banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Conseil des ministres de l’Uemoa : Des mesures pour accélérer le rythme de la croissance

01 Juil 2017
559 times

Le Conseil des ministres statutaire de l’Uemoa a tenu, hier, à Dakar, sa deuxième session ordinaire de l’année. Au cours de la rencontre, plusieurs questions notamment le rapport sur la situation économique sont inscrites à l’ordre du jour.

La deuxième session ordinaire de l’année du Conseil des ministres statutaire de l’Uemoa s’est tenue, hier, au siège de la Bceao. La rencontre a été présidée par le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan du Sénégal, Amadou Bâ. Cette réunion, a rappelé M. Bâ, président du Conseil des ministres, se tient au lendemain du séminaire ministériel consacré au rapatriement des recettes d’exportation. Au cours de cette session, plusieurs questions seront abordées. Selon M. Bâ, au titre de la Bceao, les ministres examineront le rapport sur la situation économique et monétaire de l’Uemoa au 31 mars 2017. « Notre conseil s’appuiera sur l’évolution récente et les perspectives économiques de l’Union qui y sont décrites pour décider des mesures appropriées visant la consolidation des acquis et l’accélération du rythme de progression de l’activité économique dans les Etats membres», a expliqué Amadou Bâ.

Le conseil se prononcera, en outre, sur les implications pour l’Umoa, de la migration des statistiques monétaires vers les normes les plus récentes du Fmi et de la production des comptes nationaux des Etats membres de l’Union, selon les normes Scn 2008.

Par ailleurs, souligne M. Bâ, la Bceao informera le Conseil des ministres des décisions de la réunion du Comité de politique monétaire tenue début juin et de la révision du cadre macroéconomique des pays de l’Uemoa pour les années 2017 et 2018. Elle communiquera aussi des informations sur la balance des paiements et la position extérieure globale de l’Uemoa au titre de l’année 2015. Elle informera, enfin, sur l’état d’avancement du projet de promotion des Bureaux d’information sur le crédit (Bic). Concernant la Banque ouest-africaine de développement (Boad), poursuit Amadou Bâ, le Conseil aura à statuer sur les modalités de rééchelonnement de la dette de la Guinée-Bissau au titre du droit d’entrée et des impayés autres que sur les prêts. Une proposition de révision des statuts de la Boad et de deux notes relatives à la participation des Etats membres dans la Société africaine de biocarburants et des énergies renouvelables et à la levée des immunités et privilèges de la banque dans les titres d’emprunt sur le marché financier international seront également abordés.

Le Conseil se penchera également sur le rapport semestriel d’exécution de la surveillance multilatérale du mois de juin 2017 qui procède, d’une part, à l’évaluation des performances économiques et financières des Etats membres en 2016, et d’autre part, de l’état de la convergence nationale au titre de la même année. Divers autres points, tels que le Conseil régional de l’épargne publique et des marchés financiers, l’état de recouvrement des créances sur prêts de la Boad, sont également à l’ordre du jour de la session du Conseil.

Aliou KANDE

Rate this item
(0 votes)

AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.