banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Exploitation du pétrole et du gaz : L’Asdea pose le débat sur la meilleure formule

04 Mai 2018
1412 times

Les prochaines étapes, après les découvertes de gaz et de pétrole au Sénégal, constituent un virage à ne pas rater. D’où l’intérêt de la 16e édition du Salon international de l’énergie et du pétrole ouvert, hier, à Dakar. Organisé par l’Association sénégalaise pour le développement de l’énergie en Afrique (Asdea), ce salon se veut un cadre d’échanges et de mise en relation entre les pouvoirs publics, le privé national et international intéressé par l’exploitation de ces ressources.

Après l’enthousiasme qui a suivi l’annonce des découvertes de gaz et de pétrole, le débat s’est aussitôt posé sur la meilleure démarche à adopter pour tirer le meilleur profit de ces ressources. Plusieurs rencontres ont été organisées dans ce sens et les autorités ont fait le benchmarking pour s’imprégner des meilleures pratiques. Dans la continuité de la réflexion engagée et des actions menées depuis ces découvertes, s’est ouverte, hier, à Dakar, la 16e édition du Salon international de l’énergie et du pétrole et la 4e exposition des professionnels de l’énergie. Organisé par l’Association sénégalaise pour le développement de l’énergie en Afrique (Asdea), ce salon se veut un cadre d’échanges et de mise en relation entre les pouvoirs publics, le privé national et international intéressé par l’exploitation de ces ressources. En effet,  l’exploitation des ressources gazières et pétrolières charrie des intérêts stratégiques qui ne manqueront pas d’engendrer de nombreux bouleversements à la fois du tissu économique, du marché de l’emploi et du travail, etc.

Cette rencontre qui réunit, pendant deux jours (3 et 4 mai), des spécialistes, des dirigeants d’entreprises, des universitaires, des représentants des pouvoirs publics, etc., permet donc d’aborder des questions cruciales. Celles-ci vont porter, entre autres, sur la notion de contenu local, le rôle que le privé national doit jouer dans la mise en place et le développement d’une industrie pétro-gazière, son positionnement bien dans des secteurs où l’expertise nationale existe et dans des secteurs où celle-ci fait défaut ou est peu développée en nouant des partenariats gagnants-gagnants.  Il s’agit également de voir comment gérer les impacts environnementaux, sociaux liés à l’exploitation du gaz et du pétrole pour que celle-ci ne nuise pas aux autres secteurs tels que la pêche dont dépend une importante communauté au Sénégal.

Toujours dans le souci de mieux tirer profit des ressources pétrolières et gazières, la question de la place des recettes dans le développement du Sénégal et celle de la formation seront également abordées ainsi que la place du mix énergétique. Sur ce point, le Sénégal a fait le choix du mix énergétique en développant toutes les sources d’énergie pour faire face à la demande sans cesse croissante en énergie et à l’impératif nécessité de baisser le coût de l’électricité pour assurer une compétitivité de ses unités de production.

Cette rencontre a également une portée pédagogique. En effet, le développement et le renforcement des capacités d’une large audience d’acteurs du secteur du pétrole et du gaz ainsi qu’une opinion publique avertie constituent un enjeu stratégique pour le Sénégal qui, avec le démarrage prochain de l’exploitation de ses ressources pétrolières et gazières, aura à faire face à un écosystème tout à fait nouveau. En posant le débat, l’Asdea veut accompagner l’État dans sa démarche de gestion « efficiente et transparente de ces ressources nationales » afin d’en optimiser, au mieux, l’impact sur le développement économique et social du pays. D’autant que les prochaines étapes constituent donc un virage à ne pas rater, selon Serigne Dièye, président de l’Asdea. D’ores et déjà, le Sénégal peut compter sur le soutien de ses partenaires tels que les Pays-Bas, la France, l’Angleterre.

 

Gestion des risques lies aux activites pétro-gazières

Le Sénégal peut compter sur l’accompagnement des Pays-Bas

Théo Perters, ambassadeur des Pays-Bas au Sénégal a déclaré, hier, que les découvertes de gaz et de pétrole présentent des opportunités pour la population et le développement du pays, mais également des défis de gouvernance, environnementale et sociale. « Assurer une croissance inclusive en réduisant la pauvreté au Sénégal sera une opportunité et un défi en même temps », a-t-il dit. Et pour relever ces défis, le gouvernement peut compter sur le soutien et l’accompagnement des Pays-Bas qui, selon le diplomate, ont « des expériences pertinentes à partager, des bonnes et moins bonnes ». « Je suis persuadé que nous avons des apprentissages à partager afin d’éviter que le Sénégal ne subisse les mêmes conséquences. Et nous sommes disposés à appuyer le Sénégal dans la gestion des risques économiques, environnementaux liés aux activités pétro-gazières ».

En octobre 2017, le diplomate avait organisé une mission aux Pays-Bas pour permettre à de hauts cadres de l’administration sénégalaise, des membres de Petrosen, du Cos-pétrogaz, de la Senelec de s’imprégner de l’expérience néerlandaise. « L’idée était de montrer notre expérience dans le développement du secteur du pétrole et du gaz et notre système de gouvernance », a rappelé Théo Perters. Récemment également, l’ambassade des Pays-Bas à Dakar a organisé un atelier sur la sécurité et la sûreté en mer.  

Le diplomate a souligné que le système de gouvernance des Pays-Bas est basé sur « une grande transparence et une inclusion de toutes les parties prenantes ». « Nous sommes convaincus que pour le développement durable du secteur, il est primordial de créer un cadre régulateur qui permet au secteur privé d’investir et des politiques qui protègent les autres intérêts essentiels. C’est la façon grâce à laquelle nous avons réussi à réaliser les fameux polders néerlandais », a indique Théo Perters.

Mamadou GUEYE

 

 

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.