banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Transformation de la mangue et de l’anacarde : L’agropole Sud démarre ses activités en début 2019

02 Jui 2018
825 times

Dans la mise en œuvre du projet des agropoles, notamment celui du sud, le directeur général du Bureau opérationnel de suivi du Pse (Bos/Pse), Ibrahima Wade, a effectué une visite de travail à l’Institut de technologie alimentaire (Ita). L’agropole sud, dont le démarrage est attendu en début 2019, pourra profiter des opportunités de recherches de l’Ita pour la transformation alimentaire.

L’agriculture et l’agroalimentaire étant l’un des six secteurs clés du Pse, l’Etat du Sénégal a décidé de mettre en place un projet de trois agropoles. Il est prévu un agropole dans la zone Nord couvrant les régions de Saint-Louis, Matam et Louga, un dans la zone centre (Fatick, Kaolack et Kaffrine) et un agropole dans la zone Sud (Ziguinchor, Kolda et Sédhiou). Cependant, la priorité étant l’implantation de l’agropole Sud, le Bureau opérationnel de suivi du Pse (Bos/ Pse) est en train de travailler avec les acteurs pour la mise en œuvre de ce projet. De ce fait, Ibrahima Wade, directeur du Bos/Pse, a effectué, hier vendredi,  une visite de travail à l’Institut de technologie alimentaire (Ita). Compte tenu du fait qu’«il est illusoire de penser que nous pouvons aller vers le développement sans la recherche», le Bos a décidé de travailler avec l’Ita, a déclaré M. Wade. «Il est important, dans la méthodologie, de faire des rencontres de sensibilisation. Nous l’avons fait avec le secteur privé, avec le secteur financier et aujourd’hui cette visite à l’Ita s’inscrit dans ce cadre. Le cœur de métier de l’Ita, c’est faire de la recherche, de travailler sur les procédés de transformation agroalimentaire. Le gros défi auquel l’économie fait face, c’est la transformation agro-industrielle pour réduire la dépendance alimentaire», a dit le directeur du Bos, Ibrahima Wade. Ce dernier considère qu’avec la multitude de procédés utilisés par l’Ita pour la transformation de l’ensemble des produits de base de l’économie sénégalaise, cette structure peut être d’un grand appui dans le développement de l’agro-industrie et des agropoles.  Il rappelle que l’agropole sud va être concentré sur les deux chaines de valeur des filières de la mangue et de l’anacarde même si d’autres produits pourront être développés à Adèane où le site de l’agropole sud devrait être installé.
«Nous sommes à un moment important du processus de création de l’agropole en rencontrant les structures de recherche, en identifiant les opportunités sur ces deux produits. Nous allons utiliser, ensemble, les résultats de la recherche pour les mettre à la disposition de notre secteur privé pour qu’ils investissement dans ces niches où il y a de l’argent à gagner», explique M. Wade. Il soutient que dans la mise en œuvre du Pse, la réponse la plus adaptée est celle de l’agropole qui permet de produire et d’aller vers la transformation en prenant en compte l’amont de la filière jusqu’à la commercialisation.

Créer de la valeur ajoutée
 «L’agropole va nous permettre de créer de la valeur ajoutée, de créer une masse importante d’emplois et surtout de régler la problématique de la perte post-récole», laisse entendre M. Wade qui poursuit que l’Ita a démontré que même les mangues pourries peuvent être utilisées pour la fabrication du vinaigre de mangue.

Sur l’exécution de ce projet d’agropole Sud, M. Wade considère qu’avec la méthodologie du résultat rapide, l’objectif est de terminer toute la phase structuration avant la fin du mois d’août. Cela permettra de réfléchir avec les acteurs et de mettre à profit le reste de l’année 2018 pour terminer  en vue de démarrer les activités et les  infrastructures de l’agropole en début 2019. Le directeur général de l’Ita, Mamadou Amadou Seck a rappelé que l’Ita, très impliqué dans la recherche de solutions pour le développement du pays, offre des capacités et des opportunités pour la mise en œuvre du Pse, notamment dans la partie transformation de produits alimentaires. «Il y a un potentiel extraordinaire que possède l’Ita pour donner un coefficient majeur à la mise en œuvre du Pse, surtout dans le volet transformation», affirme le directeur de l’Ita.

Produits de base en Casamance ,La barre fixée à 36 000 tonnes de mangueet à 64 000 tonnes d’anacarde

Selon Ibrahima Wade, le directeur du Bos/Pse, les études ont montré que la Casamance a un potentiel de 72.000 tonnes de mangue produites par année. Sur cette production, l’objectif avec l’agropole Sud est de transformer les 50%. «Si nous réussissons à transformer 36.000 tonnes de mangue de la Casamance, nous aurons fait un grand pas», estime-t-il. Pour l’anacarde, la production actuelle de noix est estimée à 64.000 tonnes.  L’ambition de l’agropole est d’aller vers la transformation de ces 64.000 tonnes et «il n’y a pas de raison pour qu’on ne réalise pas cela», confirme-t-il. La Banque mondiale qui intervient dans le projet Pôle prioritaire de développement de la Casamance (Ppdc) a décidé d’augmenter le volume d’intervention dans ce projet Agropole. La Banque serait disposée à mettre, pour le projet agropole Sud, 20 millions de dollars, soit plus de 10 milliards de FCfa, selon le directeur du Bos/Pse.

Oumar KANDE   

 

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.