniadio, avec son programme d’habitat social de l’Etat, devraient revigorer sensiblement le sous-secteur. Celui-ci est projeté à 10 % en 2016 contre 8,0 % en 2015. Le sous-secteur des matériaux de construction, conforté par l’entrée en activité d’une troisième cimenterie, tirerait profit de la tendance favorable dans les Btp de même que la vigueur de la demande étrangère de ciment particulièrement du Mali. Ainsi, il est attendu une progression de 8,7 % l’activité de cette branche, en 2016. Le raffinage de pétrole devrait se conforter de 6,4 % en liaison avec la bonne tenue de la demande intérieure et à la faveur du cours du baril qui devrait se maintenir à des niveaux encore bas.
S’agissant des industries alimentaires, les perspectives restent favorables dans l’industrie sucrière à la faveur de la poursuite de la mise en œuvre du programme d’autosuffisance en sucre (horizon 2017) et d’une meilleure régulation des importations de sucre par les autorités. Au titre du programme d’autosuffisance, au-delà de la mise à niveau de l’usine de production, 1500 hectares de superficies supplémentaires, destinés à la culture du sucre, devraient être emblavés au titre de la campagne 2015-2016. En 2016, il est prévu un accroissement du sous-secteur de l’ordre de 16,5% contre une hausse de 20 % en 2015. Le sous-secteur des corps gras alimentaires, après deux années consécutives de rattrapage marquées par de fortes progressions, devrait encore se conforter en 2016 mais à un rythme moins soutenu (+4,1%).
Concernant le sous-secteur de l’énergie, l’amélioration de la fourniture d’électricité devrait se conforter avec la poursuite de la réhabilitation des capacités de production de Senelec et la mise en service en 2016 de nouvelles centrales.

1.500 hectares emblavés pour la culture du sucre
Dans le secteur tertiaire, la tendance haussière se maintiendrait avec une progression attendue à 5,4 % (contre 4,8 % en 2015). Elle serait soutenue par les postes et télécommunications, le transport, les services financiers, les services immobiliers  mais également par les activités commerciales.  La Dpee souligne que les postes et télécommunications sont projetées en hausse de 6 %, en 2016 contre 4 % en 2015. La téléphonie mobile et Internet continueront de porter le développement du sous-secteur à travers l’innovation continue dans le domaine. S’agissant de l’internet où le taux de pénétration demeure faible, comparé à celui dans la téléphonie mobile, des marges de progression significatives existent notamment dans un contexte de développement de la 3G et d’avènement de la 4G.
Pour le transport, un regain d’activités devrait être observé sous l’impulsion de l’amélioration de la fluidité du trafic routier,  de même que de la poursuite de la modernisation et du renforcement de la compétitivité du Port autonome de Dakar (Pad).
S’agissant des services financiers, il est attendu une hausse de 10 % en 2016 contre 7,4 % en 2015, traduisant la bonne tenue des activités bancaires revigorées par les besoins de financement important de l’économie, dans un contexte de mise en œuvre du Pse. 
Les activités commerciales devraient maintenir leur vigueur sous l’impulsion de la bonne tenue de la demande dans un environnement marqué par la soutenabilité des prix intérieurs. Enfin, les services d’hébergement et de restauration devraient se redresser à la faveur notamment de la mise en œuvre des mesures prises au courant de l’année 2015 concernant la réduction des taxes sur les billets d’avion, la suppression du visa d’entrée au Sénégal et l’octroi d’avantages fiscaux pour les entreprises qui choisiront de s’installer en Casamance. En 2016, il est projeté une croissance de 2,5 % du sous-secteur contre un repli de 7,8 % en 2015.
Pour le secteur primaire, son activité devrait se consolider en 2016 sous l’effet notamment du renforcement des sous-secteurs de l’agriculture et de l’élevage. La valeur ajoutée du secteur primaire progresserait de 6,4 % en 2016 contre 6,8 % en 2015. Dans le sous-secteur agricole l’activité devrait tirer avantage de la poursuite de la mise en œuvre du Programme d’accélération de la cadence de l’agriculture sénégalaise (Pracas). Ainsi, le gouvernement poursuivra ses efforts dans le développement de la riziculture dans le Delta et les zones de Kaolack et Kaffrine. Cette dynamique serait renforcée par l’exécution des programmes d’appui au développement de l’horticulture dans la zone des Niayes. Ainsi, sous l’hypothèse d’un bon hivernage, l’agriculture vivrière et celle industrielle connaîtraient respectivement des hausses de 6,5 % et 9,9 % en 2016.  
Concernant l’élevage, au-delà du projet d’appui à la modernisation des filières animales, le sous-secteur devrait bénéficier du projet de développement de l’aviculture familiale ainsi que celui relatif au développement de la filière laitière. L’activité d’élevage devrait se renforcer en 2016 avec une hausse projetée à 6,1 % contre 4,1 % en 2015. Dans le sous-secteur de la pêche, les projets et programmes seront axés, entre autres, autour de la régénération et de la gestion pérenne de la rente halieutique mais également du développement de l’aquaculture pour pallier la rareté des ressources halieutiques. Ainsi, une reprise est attendue en 2016. Le sous-secteur devrait progresser de 3 %.   
 

Abdou DIAW


Last modified on samedi, 02 janvier 2016 12:52
Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.