banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Importation de pâtes : Alioune Sarr annonce un comité de commercialisation et de régulation

11 Jan 2018
452 times

Pour protéger l’industrie agro-alimentaire précisément celle des pâtes en proie à des difficultés, le ministre du Commerce, du Secteur informel, de la Consommation, de la Promotion des produits locaux et des Pme a annoncé des mesures de défense mardi. Il visitait les unités de production de NMA potou et Pastami.  

Spaghetti, macaroni, vermicelle. Les mots sonnent italien, un pays réputé pour la qualité des ces pâtes, mais ces produits sont fabriqués au Sénégal sous la marque Pastami de l’industriel sénégalais Ameth Amar, président directeur général la Nouvelle minoterie africaine (Nma).

Mardi, il a reçu la visite d’Alioune Sarr, le ministre du Commerce, du Secteur informel, de la Consommation, de la Promotion des produits locaux et des Pme, accompagné de ses proches collaborateurs dans ses unités de production (Nma Pastami Yarakh et Nma Potou ex-Moulins Sentenac). Arrivé à 13 heures 10 minutes, le ministre et sa délégation ont visité les installations de l’unité production de Nma Pastami Yarakh. Alioune Sarr s’est réjoui de la qualité des produits fabriqués dans cette unité. Il a annoncé que des mesures seront prises conformément aux règles de l’Organisation mondiale du commerce pour protéger cette industrie en proie à des difficultés - trois des cinq unités sont fermées, entraînant des pertes d’emplois - à cause de la «concurrence déloyale», soulignant que des produits agro-industriels subventionnés dans d’autres pays sont importés au Sénégal. « Les mesures de défense commerciale conformes à nos engagements au plan international seront mises en place pour accompagner cette entreprise », a promis le ministre du Commerce. Il répondait à l’interpellation du président directeur général la Nouvelle minoterie africaine, Ameth Amar, qui a demandé à l’autorité de réguler le marché des pâtes. « Nous demandons à l’Etat de contrôler tous les produits qui entrent au Sénégal et, s’agissant des pâtes, de regarder la qualité de celles-ci ». M. Amar a soutenu que les pâtes locales sont fabriquées à 100 % de blé dur contrairement aux pâtes importées qui incorporent 30% de farine pour bénéficier de subvention à l’exportation.  

Consommation de plusde 45 000 tonnes
Donnant l’exemple de la Tunisie, l’industriel sénégalais a soutenu que ce pays a institué une taxe de 20 % sur les produits importés et même la Banque centrale a décidé de ne plus financer les produits importés. Ameth Amar pense, comme le chef de l’Etat, que le montant de la subvention doit être ajouté lors du dédouanement des produits importés pour éviter les distorsions de prix liées aux subventions.

Alioune Sarr a également annoncé la mise en place d’un comité de commercialisation et de régulation de la pâte au Sénégal. Selon le ministre, les Sénégalais consomment plus de 45.000 tonnes de pâte par an pour une production nationale estimée à 35.000 tonnes. Alors qu’elle ne couvre pas les besoins du pays, la production nationale peine à être écoulée à cause de l’importation des pâtes. Celle-ci est caractérisée par une hausse vertigineuse ces dernières années. Les importations de pâtes alimentaires sont passées de 6.000 tonnes à plus de 20.000 tonnes - soit une augmentation de 250 % - alors que la production intérieure a chuté de 20.000 à 13.000 tonnes.

« Le Sénégal est un pays ouvert mais il a le droit d’utiliser les instruments qui sont à sa disposition pour accompagner ses entreprises comme le font tous les pays », a dit le ministre. Le groupe NMA, qui a bénéficié de l’accompagnement du Bureau de mise à niveau, a acquis les Moulins Sentenac en 2015 et a investi plus de 12 milliards de FCfa dans des équipements de dernière génération, selon le document remis à la presse.

Mamadou GUEYE

 

Last modified on jeudi, 11 janvier 2018 13:55
Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.