banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Magal du «Ndiguel» de serigne Touba à Cheikh Alassane Sene : La 127ème édition célébrée ce samedi à tivaouane

04 Mai 2018
659 times

La 12e édition du Magal du « Ndiguel » de Serigne Touba à Cheikh Alassane Sène sera célébrée ce samedi 05 mai à Tivaouane, précisément au quartier Tivaouane mouride sur la route de Saint-Louis.

Récital du coran, prières, invocation du nom d’Allah, lecture d’écrits de Serigne Touba et causerie sur la vie de Cheikh Alassane Sène et Cheikh Sidi Ba seront au menu. Ce marabout mouride a vu le jour à Keur Madialé, un village situé dans le département de Louga, vers 1865. Il est le fils de Serigne Massamba Sène et de Sokhna Ndiaya Mbaye Seck. Dès son jeune âge, son père le confia à Tafsir Oumar Thioune, un grand érudit de Saint-Louis très réputé pour sa sagesse et sa pédagogie.

Cette ville cosmopolite, carrefour des sciences religieuses à l’époque, accueillit donc le jeune Ndiambour-Ndiambour en quête de savoir, de savoir-faire et de savoir-être vers 1875. Après quelques années d’études, il maîtrisa parfaitement le coran et découvrit en même temps la région du fleuve puisqu’il accompagnait très souvent son maître durant ses tournées dans le Gandiol et le Walo. Il quitta l’ancienne capitale du Sénégal vers 1885 pour revenir dans son Ndiambour natal. Toujours dans sa quête perpétuelle de connaissance, il découvrit Cheikh Amadou Bamba qui prêchait encore dans le Mbacké Cadior. C’est avec lui qu’il paracheva sa formation dans plusieurs domaines de la science religieuse.  Son séjour auprès de Khadim Rassoul durera jusqu’en 1895, date à laquelle le fondateur du mouridisme fut déporté au Gabon. Sans démordre de sa volonté d’acquérir le maximum de connaissances, il se rendît à Gawane chez Serigne Cheikh Anta Mbaké, frère de Serigne Touba. Il y resta jusqu’au retour d’exil de son maitre en 1902.

Cheikh Alassane Sène s’est ensuite  installé à Tivaouane vers 1905. Déjà, la ville avait la réputation de foyer religieux de la tidianya avec l’installation de Seydi Elhadj Malick depuis 1902, venant de Diarné dans le Cayor où il résidait depuis 1895. En effet, les statistiques des écoles coraniques de l’année 1911 révèlent la présence de 21 marabouts établis à Tivaouane, qui dispensent l’enseignement coranique à plus de 300 enfants. Cheikh Alassane Sène, un mouride « Sadikh », a vécu en bon voisinage avec les hommes de Dieu vivant dans la sainte ville de Tivaouane dans la crainte référentielle de Dieu et l’humilité jusqu’en 1934, date à laquelle il rejoint son créateur à l’âge de 69 ans.

Ndiol Maka SECK

 

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.