banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Voyagistes privès : «Le maintien du prix du package n'est pas à notre avantage»

04 Mai 2018
903 times

La décision prise par le Chef de l’Etat sénégalais de maintenir le prix du package pour l’édition 2018 du Hadj, à 2 600 000 F cfa risque d’engendrer des frustrations si des précisions ne sont pas apportées selon Cheikh Bamba Diouf.

Pour Cheikh Bamba Dioum, l’auteur de l’ouvrage sur « les chemins du Hadj », qui s’est exprimé hier, au nom des voyagistes privés, le gouvernement du Sénégal, qui s’inscrit dans une dynamique de privatisation du Hadji, doit apporter des réajustements pour éviter que l’édition 2018 du Hadj n’enregistre des couacs.

Les voyagistes privés ont manifesté, hier, leur mécontentement suite à une demande de la délégation générale du Hadj de fournir leur compte d’exploitation, ce qui est, disent-ils, du domaine du privé et dénote d’un manque de considération envers les voyagistes qui convoient plus de 90% des pèlerins en partance pour la Mecque, soit les 10 860 pèlerins sur 12 860.
Ils demandent à l’Etat d’édifier l’opinion publique sur le maintien du prix du package à 2 600 000 F Cfa. « Des pèlerins pensent que c’est le prix officiel alors qu’il ne concerne que les 2000 pèlerins de la Délégation générale. » ajoute M Dioum. Ils déplorent également le fait que le package ne soit plus disponible depuis l’annonce de cette mesure, le 20 avril dernier, à l’issue d’un conseil interministériel.

Par ailleurs, pour M Bamba Dioum et ses collègues, les populations doivent être édifiés sur la vérité des prix. Il explique que les coûts supportés par les voyagistes ne permettent pas de s’aligner sur les prix de l’Etat surtout qu’ils font face à des coûts additionnels. Loin de verser dans la surenchère, ils soulignent qu'ils sont dans l’obligation de proposer des forfaits Hadj à plus de 3 millions de F Cfa.
« En matière de prix, il est difficile de faire fi des réalités du marché. Le coût de revient du billet pour la Mecque dépasse, depuis 2016, largement les 2 600 000 F cfa. Des couts additionnels, d’un montant de 120 000 f cfa, se sont greffés en 2017 avec la mesure prise par l’Arabie Saoudite d’augmenter les titres de séjour, nous avons payé 10% de taxes supplémentaires » ajoute M Dioum. 

Ils soulignent aussi que le nouveau cahier des charges qui exige aux voyagistes privés de convoyer au minimum la moitié de leurs pèlerins par le biais de la compagnie affrétée par l’Etat, n’est pas à leur avantage. «  Cette situation a entrainé une hausse du prix de façon fulgurante avec un billet d’avion qui nous revient à 1 190 000 Fcfa alors qu’il variait, en 2016, entre  800 000 f cfa et 1 000 000 f cfa.  Nous n’avons pas la liberté de choisir notre avionneur. Avec cette structuration du prix, nous ne pouvons pas procéder à des baisses au risque de mourir. L’Etat doit réagir dans l’intérêt de tous les pèlerins » fait savoir M Dioum.

Matel BOCOUM

 

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.