banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Mayacine Camara, dgppe : « Nous allons publier, en 2016, un Idh régional puis national »

06 Jan 2016
1681 times

Le coordonnateur de la direction générale de la planification et des politiques économiques, Mayacine Camara, annonce la publication, au courant de cette année, d’un Indice de développement humain (Idh) départemental, régional puis national. Ceci pour mieux défendre le classement de notre pays de l’indice publié par le Pnud.

Il y a une semaine, le Programme des nations unies pour le développement (Pnud) classait le Sénégal à la 170ème (contre 163ème en 2014) sur 188 pays dans le monde concernant l’Indice de développement humain.  « On ne revient pas sur les critiques parce que c’est un indice. La proposition que nous allons faire serait aussi critiquable car ce sont des questions de statistiques et de techniques. Notre pays accepte la valeur de l’indice et s’inscrit dans la dynamique du rapport du Pnud », déclare Mayacine Camara, le coordonnateur de la direction générale de la planification et des politiques économiques. Il annonce que le Sénégal va publier son indice de développement humain. « Nous allons maintenant publier notre Idh avant celui du Pnud. En plus, nous allons faire l’Idh par région, par département avant d’aboutir à un indice national », déclare-t-il. Mayacine Camara rappelle que des calculs ont été faits en 2003 et 2004  lors de la mise en œuvre des Documents de stratégie pour la réduction de la pauvreté.
Revenant sur le classement du Sénégal dans le dernier rapport du Pnud, il explique que l’Idh est mesuré suivant l’éducation, la santé – espérance de vie – le niveau de vie, etc. « Ce rapport de 2015 présente des données de 2014 », dit-il,  soulignant que le Sénégal, en 2014, était classé 163ème sur la base des données de 2013. Dans ce dernier classement, il note que l’espérance de vie est à 66,5 ans.  Il y a aussi la durée de scolarisation. Il s’agit là de voir si un enfant entre à l’école, combien d’années espère-t-il y rester compte tenu des échecs, des redoublements, des perturbations liées aux grèves…M. Camara estime que lorsque l’on élimine ces facteurs bloquants, la durée à l’école peut augmenter. « Ceci mesure l’effort que nous sommes en train de faire pour éliminer les redoublements pour réduire les abandons », ajoute-t-il.   

Dans le rapport 2015 du Pnud, la durée de scolarisation du Sénégal est de 7,9 ans. Pour cet indicateur, notre pays est classé 167ème. S’agissant du nombre d’années d’études, le Sénégal est à 2,5 ans. Cela veut dire qu’en moyenne, le Sénégalais séjourne 2,5 ans à l’école. Pour cet indicateur, on est classé 181ème. « C’est dans cet indicateur que nous avons surtout des faiblesses », reconnaît Mayacine Camara.  La question que l’on doit se poser, d’après le coordonnateur de la direction générale de la planification et des politiques économiques, est de savoir comment le Sénégal a pu quitter en 2013 de 4,5 ans, en termes de durée moyenne de séjour à l’école, pour venir jusqu’à 2,5  ans en 2015. Une situation que M. Camara a du mal à comprendre.
Il souligne que le taux d’enrôlement a augmenté plus vite que le taux de croissance de la population, il n’y pas eu de phénomènes catastrophiques, ni de déplacements qui puissent expliquer ce recul. « Le problème qui se pose donc à ce niveau, c’est la source des informations. Nous sommes en train de faire l’étude pour voir exactement où est-ce que ces sources sont tirées », confie-t-il. Il salue, toutefois, les efforts consentis par le ministère de l’éducation nationale.

Abdou DIAW


Last modified on mercredi, 06 janvier 2016 14:37
Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.