banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Nomination de Pape SENE à la présidence du Comité Sénégalais des droits de l’Homme : La société civile désapprouve...

04 Jan 2016
1719 times

Le gouvernement a porté son choix sur Me Pape Sène, membre de l’Apr et maire de la commune Ndondol, pour remplacer Alioune Tine à la tête du Comité Sénégalais des droits de l’homme (Csdl). Des organisations de défense des droits de l’homme ont signé un communiqué conjoint ce 31 décembre dernier pour s’insurger contre cette mesure.
Quatre organisations de défense des droits de l’homme expriment, à travers un communiqué, « leur préoccupation suite à la nomination d’un militant actif du parti présidentiel et maire de commune de surcroit à la présidence du Comité sénégalais des droits de l’homme (Csdl). Il s’agit de la Ligue sénégalaise des droits humains (Lsdh), Amnesty international Sénégal, Article 19 Afrique de l’Ouest et la Rencontre africaine de défense des droits de l’homme (Raddho). Selon ces organisations, depuis la création du Comité sénégalais des droits de l’homme, une institution nationale des droits humains en 1970, c’est la première fois qu’un militant de parti politique est nommé à sa tête.
« Cette nomination compromet l’indépendance requise des institutions nationales de protection et de promotion des droits humains et remet totalement en cause tout le processus de réhabilitation du Csdh, rétrogradé depuis une dizaine d’années au statut B suivant les principes de Paris », lit-on dans le communiqué conjoint. Les quatre organisations soulignent également que tous les efforts consentis au Sénégal pour placer les droits humains au cœur des politiques publiques risquent d’être anéantis et l’institution décrédibilisée davantage. « Le président de la République a certes le pouvoir de nomination aux postes civils et militaires, mais une institution nationale de droits humains comme le Csdh est par définition apolitique, équidistante et indépendante et sa crédibilité est tributaire du profil de son président », ajoute le communiqué.
Pour les défenseurs des droits de l’homme, le Sénégal, pays de référence en matière de droits humains, ne manque pas de personnalités fortes et apolitiques qui connaissent les défis d’une telle institution, qui soient imbues des valeurs de justice, d’équité et averties des enjeux de la promotion et de la protection des droits humains. La Lsdh, Amnesty, Article 19 et la Raddho « désapprouvent fortement cette nomination inappropriée et inopportune et exigent que dans les meilleurs délais cette erreur soit corrigée ».

Ndiol Maka SECK

...Me Pape Sène : « Rien ne s’oppose à ma nomination »
A peine nommé nouveau président du Comité Sénégalais des droits de l’Homme (Csdh), Me Pape Sène fait l’objet de contestation des organisations de la société civile. Joint au téléphone, Me Sène a balayé du revers de la main l’argument de ses détracteurs qui repose essentiellement sur son appartenance politique, surtout au parti présidentiel, l’Apr.
Me Pape Sène ne comprend pas ce que cherchent les organisations qui ont signé un communiqué conjoint pour dénoncer sa nomination à la tête du Comité sénégalais des droits de l’homme. Pour lui, dans la mesure où « rien ne s’oppose » à sa désignation du point de vue de la loi, il ne voit pas pourquoi cette levée de boucliers des associations signataires du communiqué. Il leur a rappelé qu’avant d’être politique, il est d’abord avocat de profession, par conséquent, éminent défenseur des droits de l’homme. Me Pape Sène a aussi souligné que durant plus de quinze ans, il a allié son  combat pour la défense des droits de l’homme et son militantisme politique sans que cela ne puisse gêner personne. Pour l’avocat, la différence entre lui et ses détracteurs, c’est qu’il a choisi de faire de la politique à visage découvert pendant que les autres qui se disent membres de la société civile, le font sous le couvert de leur association estampillée apolitique.  Il ajoute, par ailleurs, que ces mêmes associations font croire qu’elles sont seules défenseurs des droits de l’homme et en définitive elles veulent tout accaparer. Il a invité la société civile à arrêter de stigmatiser les acteurs politiques qui sont pourtant de grands intellectuels ayant fait les mêmes écoles et aussi compétents.
Revenant sur le Comité sénégalais des droits de l’homme, il a indiqué qu’il s’agit d’un organe composé de plusieurs membres et le président n’est pas seul à décider de tout.

M.S. DIAKHATE


Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.