banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Désenclavement : Pistes de production 3 milliards de FCfa du Fera pour 11 communes urbaines et rurales

25 Jui 2018
884 times

Dans son budget annuel, le Fonds d’entretien routier (Fera) a dégagé une enveloppe de 3 milliards de FCfa au profit de 11 communes, situées en zones urbaines et rurales pour les appuyer en entretien routier et en désensablement. Parmi les bénéficiaire, les municipalités de Médina Cherif et de Mampatim qui ont reçu, la semaine dernière, une visite de chantier du Conseil d’administration du Fera. Par ce partenariat, le fonds a réussi à désenclaver ces localités grâce à la réhabilitation et à l’entretien de pistes latérites. 

Au cours de sa visite de chantier, qui l’a mené à Fatick, Kaolack, Kaffrine, Koungheul et Tambacounda, la semaine dernière, le Conseil d’administration du Fera a fait un détour dans les localités de Vélingara, de Médina Cherif et de Mampatim pour s’enquérir de l’état des lieux des travaux d’entretien des pistes de production et de désensablement en cours dans ces localités. En effet, ces trois localités font partie des 11 communes qui ont été choisies par le Fera pour bénéficier d’un appui financier qui s’inscrit dans une convention que le Fond a signée avec ces municipalités et portant sur une enveloppe globale de 3 milliards de FCfa. A Médina Cherif, perdues au fin fond de la région de Kolda, les populations, mines très joviales, conduites par leur maire, Mamadou Gano, sont massivement sorties accueillir la délégation du Fera. Après quelques minutes d’échanges avec l’édile de la localité, la délégation a fait cap sur la piste de production, longue de 14,4 km reliant Médina Cherif à Nani Demba. Elle a pu être réfectionnée grâce au Fera. Cette piste, selon le maire, désenclave plus d’une dizaine de villages environnants.

Il a salué le financement estimé à 244,8 millions de FCfa accordé par le Fera pour les travaux d’entretien de la piste qui va contribuer à faciliter les évacuations sanitaires et l’acheminement des produits agricoles vers les marchés hebdomadaires comme celui de Diaobé. « Cette initiative traduit la vision des autorités à travers l’acte 3 de la décentralisation », a soutenu M. Gano. Il a exhorté les responsables du Fera à élargir ce partenariat aux autres communes du pays. Le maire de Médina Cherif a, par ailleurs, invité le Fera à être leur portevoix auprès du Puma, du Pudc et de l’Ageroute pour davantage  désenclaver leur localité en construisant d’autres pistes et routes. Ce qui, selon lui, permettra aux populations de cette collectivité territoriale de mieux écouler leurs productions.

Après l’étape de Médina Cherif, la délégation du Fera s’est dirigée vers Mampatim, une autre commune située à près de 70 km de la ville de Kolda qui a également bénéficié d’une enveloppe de 300 millions de FCfa. Ce concours financier du Fera a permis de réhabiliter la piste latérite distante de 21,8 km et qui relie Mampatim à la localité de Badion. « Cette piste a été construite en 1988 par la Sodefitex. Depuis cette date, elle n’a pas connu de travaux d’entretien malgré nos nombreuses sollicitations auprès des autorités », rappelle Boubacar Mané, maire de la commune de Mampatim.
 
Des communes pilotes pour tester le partenariat
Il a fallu attendre trois décennies pour voir cet axe réhabilité grâce à un financement du Fera. M. Mané explique que cette piste étant très sollicitée, sa réhabilitation est une aubaine pour les populations des villages environnants qui rencontraient des difficultés pour évacuer leurs productions.

Interpelé sur cette convention, l’Administrateur général du Fera, Papa Modou Ndiaye, explique que Médina Cherif, Mampatim et Vélingara sont les communes pilotes avec lesquelles le Fera a commencé à travailler sur ces programmes d’entretien et de réhabilitation. Il soutient que dans le passé, le Fonds finançait le réseau non classé avec l’Ageroute qui signait des conventions avec ces communes. Mais depuis 2017, le Conseil d’administration a autorisé le Fonds à travailler directement avec les municipalités pour les appuyer en désensablement et en entretien. Ce dernier ajoute que ce programme permet de désenclaver tous les villages traversés par les pistes pour évacuer les productions agricoles. « Nous nous réjouissons de cette visite car nous avons vu que les communes sont en mesure, si on les accompagne, d’exécuter leur programme convenablement ; notamment en matière de désenclavement », a dit M. Ndiaye.

Les travaux de désensablement créent des dizaines d’emplois
Si les communes de Médina Cherif et de Mampatim ont consacré leurs ressources à l’entretien et à la réhabilitation de pistes, Vélingara, de son côté, a pris l’option d’injecter l’argent dans le désensablement, l’achat de matériels (camions) et de l’équipement. Sur les différents axes routiers qui convergent vers le centre-ville, de jeunes hommes et femmes, pelles et râteaux à la main, assainissent la chaussée. Aboubacary Diallo, diplôme de comptabilité et de gestion en poche, a pu trouver un emploi dans ce projet qui lui permet, aujourd’hui, de gagner un revenu mensuel de 65.000 FCfa. Vêtu d’un gilet fluorescent, casquette bien visée à la tête, râteau à la main, ce trentenaire travaille entre 7h et 13 du lundi au vendredi. « Les ressources que je gagne dans cette activité me permettent de subvenir à mes besoins et à ceux de ma famille », confie-t-il. Se montrant plus ambitieux, il utilise même une partie de son revenu pour épargner afin de trouver d’autres activités génératrices de revenus. Toutefois, il sollicite plus de moyens matériel et d’équipement pour mieux faire son travail. Mamadou Bâ, Secrétaire général de la Commune de Vélingara, a indiqué que l’entretien de leurs infrastructures routières était un défi pour leur commune. «L’ensablement a porté un préjudice aux infrastructures routières. Il contribue à favoriser les inondations d’autant qu’il empêche le fonctionnement normal du système de canalisation », souligne M. Bâ. D’après lui, certains jeunes de Vélingara sont partis de ce métier pour trouver leur propre emploi. Pour la première année de ce partenariat, ce sont 69 jeunes qui ont été recrutés avec un forfait mensuel de 65.000 F Cfa.

Vers un élargissement de la convention
du Fera aux autres communes

Selon le président du Conseil d’administration du Fera, El Hadji Seck Ndiaye Wade, depuis 2017, un budget de 3 milliards de FCfa a été réservé aux collectivités territoriales afin de les aider dans l’entretien de leurs routes. C’est dans ce cadre que des communes pilotes telles que Vélingara, Medina Cherif, Mampatim, Yoff… ont été choisies. A l’en croire, le projet est en train d’être étendu à d’autres collectivités. « Il y a une vingtaine de communes qui ont émis l’idée de vouloir bénéficier de cet apport pour l’entretien de leurs routes et de leur piste », confie-t-il. A son avis, cette convention s’inscrit dans la vision de l’Etat, en termes de décentralisation, consistant à appuyer les collectivités territoriales à être autonomes. «  L’argent dont nous disposons pour faire ce travail provient des taxes des usagers de la route et du Budget consolidé d’investissement (Bci). Dans notre stratégies, pour être plus autonomes par apport à la mobilisation des ressources, nous sommes en train de travailler à chercher des financements innovants pour satisfaire ces demandes », indique-t-il.

Abdou DIAW

 

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.