banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Forum économique sénégalo-tunisien : Dakar et Tunis veulent donner un nouveau souffle à leur coopération

03 Mai 2018
1666 times

Le Sénégal et la Tunisie entendent insuffler une nouvelle dynamique à leur coopération économique et commerciale. Le forum économique ouvert, hier, à Dakar, est un premier pas vers ce renouveau.

La Tunisie veut changer de paradigme dans ses relations commerciales et économiques. Tournée pendant longtemps vers le Nord de la méditerranée, c’est-à-dire l’Europe, le Pays du Jasmin veut désormais s’ancrer dans « son continent », vers « ses pays amis et frères », pour reprendre les mots de Bassem Loukil, président de la Tunisia-Africa Business Council (Tabc). Et parmi « ses pays frères et amis », le Sénégal figure en bonne place car étant le premier partenaire économique et commercial de la Tunisie en Afrique subsaharienne. D’où ce forum économique de deux jours ouvert, hier, à Dakar et réunissant les secteurs privés et publics des deux pays. Il est organisé par la Tunisia-Africa Business Council et la Chambre tuniso-sénégalaise de commerce et d’industrie (Ctsci) mise en place l’année dernière par les deux pays.

Cette rencontre, en réalité, n’est que la continuité d’une coopération politique, économique et sociale solide qui plonge ses racines aux premières années de l’indépendance. « Le Sénégal et la Tunisie entretiennent des relations commerciales depuis le début des indépendances avec la signature en mars 1962, à Tunis, d’un accord de coopération économique, technique et scientifique », a rappelé Adama Baye Racine Ndiaye, secrétaire général du ministère de l’Industrie et de la Petite et moyenne industrie à l’ouverture du forum. Des liens gravés dans le temps que magnifie le ministre tunisien de l’Industrie et des Pme, Slim Feriani. « Nous avons le même souci de créer, pour nos peuples, un environnement plus propice à leur prospérité et à leur bien-être. Ce qui traduit notre engagement commun à relever les défis économiques de notre époque. Sur le plan économique, commercial et culturel, les nombreux accords signés depuis plus de 50 ans témoignent de la richesse de la coopération entre nos deux pays. Notre vœu est que ces relations connaissent un surcroît de dynamisme et de réussite », a-t-il indiqué.

Cependant, force est de constater que ces sillons de coopération tracés par les pères fondateurs des deux pays, Habib Bourguiba et Léopold Sédar Senghor, n’ont pas donné les rendements attendus. En effet, même si durant ces cinq dernières années, ils ont enregistré une augmentation annuelle d’environ 15 %, les échanges commerciaux, financiers et économiques entre le Sénégal et la Tunisie restent modestes et peu denses. La preuve, la Tunisie n’est que le 51ème client du Sénégal. Et le Sénégal seulement le 27ème client de la Tunisie. « C’est bien, mais nous pouvons faire tellement plus. C’est la raison de la forte présence tunisienne à ce forum de Dakar. Nous devons identifier des secteurs porteurs pour une coopération gagnant-gagnant en faisant rencontrer les opérateurs institutionnels et économiques sénégalais et tunisiens. Car ni traités, ni accords, ni statistiques ne sauraient remplacer la relation humaine personnalisée et tangible », a soutenu Bassem Loukil.

Point de départ du renouveau des relations
Avec ce forum dont le thème est « Vers un partenariat privilégié et durable », les deux pays veulent insuffler une nouvelle dynamique à leurs relations commerciales et économiques qui, de l’avis du ministre Slim Feriani, n’est pas encore à la hauteur des ambitions clairement affichées par les deux gouvernements. « Cette coopération doit être renforcée et il faut lui donner un nouveau souffle à travers le secteur privé. Il nous appartient de préserver cet élan, de le renforcer et de consolider nos échanges afin de les mettre au niveau des ambitions de nos autorités », a-t-il dit. Mehdi Ferchichi, ambassadeur de la Tunisie au Sénégal, est persuadé que ce Forum fera date et constituera le point de départ du renouveau des relations entre les deux pays. Ainsi, il a invité les secteurs privés des deux pays à resserrer davantage les liens économiques tuniso-sénégalais. «Notre coopération économique bilatérale ne sera, en effet, rien sans les entreprises qui la mettent en œuvre, l’enrichissent au quotidien et jouent ainsi un rôle significatif dans la vitalité de nos liens économiques », a affirmé le diplomate. Ce rôle, le secteur privé des deux pays peuvent pleinement le jouer car, comme l’indique Adama Baye Racine Ndiaye, « ils bénéficient, au Sénégal, d’un environnement des affaires propices et compétitifs pour développer un partenariat gagnant-gagnant ».

Elhadj Ibrahima THIAM

UNE BALANCE EXCÉDENTAIRE EN FAVEUR DE LA TUNISIE
Entre 2011 et 2016, les exportations tunisiennes vers le Sénégal ont enregistré une croissance moyenne annuelle de 10 %. S’agissant des importations en provenance du Sénégal vers la Tunisie, elles ont affiché une forte hausse de 26 % en moyenne annuelle. En novembre 2017, l’Agence nationale de la statistique et de la démographie notait que les exportations sénégalaises vers la Tunisie sont estimées à 407 millions de FCfa, contre des importations estimées à 2,26 milliards de FCfa. Comme on le voit, la balance commerciale est excédentaire en faveur de la Tunisie. Pour le Secrétaire général du ministère de l’Industrie et des Petites et moyennes industries, il y a lieu de corriger ce déséquilibre et de développer davantage les relations commerciales et industrielles pour les hisser au niveau des relations diplomatiques « excellentes » entre les deux pays. Le président de la Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Dakar, Daouda Thiam, abonde dans le même sens. Il invite les entrepreneurs sénégalais à explorer toutes les voies pour inverser cette tendance. « La balance commerciale entre les deux pays est déficitaire pour le Sénégal. C’est à nous, entrepreneurs sénégalais, d’essayer de faire en sorte que cette balance revienne à l’équilibre. Le Sénégal est le pays de l’ensemble et de tous les possibles. Ensemble, Sénégalais et Tunisiens, nous pouvons faire des miracles si nous savons et voulons travailler dans un partenariat gagnant-gagnant », a-t-il martelé.

Les principaux produits concernés par les échanges entre le Sénégal et la Tunisie sont les fruits et légumes, les crustacés, les machines, les produits chimiques et pharmaceutiques. A côté, ajoute Zied Loukil, secrétaire général de la Ctsci, il y a plusieurs accords signés relatifs au commerce, à l’enseignement supérieur, à la culture, au sport…

Elh. I. THIAM

BIENTÔT UNE LIGNE MARITIME ENTRE LA TUNISIE ET LE SÉNÉGAL
C’est connu, le transport, la logistique et les infrastructures sont nécessaires pour le développement économique et pour le renforcement des relations économiques. Consciente de cela, la Tunisie, dans un souci d’intensifier la connexion entre ses pays partenaires comme le Sénégal, a décidé d’inaugurer une ligne maritime directe entre un port du sud tunisien et celui de Dakar. Cette ligne maritime se prolongera jusqu’en Côte d’Ivoire et au Ghana. « Des moyens de transport réguliers et sûrs pour les hommes comme pour les marchandises sont indispensables à l’expansion et à la diversification des relations d’affaires viables », a soutenu Bassem Loukil, président de Tunisia-Africa Business Council. Cette ligne maritime viendra renforcer une ligne aérienne assez dense qui sera elle-même renforcée, selon le ministre de l’Industrie et des Pme de la Tunisie. « Nous avons déjà une dizaine de vols aériens sur le continent africain dont un vol quotidien sur Dakar. Nous allons en lancer d’autres sur le continent. Nous le faisons parce que nous estimons que Tunis doit être le hub entre l’Afrique, l’Europe et le Moyen Orient », a-t-il souligné.

Elh. I. THIAM

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.