banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Incidences financières des mesures sociales en faveur des étudiants : L’Etat a les capacités de respecter tous ces engagements, selon le Directeur du Budget

02 Jui 2018
852 times

Le directeur du Budget, Mouhamadou Moustapha Bâ, a rassuré les étudiants et les universités  bénéficiaires des mesures sociales prises par le Président. Il a confirmé une prise en charge correcte de tous les engagements souscrits par les services du ministère de l’Economie, des Finances et du Plan. Pour lui, ces engagements seront matérialisés dans la prochaine loi de finance rectificative. Il répondait aux questions de la Rfm.

Le directeur du Budget, Mouhamadou Moustapha Bâ, qui s’expliquait sur les modalités de mise en œuvre des mesures sociales à forte incidence financière prises lundi dernier par le président de la République, Macky Sall, a noté que la hausse des bourses, des aides sociales et des prix des tickets de restauration évalués à plus de huit milliards de FCfa, ainsi que les moyens de transport prévus pour les cinq universités (1,5 milliard de FCfa) seront couverts par le budget de l’Etat et correctement pris en charge par les services habilités du ministère de l’Economie, des Finances et du Plan. Il a assuré qu’en finances publiques, les décisions prises par le président de la République sont d’application immédiate, conformément au cadrage macroéconomique. Selon lui, la mise en œuvre de ces mesures sociales entraînera un impact financier significatif sur le budget de l’Etat. En effet, précise-t-il, l’incidence financière des bourses et aides sociales majorées de même que les prix de tickets-repas revus à la baisse, qui entreront en vigueur à la prochaine rentrée universitaire, est évaluée à 8,160 milliards de FCfa. Quant aux autres mesures, elles nécessitent plus d’une trentaine de milliards pour engager les travaux portant sur les bâtiments pédagogiques, la construction de quatre restaurants, le renforcement de l’offre d’hébergement par la construction et la réhabilitation de pavillons-dortoirs, la voirie l’éclairage, l’assainissement, l’adduction d’eau, les ambulances médicalisées et les moyens de transport (30 bus évalués à 1,5 milliard de FCfa).

Etablissements privés d’enseignement supérieur
5 milliards de l’Etat pour apurer les dettes

L’Etat du Sénégal va intégrer, dans la prochaine loi de finances rectificative, 5 milliards de FCfa pour apurer une part substantielle de la dette qu’il doit aux établissements privés d’enseignement supérieur. L’annonce a été faite, par le directeur général du Budget, Mouhamadou Moustapha Bâ.

 L’Etat est en train d’apurer progressivement les créances dues aux établissements privés d’enseignement supérieur. C’est ce qu’a annoncé le directeur général du Budget, Mouhamadou Moustapha Bâ. Pour ce dernier, depuis qu’on a commencé à orienter des bacheliers dans le privé, l’Etat leur a payé plus de 24 milliards de FCfa. « Cette année, on a prévu, dans le budget, 5 milliards de FCfa et le ministre de l’Economie, des Finances et son collègue de l’Enseignement supérieur, ainsi que  leurs services techniques y travaillent car il nous fallait avoir le niveau réel de cette dette pour voir quel est le montant qu’il faut mettre dans la prochaine loi de finance rectificative afin de soulager les établissements privés d’enseignement supérieur des charges qui ploient sur leur dos », a-t-il déclaré. Quid de la supposée tension de trésorerie avancée qui expliquerait les difficultés de l’Etat à respecter ses engagements. M. Bâ s’est voulu formel : « Les caisses de l’Etat ne sont pas vides et l’Etat a les moyens de respecter tous les engagements auxquels il a souscrits », dit-il. Toutefois, il reconnaît que le renchérissement du prix du baril de pétrole, qui est passé de 54 à 74 dollars, « a effectivement impacté les recettes de l’Etat qui ont ainsi connu une certaine baisse ».

Mamadou Lamine DIEYE

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.