banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Commerce africain : Afreximbank lance une plateforme de données pour accroître les échanges

16 Juil 2018
1602 times

En marge de son assemblée générale qui a pris fin samedi, la Banque africaine d’import export (Afreximbank) a lancé à Abuja une plateforme d’informations sur la clientèle panafricaine dénommée Mansa. L’objectif visé à travers cet instrument est de stimuler le volume des échanges commerciaux africains.

La seconde journée de l’Assemblée générale d’Afreximbank tenue, à Abuja, au Nigeria a été marquée par la mise en place de Mansa, une plateforme d’informations sur la clientèle panafricaine qui apportera une source « fiable unique » de données requises pour effectuer les vérifications nécessaires sur les contreparties en Afrique.

En effet, la plateforme tire son nom de Mansa Musa, puissant dirigeant de l’empire du Mali au 14ème siècle, qui a donné plus de place à l’Afrique dans le monde et a développé le commerce dans le continent en faisant de Tombouctou le centre des affaires. L’objectif de cet outil innovant est d’accroître le volume du commerce au sein de l’Afrique et de limiter les risques liés à la conformité, en renforçant les liens entre les banques et entreprises hors d’Afrique souhaitant faire des affaires avec les banques et entreprises africaines.

Le président d’Afreximbank, Dr. Benedict Oramah, explique que cette nouvelle plateforme est le prolongement naturel de la mission d’Afreximbank « de développer et diversifier le commerce africain ». Selon lui, Mansa stimulera le commerce africain en permettant de faire des vérifications sur le client tout en réduisant la charge opérationnelle et les coûts de mise en conformité.

Autrement dit, Mansa se veut la plateforme centralisée de référence qui permet d’effectuer les vérifications sur les clients à travers le continent africain. En fournissant des informations complètes, elle mettra fin à l’évaluation subjective des clients et éliminera l’idée souvent « injuste » qu’il est risqué de faire des affaires avec des entreprises africaines. Mansa permettra également de mieux connaître le climat des affaires dans un pays et donnera des informations sur des services associés sur le continent.

D’après Oramah, Afreximbank a dirigé la création de cette plateforme sur la clientèle qui permettra également aux établissements financiers et aux sociétés d’Afrique de répondre aux attentes des clients et des partenaires commerciaux tout en assurant une bonne conformité réglementaire. Avec cet outil de données, la banque ambitionne de relever les nombreuses contraintes qui freinent le développement du commerce. A en croire le président d’Afreximbank, il y a actuellement un déficit commercial  de 120 milliards de dollars à combler et un gap annuel de 93 milliards pour ce qui est du financement des infrastructures commerciales. L’autre défi, c’est l’augmentation de la part de l’Afrique estimée à 3 % dans le commerce mondial.

De notre envoyé spécial à Abuja (Nigéria), Abdou DIAW

LE NIGÉRIA AMBITIONNE DE RÉDUIRE SA DÉPENDANCE AU PÉTROLE
Lors de la clôture de l’assemblée générale, samedi à Abuja, le président nigérian, Muhammadu Buhari, a annoncé son intention de diversifier son activité économique en investissant des secteurs porteurs autres que le pétrole. « Notre gouvernement a adopté une politique de croissance économique inclusive. Nous sommes déterminés à atteindre cet objectif en réduisant notre dépendance excessive au pétrole brut », a indiqué le président nigérian. Il ajoute qu’à ce jour, l’Etat du Nigeria a investi de « façon dynamique » dans l'infrastructure pour soutenir son potentiel de croissance dans l'agriculture et les minéraux solides. « Nous autorisons également de nombreux entrepreneurs nigérians dans les économies du divertissement et du numérique », confie M. Buahri, en mettant en exergue le rôle prépondérant joué par son pays dans le continent. « En Afrique, le Nigéria a un rôle unique et important à jouer. Nous sommes une vaste nation de près de 200 millions de personnes, avec une diversité de langues, de cultures, de dotations naturelles et d'aspirations. Cependant, ce que nous avons tous en commun, c'est qu'à tous les niveaux, le Nigeria est une nation commerçante », a déclaré le président du Nigéria.

A. DIAW

1ER ANNIVERSAIRE DU DÉCÈS DE BABACAR NDIAYE : HOMMAGE À L’ARCHITECTE DU PROJET AFREXIMBANK
L’ombre de notre compatriote Babacar Ndiaye, ancien président de la Banque africaine de développement (Bad), a plané sur la 25ème assemblée générale d’Afreximbank. Les dirigeants de cette institution ont saisi l’occasion, vendredi 13 juillet (date marquant le 1er anniversaire du décès de Babacar Ndiaye), pour rendre un hommage au premier Sénégalais président de la Bad, considéré également comme l’architecte principal du projet Afreximbank. « Nous remercions le regretté Dr. Babacar Ndiaye d'avoir dirigé le projet de cette banque d’import export de la vision à la réalité. Il a travaillé avec ténacité, tact et courage pendant six ans pour mener à bien le projet, surmontant une vive opposition, notamment de la part de certains membres du Conseil d'administration de la Banque africaine de développement », a témoigné Dr Benedict Oramah qui a demandé à l’assistance d’observer une minute de silence en sa mémoire. Selon lui, l’ex-président de la Bad a redessiné le projet pour créer un partenariat public-privé unique dans un cadre multilatéral, réduisant ainsi le rôle de la Banque africaine de développement. Pour M. Oramah, Dr Ndiaye est parti, mais son esprit continue à vivre, alimentant les ambitions des agents d’Afreximbank.

A. DIAW

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.