banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Mise en œuvre du Pse : La Dgppe décline les principales orientations de la seconde phase

08 Mai 2018
913 times

A quelques mois de la fin de la première phase du Pse, qui arrive à terme cette année (2014-2018), la direction de la planification et des politiques économiques (Dgppe) a lancé, hier, les travaux de la seconde étape de ce plan. Il consistera, dans cette partie, de se pencher sur la formulation des options stratégiques visant à lever les obstacles qui entravent la mise en œuvre de certains projets, programmes et réformes.

La période quinquennale 2014-2018, correspondant à la première phase du Pse, a vu la mise en œuvre de programmes, projets et réformes pour assurer le décollage économique du Sénégal. A travers les moteurs de croissance et l’inclusion sociale, ce plan s’est fixé pour objectif d’impulser une transformation structurelle de l’économie nationale et un développement humain durable. A cet égard, il a été enregistré, entre autres, un relèvement de la croissance économique (plus de 6% pendant trois années consécutives), des efforts sur la protection sociale ainsi qu’une réduction du déficit budgétaire. Toutefois, des goulots d’étranglement qui entravent la mise en œuvre de certaines réformes, projets et programme ont été identifiés dans l’exécution de la première phase du Pse.

Pour lever toutes ces contraintes, le ministère de l’Économie, des Finances et du Plan, à travers la direction de la planification et des politiques économiques (Dgppe), a organisé un atelier pour réfléchir sur la formulation des options stratégiques appropriées déclinées dans la seconde phase du Pse. Le directeur général de planification et des politiques économiques, Pierre Ndiaye, affirme que le Sénégal, en dépit des résultats probants enregistrés dans la première phase du Pse, reste confronté à plusieurs défis : l’amélioration de la qualité de la dépense publique, singulièrement les investissements privés, le développement du capital humain, la sophistication des produits exportés, la problématique de l’emploi des jeunes, la pauvreté, la question du financement privé dans les projets de types des Partenariats public privé (Ppp), la simplification du système fiscal, mais aussi le relèvement de la qualité des infrastructures. « Ces contraintes identifiées justifient, en partie, la tenue de cet atelier de formulation pour déterminer les objectifs stratégiques en vue de renforcer l’amélioration du bien-être des populations, gage d’une stabilité, d’une justice et de cohésion sociale », a expliqué M. Ndiaye.

Il précise que ces mêmes travaux sont en train d’être exécutés dans les commissions régionales pour une meilleure prise en compte des préoccupations territoriales. A son avis, si notre pays veut réussir le pari de l’émergence, l’accent devrait être mis sur l’accumulation du capital humain, le relèvement de la productivité, la résilience des populations face aux effets du changement climatique, la promotion de l’équité et l’égalité de genres, la recherche, l’innovation, la gouvernance dans toutes ses dimensions et la lutte contre la pauvreté. Les travaux de cette deuxième phase, s’appuyant sur l’expertise et la diversité des parties prenantes, se font à travers les quatre commissions nationales de planification et permettront de renforcer la dynamique de concertation ainsi que la cohérence intersectorielle. La formulation des orientations de cette phase du Pse qui repose sur une démarche « participative » et « consensuelle » devra également prendre en compte les mutations actuelles de l’environnement national et international. Sur la même lancée, Samba Kâ de la Dgppe soutient que la formulation de la stratégie de la phase 2 du Pse va s’appuyer sur, entre autres leviers : l’équité sociale, la préservation de l’environnement, la transparence, la réédition des comptes, la Gestion axée sur les résultats (Gar). Dans cette phase, l’accent sera aussi mis sur l’augmentation de la contribution du secteur secondaire, l’amélioration de la production manufacturière, l’accès aux services sociaux de base.

Abdou DIAW

 

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.