banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Moustapha Cissé Lo, « Bennoo bokk yaakaar » : « Je m’évertuerai à agir dans le sens voulu par le Khalife »

10 Nov 2017
173 times

« Je partage les propos de Serigne Bassirou, et je m’évertuerai à agir dans le sens voulu par le Khalife général. Le président Macky Sall a bien fait d’appeler les opposants au dialogue. Toutefois, qu’on ne nous impose pas de libérer Karim ou Khalifa Sall. Nous ne libèrerons personne. Il reste entendu qu’il y aura des termes de références du dialogue. Ce seront les partis politiques représentatifs qui vont dialoguer ensemble et dessiner les contours d’un consensus sur les questions d’intérêt national pour que le Sénégal puisse émerger ».

Modou Diagne Fada, député de l’opposition : « Le marabout est dans son rôle de fédérateur »
« Nous sommes ouvert au dialogue. C’est un principe fondamental en démocratie. Les acteurs politiques de différents bords doivent se retrouver pour trouver un consensus sur l’ensemble des questions qui sont en discussion. Aujourd’hui, nous avons un problème de fichier électoral, de cartes d’identité biométriques, de fiabilité de l’organisation des élections. Pour toutes ces questions, nous devons échanger et nous entendre en tant qu’acteurs politiques. Sur le principe, nous n’avons pas de problème. Mais un dialogue, pour qu’il soit bénéfique à tous ceux qui y participent, doit être inclusif. Cependant, j’ai l’impression que quand le pouvoir appelle au dialogue, il regarde dans une seule direction. Nous sommes pour un dialogue qui englobe toutes les forces politiques. Le marabout est dans son rôle de fédérateur, de régulateur social, un rôle qui consiste à aplanir les divergences qui existent entre les différents acteurs politiques. Pour cela, nous devons le remercier. Son discours peut encourager bon nombre d’acteurs à aller dans le sens du dialogue. En ce qui nous concerne, tenant compte de cela et du fait que le dialogue est un principe fondamental en démocratie, nous n’avons aucun problème à y prendre part si toutes les conditions sont réunies : sincérité, transparence et une réelle volonté ».
 
Cheikh Abdou Mbacké, commission culture et communication : « Nous nous sommes correctement acquittés de la mission »
« Nous nous sommes correctement acquittés de la mission qui nous a été confiée par le khalife général à travers l’organisation du colloque, les conférences et les journées Safar au Sénégal et dans le monde. Aujourd’hui, nous venons d’assister à un discours magistral du président du comité d’organisation qui, au nom du khalife général, a appelé à un dialogue national inclusif. Il a revisité les vertus qu’incarnait Cheikh Ahmadou Bamba et nous incite à nous inspirer de ces vertus en mettant l’accent sur l’importance du respect de la hiérarchie et de l’autorité ».
 
Me Madické Niang, président du groupe parlementaire « Liberté et démocratie » : « Le pays ne peut se construire que dans la paix »
« Le dialogue ne doit pas être une affaire de conjoncture. Il doit être sincère et de tous les jours. Nous avions répondu au dialogue national qui avait accouché d’une souris malgré une belle cérémonie qui avait eu lieu. Aujourd’hui, il nous faut un dialogue sincère, bien articulé. C’est cela notre point de vue. J’ai toujours dit et répété, après chaque Magal, qu’il nous faut construire ce pays dans le dialogue et dans la paix. C’est seulement après cela que le Sénégal pourra jouer son véritable rôle. Nous sommes connus et reconnus comme un pays stable. Je continue d’être un fervent supporter de ce principe. Je dis, une fois de plus, aux gouvernants d’engager un dialogue sérieux et sincère et de continuer. Nous avons été le plus grand parti à répondre à l’appel du président Macky Sall pour participer au dialogue national. Qui est-ce qu’il est devenu ce dialogue ? Aujourd’hui, on nous demande à nouveau de dialoguer. Nous disons au Khalife, vous prêchez des convaincus. Nous sommes persuadés que ce pays ne peut se construire que dans la paix et le dialogue. Mais il faut que ce dialogue soit sincère ».
 
Aida Mbodj, député de l’opposition : « Si le président y met les formes, nous sommes prêts »
« Nous sommes des disciples et restons toujours à l’écoute des consignes de notre guide. Nous aussi sommes disposés à suivre ses recommandations. Cependant, le chef religieux qui nous donne ses recommandations se doit de veiller au suivi de ses directives. Nous pouvons bien être ensemble pour œuvrer pour le bien-être du pays, mais cette décision ne dépend pas de nous qui sommes dans l’opposition. Le président de la République est aussi concerné par cette recommandation. Il lui appartient de réunir les conditions de ce dialogue tant souhaité. S’il nous appelle en y mettant les formes, nous sommes prêts ».
Last modified on vendredi, 10 novembre 2017 14:02
Rate this item
(0 votes)

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.