banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Gouvernance du secteur extractif : Les enjeux expliqués aux acteurs

22 Avr 2017
891 times

Le Comité national de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (Cn-Itie) a organisé, hier, sa première conférence publique axée sur le thème : « Gouvernance du secteur extractif : Evolution, Enjeux et perspectives ». La rencontre a constitué un moment de réflexion participative et inclusive sur l’évolution et les enjeux de la gouvernance du secteur des mines, du pétrole et du gaz au Sénégal.

La rencontre du Comité national de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (Cn-Itie) a réuni plusieurs participants, particuliers et décideurs. Elle a surtout constitué une tribune d’échanges interactifs entre spécialistes. Cette approche a débouché sur des conclusions pratiques. Lesquelles ont permis aux participants de disposer d’outils et d’informations en vue d’une meilleure compréhension des enjeux et dynamiques du secteur extractif au Sénégal.

Cette première rencontre publique entre dans la mise en œuvre du plan stratégique Itie 2017-2021. En effet, le Comité national a redéfini ses priorités dans un contexte marqué par un essor du secteur minier et la découverte d’importants gisements de gaz et de pétrole au Sénégal, a dit Mariem Thiaw, Secrétaire permanent du Cn-Itie. Selon elle, c’est dans cette dynamique que le Comité national a élaboré un plan stratégique 2017-2021 issu d’une réflexion consensuelle impliquant, entre autres, l’État, le secteur privé, les organisations de la société civile, les parlementaires, les élus locaux et la presse. A travers ce plan stratégique, le Comité national entend accompagner l’État en vue d’instaurer un optimum de gouvernance permettant de rendre compte aux citoyens de l’évolution des résultats de gestion des opérations minières pétrolière et gazières. Selon le professeur Ismaël Madior Fall, président du Cn-Itie, avec les récentes découvertes, le secteur de l’hydrocarbure devrait avoir plus d’impact sur l’économie. Le pays va devenir riche en ressources naturelles, a-t-il estimé. Toutefois, des initiatives sont prises par l’État pour mettre sur place des mécanismes efficaces de transparences et de contrôle d’informations. Dans cette logique, toutes les franges de la société sont prises en compte : société civile, medias, parlementaires et politiques. Dans cet esprit, plusieurs innovations ont été mises en place. Ces dernières veillent exclusivement à asseoir des mécanismes de contrôle consensuels. Ainsi, les contrats miniers sont rendus publics. Tous ces mécanismes garantissent l’accès à une information fiable et juste, a-t-il dit.

Pour sa part, le président du Conseil d’administration de la Société africaine de raffinage (Sar), Serigne Mboup, a appelé à l’instauration d’un « environnement stable ». Car, a-t-il soutenu, ces découvertes permettront à bien des égards de maximiser les revenus. Il a plaidé pour l’instauration de mécanismes qui garantissent un partage équitable à travers les différents secteurs économiques du pays. Il invite l’État à mettre sur pied des techniques de recouvrement rapides des ressources. Il est aussi d’avis qu’il faut veiller à la valorisation du patrimoine technique. «Ces mécanismes veilleront à accroître les opportunités d’exploitations. Également, le volet des négociations est essentiel pour l’obtention de contrats de qualités. L’évaluation économique qui passe par la mesure du coût d’exploitation et des réserves récupérables est importante », a-t-il rappelé. Quant au directeur général de Sabodola, Abdoul Aziz Sy, il a souligné que « la gestion du secteur minier est un indicateur significatif qui informe sur la teneur de la bonne gouvernance ». Selon lui, l’État du Sénégal a mis sur pied des mécanismes favorables à une bonne exploitation qui profite à toutes les couches », a-t-il ajouté.

Oumar BA

Rate this item
(0 votes)

AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.