banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Autoroute à péage : L’éclairage total annoncé pour bientôt

07 Mai 2018
4312 times

L’accident qui a coûté, vendredi, la vie à Papis Mballo du groupe Guelongal, sur l’autoroute à péage, repose, encore une fois, la question de l’éclairage de cette autoroute. Selon Didier Payerne, directeur opérationnel de cette infrastructure, des discussions sont en cours pour remédier à ce problème.

Vendredi nuit, de retour de l’Aéroport international Blaise Diagne de Diass, l’artiste et producteur, Papis Mballo, membre du groupe Guelongal, est décédé, dès suite d’un accident de la route. Son véhicule a fini dans le décor après avoir tenté d’éviter un troupeau de vaches en divagation sur l’autoroute à péage aux alentours de la gare de péage de Toglou, selon son frère et membre du même groupe, Moussa Mballo, qui se trouvait lui aussi à bord ainsi qu’un autre membre de leur staff. Le défaut d’éclairage de cette partie de la route serait la principale cause de ce triste événement, a-t-il ajouté.

Cet accident a remis au goût du jour la question de l’éclairage sur le tronçon Thiaroye-Aibd que ne cessent de réclamer les usagers au regard des nombreux cas d’accidents et d’agression.

Interpelé en marge d’une exposition dans le cadre de la Biennale, le directeur opérationnel de l’autoroute à péage a exprimé sa tristesse face à cet accident mortel. « C’est toujours triste de voir des gens mourir sur la route, c’est encore plus triste quand il s’agit d’un artiste connu. C’est un accident de trop. Ce n’est pas acceptable », a-t-il dit. Pour éviter que de pareils drames ne surviennent, a-t-il fait savoir, « tous les moyens qu’il fallait ont été mis en place » pour assurer la sécurité des usagers sur l’Autoroute, conformément au contrat signé avec l’Apix. « Dans le contrat, on a l’obligation de surveiller l’infrastructure. On a des patrouilles qui passent régulièrement, on inspecte les grillages qui empêchent la divagation des animaux, on a une collaboration avec la gendarmerie et l’on a même, de temps en temps, des brigades de ramassage des animaux en divagation. Bref, on a mis tous les moyens qu’il fallait », a-t-il assuré.

Sur la question de l’éclairage, il indique qu’en théorie, ce n’est pas obligation. Mais puisque que des éléments extérieurs (divagation des animaux et agressions) sont en train de mettre en danger la vie des automobilistes, des discussions sont en cours pour éclairer la partie de l’autoroute à péage qui ne l’est pas encore. « C’est un problème qui sera réglé à plus ou moins brève échéance. Cependant, il faut préciser que la partie urbaine est éclairée jusqu’à Thiaroye car elle est très fréquentée et il y a une forte densité de population. Après, quand on traverse une zone semi-urbaine ou rurale, comme dans beaucoup de pays et pour des questions de bonne gestion, on n’éclaire pas. Quand on sort de la ville, les gens doivent rouler avec leur code et à vitesse adaptée, c’est une règle internationale. Mais pour des questions de sûreté, l’État a souhaité que cette partie soit éclairée dans un avenir assez proche», a-t-il indiqué.

Cependant, Didier Payerne a souligné la nécessité de renforcer la campagne de communication sur les comportements à risque aux abords de l’autoroute. « La divagation des animaux est interdite ; donc, il y a un aspect de communication et de formation à faire. C’est pourquoi, en parallèle des actions qu’on mène, on a une grosse action de communication avec des sports qui passent régulièrement à la télévision et des panneaux sur l’autoroute. Mais la perfection n’étant pas de ce monde et étant entendu que la sécurité est un processus dynamique, on attend les conclusions de l’enquête pour renforcer les mesures de sécurité », a ajouté Didier Payerne. Comment ces vaches ont pu se retrouver sur l’autoroute à péage alors qu’il y a des grilles de protection ? Le directeur opérationnel de l’autoroute à péage a une idée. « Les grillages de protection sont en bon état et on les inspecte régulièrement. Ce qui est sûr, c’est que les animaux ne sont pas passés par les grillages. Mais il est fort possible qu’ils soient passés par les bretelles des échangeurs qui permettent aux véhicules de rentrer ou de sortir de l’autoroute. Ces bretelles sont ouvertes car c’est le système de péage en vigueur qui le veut. Au regard donc du lieu de l’accident, ces animaux sont peut-être passés par les bretelles du dernier échangeur après le poste de péage de Toglou », a-t-il expliqué.

Elhadji Ibrahima THIAM

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.