Print this page

Diversification des sources d’énergie dans l’agriculture : Des acteurs réfléchissent sur la valorisation énergétique de la balle de riz et du typha

25 Juil 2018
11523 times

Au Sénégal, la réflexion est menée en vue d’une valorisation de la balle de riz et du typha en source d’énergie.

Les acteurs du monde rural sénégalais veulent apporter leur contribution dans la valorisation des énergies renouvelables dans l’agriculture. Ils ont profité d’un atelier organisé par l’Institut mondial pour la croissance verte (Global green growth institue) pour discuter de la possibilité de transformer certains sous-produits agricoles en source d’énergie dans la chaîne de valeur. Il s’agit, entre autres, de la balle de riz et du typha. Selon Mouhamadou Tounkara, coordonnateur de Global green growth institue pour la zone ouest africaine, le typha, connu comme étant une plante envahissante et la balle de riz, un sous-produit de la riziculture, peuvent constituer une véritable source d’énergie renouvelable dans l’agriculture.

Au Sénégal, depuis 2016, l’Institut mondial pour la croissance verte est en train de formuler des recommandations pour accompagner le Sénégal dans la valorisation des énergies renouvelables et dans la mobilisation des investissements verts, destinés au financement de projets durables. 15 types de déchets provenant des abattoirs, de la graine d’arachide, des déchets communaux, de la boue de vidange, etc., ont déjà fait l’objet d’une intégration comme intrants agricoles, a déclaré M. Tounkara. Il s’agit, de voir, aujourd’hui, comment formuler des modèles d’affaires et peaufiner des options de financement pour valoriser la balle de riz et le typha en source d’énergie. Cette initiative va contribuer à la baisse de la facture énergétique dans la production et dans la transformation mais aussi aider le Sénégal à faire face à ses aspirations en matière de développement durable, a déclaré Dogo Seck, secrétaire général du ministère de l’Agriculture et de l’Equipement rural. « La valorisation énergétique de la balle de riz contribuera non seulement à réduire les coûts énergétiques dans la production et dans les opérations de transformation mais aussi à débarrasser l’environnement des résidus de récolte qui ne sont pas utilisés », a-t-il indiqué. Il estime, qu’à côté de la balle de riz, le typha va augmenter aussi les quantités de biomasse utilisées dans la production. A terme, selon Dogo Seck, il s’agira de donner de la valeur aux sous-produits de l’agriculture et faire du secteur agricole le moteur de la croissance et du développement durable. « L’énergie reste encore un intrant qui pèse très lourd dans le budget des producteurs et des transformateurs des produits agricoles », a affirmé M. Seck. Il invite les acteurs et les porteurs de projets à miser sur la balle de riz et sur le typha comme nouvelles sources d’énergie et à créer, dans la foulée, des emplois verts et des revenus substantiels dans le monde rural.

Seydou Prosper SADIO

Rate this item
(0 votes)