banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

63ème anniversaire de l’armistice de 1945 : L’ambassadeur de France rend hommage aux Tirailleurs sénégalais

11 Mai 2018
800 times

Dans le cadre du 63ième anniversaire de l’armistice de 1945, l’ambassadeur de France au Sénégal, Christophe Bigot, s’est rendu, hier, au cimetière de Thiaroye où il a fleuri le mémorial érigé en l’honneur des Tirailleurs sénégalais. Il a magnifié le rôle de ces anciens combattants pour la liberté.

L’ambassadeur de France au Sénégal, Christophe Bigot, a exprimé un témoignage de solidarité et de reconnaissance envers tous ceux qui ont combattu pour la liberté sur les fronts africains et européens. Il s’agit des soldats européens, mais aussi de leurs alliés (Etats-Unis, Union soviétique, Royaume-Uni, Canada, Australie, Tirailleurs sénégalais). Sa présence dans ce cimetière traduit sa volonté de fleurir ce mémorial en l’honneur des Tirailleurs sénégalais et de se recueillir ensuite devant une page sombre de l’histoire commune au Sénégal et à la France.

«Les Tirailleurs sénégalais sont des figures emblématiques généreuses qu’on retrouve dans cette histoire commune qui est la nôtre, dès 1857, sous l’autorité de Faidherbe», a-t-il estimé. Il a trouvé que « cette histoire est longue et remarquablement forte », comme l’a illustré l’hommage récemment rendu par le Président Macky Sall au sergent Malamine Camara lors de sa visite au Congo. «Ces tirailleurs ont joué un rôle remarquable dans la libération de la France lors de la Seconde guerre mondiale», a ajouté M. Bigot. «Des noms de bataillons et régiments résonnent toujours dans nos mémoires. Premier régiment des Tirailleurs sénégalais, le régiment de Marche, de Tchad. Suite à l’appel du général De Gaulle, les régiments français ont joué un rôle essentiel dans la reconquête de la victoire», a-t-il soutenu.

Devoir de vérité

Il s’est souvenu qu’au sein de la France combattante, les Tirailleurs sénégalais ont participé à de nombreuses batailles en Tunisie, en Italie et dans les Vosges, ainsi que lors du débarquement et pendant la libération de la Provence. «Certains animaient des réseaux de résistance», a-t-il poursuivi. Aussi, a-t-il évoqué le souvenir de certains anciens combattants présents à cette cérémonie et qui se souviennent de leur enrôlement dans les armées françaises, ainsi que de leur participation dans des combats en Indochine et en Algérie pour actions de formation. Selon lui, ces combats partagés constituent notre histoire, notre fierté. D’après lui, nous retrouvons, aujourd’hui, ce même esprit de solidarité au Mali où soldats français et sénégalais luttent ensemble. «Les Sénégalais, dans le cadre de la Minusma, et les Français, dans celui de Barkane, travaillent ensemble contre les forces radicales pour stabiliser le Mali, l’Afrique de l’Ouest», a-t-il souligné.  Christophe Bigot a rappelé la visite qu’il a effectuée dans ce cimetière dès son arrivée au Sénégal, le 16 juin 2016. «Je suis venu, ici, seul, un dimanche matin, et j’ai rencontré le gardien. J’ai souhaité me recueillir seul devant ces tombes de manière anonyme. Car je sais le poids des symboles et de l’histoire avec la répression sanglante intervenue en 1944 à Thiaroye qui comporte des pages particulièrement sombres», a-t-il indiqué avant de marteler ceci : «Nous vous devons un devoir de vérité. Le Président Hollande l’a dit avec le Président Macky Sall en venant ici». Selon lui, c’est dans cet esprit que des archives officielles ont été remises.

Référence à Léopold Sédar Senghor

«Il reste aux historiens de faire leur travail. Ils le font, je le sais, avec beaucoup de talent et de conviction, comme le professeur Iba DerThiam. Ils ne ménagent aucun effort dans cette quête de vérité qui est essentielle», a-t-il affirmé. Christophe Bigot a convoqué des vers de Léopold Sédar Senghor qui disait : «Non, vous n’êtes pas morts gratuits, vous êtes les témoins de l’Afrique immortelle. Vous êtes les témoins du monde nouveau qui sera demain». Dans le même ordre, dans «Hosties noires», dans cette ballade sanglante et mélancolique, l’ambassadeur a rappelé que Senghor proposait une vibrante célébration des trajectoires de ses compatriotes sénégalais : «Vous, Tirailleurs sénégalais, mes frères noirs à la manche chaude sous la glace et la mort, qui pourra vous chanter si ce n’est votre frère d’armes, votre frère de sang ?». Christophe Bigot de préciser que « ces vers, ces mots du poète-président ont marqué des générations sénégalaises comme françaises et doivent nous guider pour nous permettre de marcher sur ce chemin de la mémoire, de la solidarité, de la vérité, de la liberté sans rien oublier.

Abdou DIOP

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.