banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Politique de bonne gouvernance : Des réajustements à faire, malgré les gros efforts

17 Mai 2018
548 times

Le gouvernement sénégalais, s’étant engagé dans un processus d’amélioration de l’environnement des affaires, doit renforcer ses efforts, selon le rapport national d’auto-évaluation publié, hier, par la Commission nationale de gouvernance (Cng), en partenariat avec le Programme des Nations Unies pour le développement (Pnud).

Le Sénégal, qui tient à se classer parmi les meilleurs élèves, en termes de bonne gouvernance et de promotion de la démocratie, doit accélérer le rythme et veiller aussi à une domestication de la trentaine de conventions ratifiées. C’est ce qui ressort du rapport d’auto-évaluation du Sénégal présenté lors d’un atelier de partage, organisé par le ministère de la Bonne gouvernance et de la Protection sociale. Etant sur la bonne trajectoire, notre pays doit tout de même relever certains défis pour répondre à la priorité nationale et aux engagements pris au niveau sous-régional.

Le rapport, s’appuyant sur une analyse objective des populations sénégalaises, à travers des études de quatre instituts techniques de recherche, établit un diagnostic sans complaisance qui devra faciliter des réajustements. Le document, un condensé de données chiffrées, établit les efforts déployés par le Président Macky Sall qui a donné un nouvel élan au Mécanisme africain d’évaluation par les pairs (Maep), avec la mise en place de la Commission nationale de gouvernance dont l’une des missions est de mesurer les performances et contre-performances du Sénégal dans les domaines de la démocratie, de la gouvernance, de la gestion économique, de la gouvernance d’entreprise, etc.

Toutefois, le rapport fait savoir que « l’économie sénégalaise est à la traîne par rapport à d’autres pays africains qui, comme lui, ne possèdent pas de ressources naturelles abondantes ». Les experts demandent au gouvernement sénégalais d’agir sur plusieurs leviers pour donner corps à sa volonté de contribuer au développement socio-économique. En guise d’exemple, « le Plan d’investissement (Pi) du Programme national d’investissement agricole (Pnia) 2011‐2015 venait compléter les efforts du gouvernement entrepris pour faire jouer à l’agriculture un rôle majeur dans la croissance de l’économie, la sécurité alimentaire, la réduction de la pauvreté à l’horizon 2015 ». Mais, l’insécurité alimentaire demeure une réalité, particulièrement en zone rurale.

Le document fait savoir qu’il serait également judicieux d’enclencher une dynamique de communication avec les populations qui tiennent à être édifiées sur les différents enjeux, notamment le contenu des conventions avant leur signature et d’encourager l’Etat à émettre des réserves sur celles qu’il ne peut pas mettre en œuvre. Malgré tout, les ambitions fortes du gouvernement sénégalais de mettre le pays sur les rampes du développement ont été saluées. Sur les enjeux de développement, le rapport note l’environnement peu favorable à l’investissement et les défaillances des systèmes de gouvernance. Autant de facteurs qui empêchent le secteur privé de jouer son rôle de moteur de l’économie.

« Pour rendre l’économie sénégalaise plus résistante aux chocs externes et internes, il est nécessaire de la diversifier, en développant davantage des secteurs comme l’horticulture, les mines, les télécommunications et le secteur manufacturier », a conseillé Babacar Guèye, président de la Commission nationale de gouvernance (Cng). Selon lui, le Sénégal ne manque pas d’ambitions et d’atouts dans tous les domaines de la gouvernance et du développement économique et social, ce qui correspond aux objectifs du Maep, sortis des flancs Nepad.

Matel BOCOUM

 

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.