Print this page

Fonds national de la statistique : Le chef de l’Etat favorable à l’accélération du processus

13 Juil 2018
1386 times

Le président de la République a invité le gouvernement à accélérer le processus de mise en place d’un fonds national de la statistique.

La cérémonie d’hier a servi de tribune au chef de l’Etat pour souligner les progrès réalisés par notre pays dans la production de données statistiques. Macky Sall a rappelé que depuis novembre 2017, le Sénégal est le 4ème pays en Afrique subsaharienne, après l’Afrique du Sud, les Seychelles et l’île Maurice, à adhérer à la Norme spéciale de diffusion des données du Fmi. Il se dit d’autant plus heureux que cela pourrait « mettre fin à la fois à la polémique stérile » sur les statistiques. «L’Ansd donne ses statistiques de façon tout à fait indépendante. C’est la clé de voûte du système statistique national. Elle a su assurer la production de données aux standards internationaux en termes de qualité et de délais », a déclaré le président Sall.

Les performances de l’Agence sont, à son avis, la résultante d’une volonté politique forte et des efforts conjugués de l’ensemble des acteurs. C’est pourquoi, il accueille favorablement le renforcement des moyens de l’agence. Dans la même lancée, il a réaffirmé son engagement indéfectible en faveur d’un système statistique national indépendant et performant. Macky Sall a demandé ainsi au gouvernement d’accélérer le processus de mise en place d’un fonds de développement de la statistique déjà fortement recommandé par le Conseil national de la statistique. Il a, dès l’entame de son discours, salué la qualité de l’administration sénégalaise constituée de « cadres compétents, chevronnés dans tous les secteurs de la vie nationale ». «Les statistiques, c’est l’affaire des professionnels. On peut les interpréter comme on veut mais on ne peut pas remettre en cause les fondements même qui caractérisent l’étude des statistiques, les échantillonnages, les méthodes de calculs. C’est de la science, des mathématiques. On ne peut pas mettre la politique dans les mathématiques et dans la science. On peut maintenant dire qu’on n’est pas d’accord sur les chiffres donnés, encore faudrait-il être capable de prouver pourquoi vous n’êtes pas d’accord ? », a-t-il dit.

M. CISS et A. KANDE

Rate this item
(0 votes)