banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Mohammed Taleb Mohammed, expert national de Gowamer en Mauritanie : « L’intervention de Gowamer s’est inscrite dans les actions menées par les institutions nationales »

01 Aoû 2017
1873 times

Dans cet entretien, Mohammed Taleb Mohammed, expert national de Gowamer en Mauritanie, est revenu sur l’importance de ce programme qui s’implique beaucoup dans le développement de la pêche dans ce pays. Il soutient que Gowamer a apporté son appui, entre autres, à la Société nationale de distribution de poisson, à l’Institution nationale de recherche mauritanienne océanographique et de pêche et au  Parc national du banc d’Arguin en leur apportant son appui

Quelle était la situation de la pêche avant l’intervention du programme Gowamer en Mauritanie ?
La pêche, en Mauritanie, fait l’objet de plusieurs politiques publiques depuis 1979. La plus récente (2015-2019) a été préparée de façon inclusive avec une pleine participation des administrations et acteurs concernés. Cette stratégie est basée sur le principe de bonne gouvernance et orientée sur le développement des infrastructures. Elle a permis une meilleure intégration du secteur dans l’économie nationale. L’intervention du programme Gowamer s’est inscrite dans les actions menées par les institutions nationales telles que la Société nationale de distribution de poisson (Sndp), le Parc national du banc d’Arguin (Pnba), l’Office national d’inspection sanitaire de la pêche et d’aquaculture (Onispa). Ses activités ont commencé en 2014 et son apport est orienté vers l’appui des institutions nationales.

Concrètement, quels sont ces appuis ?
Le Programme a travaillé avec la Société nationale de distribution de poisson, l’Institution nationale de recherche mauritanienne océanographique et de pêche et le Parc national du banc d’Arguin. Il entretient également une coopération avec l’Office national d’inspection sanitaire des produits de pêche et d’aquaculture. Le programme Gowamer travaille avec plusieurs institutions nationales en plus de l’appui à la société civile. Par exemple, pour la Société nationale de distribution de poisson, il s’agit d’un apport en équipements pour la fonctionnalité et l’’amélioration du réseau de distribution. Les premiers équipements ont été livrés en 2014. S’agissant de l’Institut national de recherche océanographique, il s’agit de plans d’aménagement et pour le Parc national du banc d’Arguin, l’appui a porté sur la surveillance.

C’est une plus-value sur l’action des institutions dans lesquelles le projet s’insère. Et la particularité de la Mauritanie est que le projet travaille avec les institutions nationales en ayant à l’esprit la pérennisation des actions. D’où le fort ancrage institutionnel des actions.

Est-ce que le programme Gowamer a bénéficié réellement aux populations ?
En 2014, le programme a appuyé la Société nationale de distribution de poisson sur deux activités importantes. Il a équipé trois points de distribution à Nouakchott avec des équipements légers de manipulation et des réfrigérateurs pour la conservation dans de bonnes conditions du poisson. Grâce au programme, trente gérants ont subi une formation. Il était également programmé d’équiper six autres points de distribution et de les doter de kiosques démontables suivant les besoins exprimés dans les zones périphériques de la capitale. L’apport est considérable en terme qualitatif et d’appui.

Quel est le rôle et les objectifs de la Société nationale de distribution de poisson ?
La Société nationale de distribution de poisson a été créée dans l’optique de faciliter l’accès du poisson aux populations démunies. Par ses plateformes et ses moyens logistiques, elle est opérationnelle sur toute l’étendue du territoire national et assure une distribution presque gratuite du poisson. C’est une expérience jugée réussie qui peut être dupliquée dans la sous-région. Au cours de cette visite des parlementaires et des journalistes, nous avons voulu mettre en avant cet exemple avec celui de l’Office nationale d’inspection sanitaire des produits de pêche et de l’aquaculture.

Le programme tire à sa fin. Comment comptez-vous consolider les acquis ?
Une évaluation sera faite à la fin du programme. Mais nous comptons pérenniser les actions surtout celles ayant trait à la surveillance, les aspects de la gouvernance, sécurité alimentaire. Une synergie est en train d’être examinée pour voir comment consolider tous ces acquis.

Propos recueillis par notre envoyé spécial en Mauritanie, M. GUEYE

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.