banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Valorisation des céréales et produits forestiers : Plus de 400 entrepreneurs formés sur la certification Bio et Equitable

04 Jan 2016
2058 times

Plus de 400 producteurs entrepreneurs ruraux et transformateurs de riz, maïs, fonio, pain de singe, karité, jujube, dattier du désert, miel, etc.,  des régions de Matam, de Tambacounda et de Kédougou ont suivi une formation sur la certification Bio et Equitable, les bonnes pratiques de fabrication, les  règles et procédures de traçabilité. Pour ces   bénéficiaires, cette approche intégrée des chaînes de valeurs leur permettra d’accéder au marchée international.
Oumou Ngom, présidente du réseau « Tiesiry » (se ceindre les reins en manding) se réjouit de la révolution qui est en train de s’opérer dans la transformation des céréales et produits forestiers à Tambacounda. Après deux jours de formation, elle voit déjà ses produits à côté d’autres entrepreneurs dans des marchés exigeants comme les Etats-Unis, l’Union européenne. Elle souligne que l’emballage était un casse-tête pour les 200 femmes de son réseau. « Le programme d’appui au développement agricole et à l’entreprenariat rural règle ce handicap », affirme Oumy Ngom. Elle assure que des entrepreneurs ruraux verront leurs produits personnalisés grâce à cette formation. La présidente du réseau « Tiesiry » annonce que le cap est mis sur l’agroforesterie bio où les femmes sont en première ligne. « C’est rentable, plus économique », dit-elle. Les produits les plus demandés sont le couscous, le granulé « araw » pour la bouillie, le « Tiakri », le « sankal », les brisures de maïs. Les innovations restent les farines améliorées de bébé. Les jus sont aussi bien cotés surtout, les jus concentrés.         
 Le Programme d’appui au développement agricole et à l’entreprenariat rural (Padaer) s’est engagé dans la mise en œuvre du volet « entreprenariat rural » à accompagner les producteurs entrepreneurs ruraux et transformateurs de céréales et produits forestiers.  Cela fait suite à la signature  d’une convention de partenariat avec la structure Bio essence, précise  Yoro Bâ, le chargé de l’entreprenariat rural  au Padaer.

12.000 emballages haut de gamme
Ainsi, plus de 400  entrepreneurs ruraux et transformateurs sont formés aux règles et pratiques de labellisation de leurs produits pour une meilleure stratégie de commercialisation de leurs produits. La formation porte sur les règles et procédures de codification GS1, la normalisation de l'étiquetage. Cette collaboration entre le Padaer et Bio essence est articulée autour de l’appui à la structuration des entrepreneurs, le renforcement de capacités des bénéficiaires sur des thématiques telles que la démarche qualité, le marketing, l’équitable, etc.
Selon M. Bâ,  les appuis techniques, le programme de labellisation, les autorisations FRA, l’accès au codage par code barres, etc., les appuis dans l'acquisition d'emballages  permettront aux produits des bénéficiaires d’accéder aux standards internationaux avec des opportunités de vente plus intéressantes. Ainsi, en accédant aux marchés intérieurs et extérieurs, ces entrepreneurs  pourront améliorer leurs chiffres d’affaires.
Pour Mame Khary Diène, directrice générale des laboratoires Bio essence, la mise en œuvre de la convention a permis de  toucher plus de 400 personnes. « La tendance du bio s’affirme », selon Mme Diène. Après la signature de deux protocoles, l’un sur l'accès aux marchés et l’autre sur l'assistance technique, le Padaer  veut améliorer les capacités logistiques des femmes en  mettant en place des magasins ou autres espaces de stockage dans les bassins et zones de production. Le Programme compte aussi les appuyer pour l’acquisition de matériels de transformation répondant aux normes. Plus de 12.000 emballages haut de gamme sont mis à la disposition des femmes pour un meilleur accès aux marchés internationaux.

Pape Demba Sidibe


Last modified on lundi, 04 janvier 2016 11:58
Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.