banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Mausolée de « Al Maktoum » : Ndiandakhoum, lieu de pèlerinage

02 Déc 2017
66 times

Depuis le mois de mars dernier, le quartier de Niandakhoum, à Tivaouane, est devenu un véritable lieu de pèlerinage en raison de la présence du mausolée de Serigne Cheikh Tidiane Sy « Al Maktoum ». Chaque jour, des centaines de fidèles viennent de tous les coins du pays se recueillir sur la tombe du défunt khalife. Le pic est attendu pendant le Maouloud, marquant la célébration de la naissance du Sceau des prophètes (Psl), où la cité religieuse connaît une effervescence exceptionnelle.

Rappelé à Dieu le 15 mars 2017, Serigne Cheikh Ahmad Tidiane Sy « Al Maktoum » repose, selon sa dernière recommandation, dans sa demeure, sise à Niandakhoum, à quelques encablures du Champ de Courses où il avait l’habitude de célébrer la naissance du prophète Mouhamed (Psl). Les travaux de construction pour l’aménagement, conformément à ses souhaits, suivent leur cours. Mais les fidèles, disciples et autres croyants n’ont pas attendu la fin des travaux pour investir les lieux. Chaque jour, c’est un cortège interminable d’hommes, de femmes, de jeunes et moins jeunes qui viennent se recueillir sur le tombeau du défunt khalife.

Le mausolée de Serigne Cheikh est inclus dans une immense enceinte. Et de loin, avec du recul, l’on prend la mesure du gigantisme du lieu. L’ensemble comprend un grand bâtiment dans la cour duquel se trouve la tombe du saint homme dont la construction est en cours. Ce nouveau site attire de nombreux pèlerins qui habitent Tivaouane et aussi beaucoup de gens qui arrivent dans la cité religieuse et qui profitent d’une courte halte pour s’y rendre et y prier.

Le fait que le Cheikh ait choisi ce quartier comme sa « dernière » demeure constitue un privilège pour les habitants de Niandakhoum. « C’est un privilège de savoir qu’un homme de la dimension de Serigne Cheikh repose dans ce quartier. C’est un cadeau du Ciel et nous ne pouvons que le saluer », explique Mamadou Diop, un fervent talibé tidiane. Selon lui, le quartier est devenu beaucoup plus célèbre depuis que Serigne Cheikh y a été inhumé. « Je suis assuré que de là où il est, il veillera sur nous », indique-t-il.

Partout, dans ce quartier, le discours est le même. Et Niandakhoum, selon certains, est parti pour devenir un haut lieu de pèlerinage. « La dernière fois qu’on a vu Serigne Cheikh Tidiane Sy en public, c’était lors du Gamou de 2010, au Champ de courses. Quand il a accédé au khalifat, suite au rappel à Dieu de Serigne Mansour Sy « Borom Daradji » en décembre 2012, il n’est pas apparu une seule fois. On ne le verra plus, mais on sentira sa présence et cela nous rassure ».

Pour Babacar Fall Herrera, un proche de Serigne Cheikh pour avoir cheminé avec lui depuis 1949, le mystère est l’une des identités de « Serigne Cheikh ». « Il ne faisait jamais rien comme les autres. Il a toujours été indépendant dans sa philosophie et n’a jamais trahi cette philosophie. Sa conduite n’a jamais changé. Il a été original, même dans sa mort », explique-t-il.

Un homme exceptionnel
La fierté de Babacar Fall, c’est d’avoir travaillé pour l’acquisition du site. Selon lui, la résidence de Serigne Cheikh n’était pas connue de grand monde. « J’ai moi-même fait les démarches sans son aval. C’est ma propre initiative et lui-même n’était pas au courant. Je sais que si je l’avais avisé, il aurait refusé sans hésiter. Quand j’ai trouvé le site, j’ai fait toutes les démarches nécessaires et on lui a octroyé le terrain en tant que citoyen sénégalais. Par cet acte, j’ai accompli une mission qui me tenait à cœur et il a apprécié mon geste », se réjouit-il.

Pour Babacar Fall, les qualités de Serigne Cheikh Ahmet Tidiane Sy qui était à cheval entre le spirituel et le temporel, peuvent s’égrener à l’infini. « C’était quelqu’un de très simple qui a toujours vécu dans une discrétion la plus totale parce que ne voulant gêner personne. D’une grande ouverture d’esprit, il était aussi cultivé, généreux, et ne sous-estimait personne. Aucun courrier ne franchissait sa maison sans être lu. Il exploitait toute idée qu’on lui donnait et tout le monde était important à ses yeux », fait-il savoir.

Eloquence et générosité
L’éloquence de Serigne Cheikh faisait partie de ses forces. Lui-même ne disait-il pas « mon esprit a fini d’apprivoiser les moindres secrets de la rhétorique et les échos de mon éloquence retentiront à jamais » ? Pour Moussa Sèye comme pour la majorité des talibés et sympathisants, « Al Maktoum » était un véritable puits de science, un homme d’une grandeur exceptionnelle, d’une grande érudition et d’une noblesse d’esprit indescriptible. « Il était aussi un conférencier de talent et il l’a prouvé à la face du monde. Serigne Cheikh fut aussi un révolutionnaire dans l’âme et a marqué son époque par son courage, ses prises de position », indique Babacar Fall.

La générosité de « Al Maktoum » n’est pas occultée par les populations. « Il était quelqu’un de très social et aidait beaucoup de gens dans la discrétion la plus totale », nous dit-on. « Il était généreux et dans sa générosité, il avait deux points faibles. Quand on le sollicitait pour les besoins de la maison ou de l’éducation des enfants, il n’hésitait jamais », renseigne Babacar Fall.

« C’est lui qui m’a fait. En guise de reconnaissance pour tout ce qu’il a fait pour moi, un de mes fils porte son nom », indique-t-il. « Quand mon fils aîné était encore plus jeune, il l’a regardé et m’a dit voilà mon futur docteur. Plus tard, mon fils est devenu un docteur vétérinaire. Lors de sa thèse, il a gracieusement offert un million de FCfa pour préparer l’évènement. Aujourd’hui, la fille aînée de mon fils est une doctoresse. C’est dire que Serigne Cheikh m’a beaucoup marqué ». Pour Babacar Fall comme la majorité des populations de la cité de Mawdo, « Al Maktoum » a bien réussi sa mission et est parti avec ses mystères. Et ce départ a plongé la communauté tidiane et musulmane dans une grande et profonde solitude. Mais Serigne Cheikh n’est pas vraiment parti. Le long ballet des fidèles qui viennent chaque jour se recueillir sur sa tombe montre qu’il est toujours là.

Samba Oumar FALL

Rate this item
(0 votes)

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.