banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Le premier ministre, Mouhammed Boun Abdallah Dionne : «La réflexion sur le pétrole et le gaz, une opportunité vers une émergence inclusive»

01 Jui 2018
664 times

Le Premier ministre, Mouhammed Boun Abdallah Dionne, qui présidait hier la clôture de la troisième édition de la Conférence nationale sur le développement durable (Cndd), a indiqué que la réflexion engagée sur l’exploitation du pétrole et du gaz offre au Sénégal une opportunité de construire les fondements d’une émergence inclusive, sur les plans économique et social en prenant en compte les questions environnementales.

La troisième édition de la Conférence nationale sur le développement durable (Cndd) a pris fin hier après trois jours de travaux. Le Premier ministre a félicité le ministre de l’Environnement pour l’organisation réussie de cette édition, mais aussi l’apport des acteurs qui ont contribué à enrichir la réflexion autour du thème « pour une exploitation durable des ressources pétrolières et gazières ». Pour lui, le thème de cette année permettra d’ajouter une plus-value à l’opérationnalisation de la territorialisation du développement durable abordée lors des deux premières éditions. « Ma conviction profonde est que la réflexion que nous avons engagée sur l’exploitation du pétrole et du gaz nous offre une opportunité de construire les fondements d’une émergence inclusive sur les plans économique et social tout en prenant les questions relatives à la tension écologique, à la croissance verte », a assuré Mouhammed Boun Abdallah Dionne qui a salué les efforts réalisés pour la transparence dans le secteur des ressources naturelles et minéralières. « Nous attendons le gaz et le pétrole en 2021. Les enjeux économiques sociaux et environnementaux que soulèvent l’exploitation du pétrole et du gaz nécessitent une approche multisectorielle apte à dire les interdits, gage de gestion durable et pleine des ressources », a indiqué le Premier ministre. A son avis, « le Sénégal ayant compris très tôt cette approche holistique s’est engagé, depuis 2016, dans un processus d’installation d’une dynamique pour une gestion durable de ces ressources par la création, par Macky Sall, d’un Comité d’orientation stratégique du pétrole et du gaz (Cos petrogaz), chargé d’assister le chef de l’Etat et le gouvernement dans la définition, la supervision, l’évaluation et le contrôle de la mise en œuvre de la politique de l’Etat en développement de projets pétroliers ».

De même, a fait savoir Mouhammed Boun Abdallah Dionne, l’adhésion de notre pays à l’Itie en 2012 traduit l’ambition du président Macky Sall de faire de la bonne gouvernance une réalité dans la gestion des affaires publiques et de faire du secteur minier un modèle de croissance économique et de développement social. Pour le Premier ministre, l’instruction donnée par le président Sall de publier la totalité des contrats miniers et pétroliers a été matérialisée. L’adhésion à l’Itie a permis, poursuit-il, au Sénégal d’occuper, à la suite de la dernière évaluation du Conseil d’administration de l’Itie, d’être le champion de la transparence en Afrique et d’occuper la quatrième place mondiale. « Ces résultats nous confortent dans notre foi que le président accorde une très grande importance à la gestion transparente des ressources issues des industries extractives au mieux des intérêts de la Nation et au bénéficie exclusif de notre peuple », a-t-il dit. Il a enfin assuré qu’une attention toute particulière sera accordée aux recommandations formulées à l’issue des travaux.

Cadre régulateur
Le Premier ministre a précisé que l’exploitation des ressources gazières et pétrolières constituait un levier important pour propulser la croissance économique et le développement des pays. Cependant, a-t-il noté, elle peut générer des externalités négatives qui ont pour nom perte de la biodiversité, pollution des mers, déforestation, déplacement de populations. « Il nous faut bien prendre conscience de ces risques et développer ensemble des mécanismes efficaces afin de mieux protéger l’environnement marin et les populations », a laissé entendre le Premier ministre pour qui notre pays devra s’atteler à la mise en place d’un dispositif de veille environnementale et des mécanismes de concertation tout en privilégiant le dialogue avec toutes les parties prenantes autour du caractère économique de ces ressources.

Pour sa part, l’ambassadeur des Pays-Bas au Sénégal, Théo Peters, a insisté sur la nécessité « de créer un cadre régulateur, d’élaborer des politiques permettant au secteur privé d’investir sereinement » pour un développement durable du secteur. Le diplomate demeure convaincu que cette troisième Conférence nationale sur le développement durable (Cndd) est une « illustration de la volonté d’avancer sur la base des mêmes principes que sont la consultation, l’inclusion et la transparence ». « Le développement d’un projet si grand et si ambitieux comme celui du secteur du pétrole et du gaz requiert une coordination inclusive entre toutes les parties prenantes, une coopération étroite et des partages réguliers et ouverts des informations et des données », a-t-il fait savoir.

 

Pour un dialogue permanent entre les partenaires

Le directeur général de British Petroleum (Bp) Sénégal a, quant à lui, rappelé que « la gouvernance des ressources naturelles nécessite un « dialogue permanent et structurant », avec toutes les communautés. Géraud Moussarie s’est félicité du « travail remarquable et des progrès » réalisés par notre pays à travers l’Itie. C’est un aboutissement et nous en sommes fiers », a-t-il souligné. A l’occasion, il a assuré que sa compagnie est parfaitement en phase avec la volonté du Sénégal d’assurer la gouvernance de ses ressources conformément aux Objectifs de développement durable (Odd). Aussi, a-t-il fait remarquer, « le monde des hydrocarbures est en perpétuelle évolution, mais pour aller dans le sens que nous souhaitons tous, le projet de gaz sénégalais a besoin d’un dialogue permanent, mais aussi et surtout d’un environnement stable et de confiance mutuelle ». M. Moussarie estime que « nous devons aboutir à un gaz sénégalais compétitif à l’échelle internationale », tout en préservant la durabilité des ressources naturelles du pays. L’objectif, selon lui, « c’est d’établir au Sénégal une nouvelle industrie gazière qui tient sa place de choix dans un marché international très concurrentiel ».

Mise en œuvre des recommandations

Toutes les dispositions nécessaires seront prises, selon Pr Mame Thierno Dieng

A l’issue de trois jours de travaux, le Comité scientifique de cette 3ème édition de la Cndd a formulé des recommandations présentées hier par le Conseiller du Premier ministre Cheikh Ndiaye Sylla, chargé des sciences de l’environnement. Celles-ci se déclinent sur quelques axes : l’évaluation environnementale et la mise en œuvre de la Responsabilité sociétale de l’entreprise (Rse) par les entreprises, la gestion anticipée des pollutions, des risques et des catastrophes, un cadre de gestion et de suivi du milieu marin fonctionnel, l’éducation, la formation et l’information environnementale, la promotion de la recherche-développement dans le domaine pétrolier et gazier, la mise sur pied d’un cadre institutionnel juridique et financier, d’un fonds national de suivi et de prévention de lutte contre la pollution et les nuisances du secteur pétrolier et gazier, le suivi du milieu marin et côtier, etc. Pour sa part, le ministre de l’Environnement et du Développement durable, Pr Mame Thierno Dieng, a rassuré que « toutes les dispositions nécessaires seront prises pour la mise en œuvre de ces recommandations afin de préserver les Sénégalais des risques environnementaux liés à l’exploitation des ressources pétrolières et gazières ».

Samba Oumar FALL et Souleymane Diam SY

 

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.