banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

130ème édition du pèlerinage marial de Popenguine : Les chrétiens invités à s’inscrire à l’école de Marie

22 Mai 2018
1177 times

Les festivités religieuses de la 130ème édition du pèlerinage marial de Popenguine ont été clôturées par la messe solennelle présidée par l’archevêque de Dakar. Dans son homélie, Mgr Benjamin Ndiaye a invité les pèlerins à dire Oui au projet de Dieu pour éviter certaines dérives telles que les violences, les assassinats, dont les enfants sont victimes ces derniers mois. Le père évêque a aussi demandé aux femmes de dire Non aux avortements parce que la vie humaine est sacrée.

Le sanctuaire marial de Popenguine a affiché son plein ce week-end de Pentecôte. Les fidèles catholiques sont venus de tous les diocèses du Sénégal et des pays de la sous-région pour participer à la 130eme édition du pèlerinage marial de Popenguine sous le thème «Ô Marie, aide-nous à dire Oui au Seigneur ». Celui-ci a été décortiqué par le cardinal Théodore Adrien Sarr, Mgr Paul Abel Mamba, évêque de Ziguinchor, et Mgr Benjamin Ndiaye, archevêque de Dakar, qui ont célébré les messes du pèlerinage 2018. Mgr Ndiaye a présidé, cette année, la messe officielle devant de nombreux fidèles, des représentants du gouvernement et des dignitaires musulmans. L’archevêque de Dakar, après les deux lectures tirées du prophète Isaïe et de Saint Paul ainsi que l’Evangile de Saint Luc, s’est appuyé sur le dialogue missionnaire entre l’ange Gabriel et Marie, notamment les différentes réactions de la Vierge Marie qui doit mettre au monde un enfant alors qu’elle était vierge. Bouleversée, Marie s’interroge sur les propos de l’ange Gabriel. « Elle veut saisir le sens de l’événement et comprendre. L’ange la rassure et lui annonce la grâce de la maternité », a expliqué Mgr Ndiaye. Elle dit Oui. Pour l’archevêque de Dakar, c’est le Oui d’une jeune fille de Nazareth, la fiancée de Joseph, à la volonté de Dieu sur elle. « C’est le Oui de Marie, notre Mère, celle que Jésus nous a donné, quand elle était au pied de la Croix de son Fils ! Ce Oui traduit son acceptation libre », a souligné le père évêque. Selon lui,  c’est un Oui qui va déterminer toute sa mission et son parcours, depuis l’annonciation jusqu’à la Pentecôte. « Le Oui de maman Marie est un Oui à la maternité, un Oui à la vie, tout à l’opposé de nos avortements, de nos assassinats d’enfants, de nos meurtres rituels, de nos violences assassines… », a indiqué Mgr Benjamin Ndiaye qui a rappelé aux fidèles le cinquième commandement de Dieu : « Tu ne tueras pas », car tout homme est une histoire sacrée. « L’Homme est à l’image de Dieu », a dit l’autorité religieuse avant de demander : « Ô Marie, aide nous à dire Oui au Seigneur ! ».

Accueillir la parole de Dieu
L’archevêque de Dakar a dit aux nombreux pèlerins qu’ils sont venus à Popenguine pour s’inscrire à l’école de Marie, pour apprendre d’elle comment porter ce Oui chaque jour de notre vie.

« Acceptons Marie comme la maîtresse qui nous initie à l’écoute du Seigneur, pour accueillir la Parole de Dieu dans le silence et le recueillement, afin que cette parole éclaire notre chemin et inspire nos comportements. Allons à Marie comme à notre éducatrice, pour apprendre à prier avec elle et en communion avec les autres, comme ses enfants, mais aussi des frères et sœurs de Jésus-Christ… », a soutenu Mgr Ndiaye. Il a présenté Jésus comme un grand-frère qui a tant fait pour les hommes. Mgr Benjamin Ndiaye a invité les pèlerins à s’inscrire dans l’héritage spirituel des générations qui ont effectué plusieurs pèlerinages à Popenguine. Ils ont entrepris leur pèlerinage, depuis 1888 à l’initiative de Mgr Mathurin Picarda. Ce dernier disait de son vivant que « l’objet de ce pèlerinage qui ouvrira, nous l’espérons, la série des manifestations de la foi et de la piété envers Notre Dame de Délivrande, c’est d’introniser solennellement la Vierge dans le nouveau domaine que nous lui avons choisi et dont elle voudra bien, nous en avons l’assurance, accepter le patronage (R de Benoît, p 218 s) ». Les centaines de pèlerins qui ont rallié Popenguine, ce week-end de Pentecôte, ont déposé, d’après l’archevêque de Dakar, leurs problèmes, leurs fragilités, soucis de familles, de santé et de travail auprès de la Vierge Marie. « Nous venons aussi auprès de Marie, qui a chanté les merveilles de Dieu dans le magnificat, avec nos joies et nos satisfactions, nos avancées et nos progrès, sans oublier nos efforts d’engagements dans l’Eglise et dans la cité et notre bonheur de célébrer notre foi, dans la communion de l’amour fraternel et la fierté de notre identité chrétienne », a reconnu Mgr Ndiaye.

De nos envoyés spéciaux Eugène KALY et Samba Oumar FALL

MGR NDIAYE INSISTE SUR LE RESPECT DES ENGAGEMENTS
L’archevêque de Dakar a demandé aux Sénégalais, en particulier aux chrétiens, de respecter leurs engagements, c’est-à-dire la parole donnée. En commentant le thème du pèlerinage «ô Marie, aide-nous à dire Oui au Seigneur », l’archevêque demande aux pèlerins, à la suite de Jésus et de Marie, de dire Oui, « mais que notre Oui soit un Oui dans le concret de nos existences. » « Un Oui qui s’incarne chaque jour davantage dans notre vie spirituelle et notre vie profane, à travers nos engagements et nos obligations. Vivons le Oui de notre baptême », a recommandé Mgr Ndiaye. Il a invité les chrétiens à ne pas renier Jésus. « Nous avons été confirmés dans la foi. Demeurons fermes. Et quand nous allons communier, disions Oui à Jésus, avec foi, en répondant amen pour recevoir son corps.

« A la suite du Grand prêtre par excellence, vivons pleinement le Oui de notre sacerdoce, ce Oui que nous avons prononcé devant le peuple de Dieu, pour accepter la charge pastorale d’évêques, de prêtres ou de diacres, au jour de notre ordination, pour sacrifier, enseigner et servir le peuple de Dieu », a indiqué Mgr Ndiaye. Et d’ajouter : « A l’école du Christ, Maître et Seigneur, doux et humble de cœur, qui s’est fait chaste, pauvre et obéissant, que notre Oui pour le suivre dans la vie consacrée demeure libre et joyeux, généreux et confiant ». Le père évêque a rappelé aux fidèles que Jésus a aimé l’Eglise et s’est livré pour elle dans un Oui total. « Que notre amour d’époux chrétiens, scellé dans le sacrement du mariage, s’alimente toujours dans la fidélité du Christ, qu’il consolide et nourrisse le Oui de nos consentements mutuels échangés au jour de notre mariage, pour devenir une seule chair, nous attacher à notre conjoint et lui demeurer fidèle parce que Dieu lui-même, qui a scellé son alliance avec nous, est à jamais fidèles »,a relaté le guide religieux.

De nos envoyés spéciaux Eugène KALY et Samba Oumar FALL

20.000 JEUNES ONT PARTICIPÉ À LA MARCHE
Dimanche dernier, des milliers de Sénégalais ont renouvelé la tradition, vieille de 38 ans, de se rendre à pied à Popenguine, lieu de pèlerinage marial. Ils étaient très nombreux ceux qui, venant des sept diocèses du pays, les uns plus éloignés que les autres, à sacrifier à cette démarche de foi lancée pour la première fois en 1980. La foi en bandoulière, ces jeunes se sont laissé gagner par la ferveur et l’enthousiasme qui se dégageaient de cette action qui représente une forme de dévotion populaire. Selon le Comité inter décanal de coordination de la marche pèlerinage (Cicomap), le diocèse de Dakar a mobilisé 11.500 marcheurs qui ont, une nouvelle fois, parcouru le circuit de plus de 52 km. Au total, ils étaient un peu plus de 20.000 jeunes, filles comme garçons, à braver la chaleur, la fatigue, la soif, pour témoigner la foi qu’ils portent en leur Seigneur. Comme lors des précédentes éditions, la paroisse Marie Immaculée des Parcelles Assainies (Mipa) s’est  fortement mobilisée, tout comme Saint-Paul de Grand-Yoff. Gabriel Preira, secrétaire général du ministère de la Jeunesse, a encouragé et félicité les marcheurs pour cette démarche de foi qui les guidera aux pieds de Notre Dame de la Délivrande où ils vont obtenir grâces et abondances, mais aussi de dire Oui, un oui qui leur permet d’aller vers le Seigneur, un oui d’engagement d’un Sénégal de paix et de prospérité. Eric Manga du Cicomap a remercié les populations de Toubab Dialaw qui accueillent chaque année les marcheurs dans leurs maisons et les a invitées à perpétuer ce geste noble.

Après la halte de Toubab Dialaw, les marcheurs ont rallié la basilique où ils ont été accueillis par des applaudissements et des prières. Dans la nuit du dimanche, ils ont participé à la messe qui leur était dédiée ; l’occasion pour eux d’adresser leurs intentions à la Vierge Marie.

De nos envoyés spéciaux Eugène KALY et Samba Oumar FALL

MGR BENJAMIN NDIAYE, ARCHEVEQUE DE DAKAR : « ASSUMER PLEINEMENT NOTRE MISSION EN METTANT EN VALEUR LES TALENTS REÇUS DE DIEU »
L’archevêque de Dakar, se veut catégorique : «  nous ne sommes pas dans un monde qui s’oppose à Dieu, mais nous sommes bien dans le monde des hommes ». Selon Mgr Benjamin Ndiaye, chaque fidèle du Christ doit assumer pleinement sa mission en mettant en valeur les talents reçus de Dieu. « Nous devons rompre avec notre timidité, pour mieux nous engager dans les différents segments de la vie sociale. D’une manière ou d’une autre, nous avons dit Oui à la société, et nous avons pris des engagements vis-à-vis de nos pays, pour intégrer un corps de métier », a soutenu Mgr Benjamin Ndiaye. «  Alors que notre Oui soit un Oui ! Un Oui sans contournement ! Un Oui qui inspire notre vécu quotidien et honore nos engagements, dans le respect des lois et règlements », a insisté le prélat. Il invité les pèlerins à prier pour leurs pays et leurs dirigeants. « Confions aussi nos intentions à nos familles, nos communautés et pour le prochain hivernage », a prié le père évêque.

De nos envoyés spéciaux Eugène KALY et Samba Oumar FALL

CEREMONIE OFFICIELLE : L’ETAT DÉTERMINÉ À PRÉSERVER LA JEUNESSE DES IDÉOLOGIES AUX ANTIPODES DE NOS VALEURS
Le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, qui conduisait la délégation gouvernementale, a magnifié, hier, lors de la cérémonie officielle du pèlerinage marial de Popenguine, le rôle stabilisateur et fédérateur des communautés religieuses du pays. Aly Ngouille Ndiaye a réitéré l’engagement du gouvernement à toujours cheminer aux côtés de l’Eglise pour préserver la jeunesse sénégalaise de la propagation d’idéologies aux antipodes de nos valeurs de paix et de cohésion sociale.

A la tête d’une forte délégation composée des ministres Augustin Tine, Serigne Mbaye Thiam, Sophie Gladima, Samba Sy, Benoit Sambou, mais aussi de députés, de l’administration territoriale, de maires et autres membres du Hcct, Aly Ngouille Ndiaye a rendu hommage aux milliers de fidèles venus de tous les horizons et aux marcheurs à la quête de bénédictions aux pieds de la Dame de la Délivrande. Pour le ministre de l’Intérieur, moment ne pouvait être mieux choisi que la Pentecôte pour honorer Notre Dame de Popenguine en mettant à profit sa sainteté pour implorer d’elle, dans la ferveur et la communion, des prières et autres actions de grâces. De l’avis d’Aly Ngouille Ndiaye, l’édition de cette année revêt un cachet particulier dans la mesure où elle coïncide avec le Ramadan, également vécu dans la ferveur par la communauté musulmane. Il a profité de l’occasion pour magnifier la cohabitation pacifique entre chrétiens et musulmans, dans la tolérance et le respect.

Face à l’intolérance, l’extrémisme, au racisme et à la haine qui connaissent, aujourd’hui, un niveau jamais égalé, le ministre de l’Intérieur s’est dit convaincu que les messages de prudence et de discernement seront bien assimilés pour préserver encore le Sénégal des dérives du terrorisme et des guerres fratricides. « Le gouvernement est rassuré par l’image que nous renvoie l’attitude de des jeunes catholiques qui constitue une jeunesse disciplinée, consciente et à l’écoute de ses pasteurs », a laissé entendre Aly Ngouille Ndiaye qui a invité les différentes communautés religieuses à poursuivre la sensiblisation des masses pour une meilleure appropriation des valeurs de paix, de tolérance et d’humanisme qui sont le socle de ces religions révélées. Le gouvernement, a-t-il dit, demeure conscient du rôle stabilisateur et fédérateur de nos communautés religieuses. De même, le ministre de l’Intérieur a réitéré l’engagement du gouvernement à toujours cheminer aux côtés de l’Eglise pour préserver la jeunesse de la propagation d’idéologies aux antipodes de nos valeurs de paix et de cohésion sociale.

S’inspirer de la Vierge Marie
Pour Aly Ngouille Ndiaye, le thème de cette édition « Ô Marie, aide-nous à dire Oui au Seigneur » est en parfaite harmonie avec notre vécu spirituel dans ce monde actuel en perpétuelle mutation. Et de rappeler que « la Vierge Marie est restée fidèle et obéissante à Dieu par son Oui à douze fois réitéré à son Seigneur ». La Sainte Vierge a été et reste, selon le ministre, un modèle pour tous les fidèles, quelle que soit leur appartenance religieuse. « L’Eglise ne s’y trompe pas. Depuis quelques années, elle nous propose cette femme exceptionnelle comme modèle de vie », a-t-il souligné. « La profondeur de ce thème transcende l’Eglise catholique pour interpeler tout honnête homme », a fait savoir Aly Ngouille Ndiaye qui a exhorté les uns et les autres à imiter le comportement de Marie.

En outre, il a insisté sur les dangers qui guettent la famille, aujourd’hui en proie à des difficultés multiples, mais aussi à nos sociétés et communautés en perte de valeurs et de repères. « On note de plus en plus dans les familles une déliquescence de l’autorité, de la stabilité, de la responsabilité, fondement de la liberté, de la sécurité, de la fraternité au sein de la société. En exaltant le rôle de mère, et d’éducatrice inspiré par la Vierge Marie, vous exprimez votre souci de la bonne éducation à inculquer à nos enfants, mais aussi votre ardent désir d’une société plus juste, équitable, harmonieuse et paisible », a relevé le ministre.

De nos envoyés spéciaux Eugène KALY et Samba Oumar FALL

POUR UN ENGAGEMENT CITOYEN DE TOUS
Sur un autre registre, le ministre de l’Intérieur a rappelé que la marche vers l’émergence et le développement du Sénégal ne saurait se faire que par un engagement citoyen de tous les fils et filles du pays. Avec les événements malheureux survenus récemment, il a invité la jeunesse à faire preuve de responsabilité, davantage de tolérance vis-à-vis du devenir socio-économique de notre nation en construction et dont les fruits sont déjà perceptibles et le seront davantage à moyen terme. En perspective des prochaines échéances électorales, Aly Ngouille Ndiaye a également exhorté les uns et les autres à faire preuve d’une implication citoyenne constructive à l’horizon. « Au-delà des passions, je voudrais vous réitérer le message de Macky Sall qui en appelle à la retenue et à la mesure dans les propos et les actes », a dit le ministre. Il a réaffirmé auprès de Mgr Benjamin Ndiaye la ferme volonté du Président Macky Sall de poursuivre le travail de modernisation du sanctuaire de Popenguine, un programme qui, selon lui, s’impose au regard de la dimension spirituelle de plus en plus grandissante de la cité religieuse. Il a sollicité auprès de l’Eglise des prières pour un Sénégal de paix et prospérité.

De nos envoyés spéciaux Eugène KALY et Samba Oumar FALL

DELOCALISATION DU SANCTUAIRE MARIAL : UN PROJET DIVERSEMENT APPRÉCIÉ PAR DES PÈLERINS
A Popenguine, les pèlerins interrogés n’ont pas le même avis sur le projet de délocalisation du sanctuaire marial devenu, aujourd’hui, très étroit pour accueillir de nombreux fidèles chrétiens. Certains sont favorables à la délocalisation qui permet d’avoir plus de places assises, d’autres pensent tout simplement qu’il faut agrandir l’existant.

« Le nouveau sanctuaire marial de Popenguine sera construit au sommet d’une colline. Il permettra aux pèlerins d’avoir une magnifique vue sur la mer, un beau cadre avec une bonne aération. Cette nouvelle infrastructure aura plus d’espace, sera accessible et conforme à un sanctuaire moderne qui vise l’avenir », avait affirmé l’archevêque de Dakar, Mgr Benjamin Ndiaye, dans une interview accordée au Soleil. Lors de cette 130eme édition du pèlerinage marial, des pèlerins interrogés sont divisés sur ce projet qui fait même l’objet d’un débat dans la cité religieuse. Assise au centre du sanctuaire, Bernadette Faye, de la paroisse Saint François d’Assise de Keur Massar, salue le projet. Elle applaudit même des deux mains l’initiative de délocaliser le sanctuaire dans un endroit beaucoup plus spacieux. « Nous devons avoir un sanctuaire moderne avec plus de places assises parce qu’il y a de plus en plus de pèlerins à Popenguine. Un sanctuaire beaucoup plus grand permettra à tout le monde d’être à l’aise et participer à la messe officielle du lundi », a soutenu Bernadette. Agée de plus 60 ans, cette fervente catholique a effectué plusieurs pèlerinages dans ces lieux dédiés à Marie. Elle reste, cependant, attirée par l’entrée triomphale des jeunes marcheurs au sanctuaire. « C’est magnifique », n’a cessé de répéter Mme Faye. Les yeux rivés sur ses enfants, Benoît Faye, de la paroisse Marie Madeleine de Mbao, a aussi approuvé le nouveau projet du sanctuaire. « L’existant a rendu d’énormes services à plusieurs générations chrétiennes qui viennent ici, depuis 1887, prier et se confier à Marie. Avec l’augmentation du nombre de pèlerins, il est devenu étroit. Il ne peut plus contenir les 100.000 pèlerins qui viennent des différentes localités du Sénégal et de la sous-région. Oui, nous voulons un nouveau sanctuaire beaucoup plus moderne, avec plus d’espaces », a lancé ce père de famille au milieu des enfants et sœurs. Mathias Diène, de la paroisse Sainte Angèle de Kounoune, a également salué l’idée d’un nouveau sanctuaire.

« C’est une bonne chose de délocaliser le sanctuaire parce que celui-là est dépassé. Il nous faut, aujourd’hui, un sanctuaire moderne avec plus de places assises », a souligné le jeune marcheur.

Il est stoppé net par son ami, Nicolas Ngomaca Ndiane. « Je ne suis pas d’accord pour la délocalisation. Il faut agrandir le sanctuaire parce qu’il y a de l’espace derrière. Ici, c’est sacré parce que nos arrières parents ont prié ici. On ne doit pas le délocaliser. Ce lieu est symbolique ». « Il n’y a rien de symbolique parce que nous restons à Popenguine », a rétorqué Mathias. Plus loin, mais dans le même endroit, deux religieuses apprécient l’arrivée des marcheurs. Interpelée, Sœur Marie Sarr, de la Congrégation des sœurs franciscaines, estime que le sanctuaire actuel est bien placé.

« Au lieu de délocaliser et d’investir plus d’argent, il faut juste le moderniser et le rendre agréable. Ici, c’est beau. Je ne vois pas pourquoi il faut le déplacer en occasionnant de nouvelles dépenses», a-t-elle relevé. Sa position est largement partagée par ce pèlerin sous couvert de l’anonymat qui est favorable à l’agrandissement du sanctuaire actuel. Le coût du nouveau sanctuaire, après validation des plans par les architectes de l’Eglise et de la présidence de la République, est évalué à 1,7 milliard de FCfa.

De nos envoyés spéciaux Eugène KALY et Samba Oumar FALL

L’EGLISE ŒUVRE, SANS RÉPIT, POUR UN DÉVELOPPEMENT DURABLE DU SÉNÉGAL
Mgr Benjamin Ndiaye a remercié Macky Sall pour son soutien. La présence du ministre de l’Intérieur est, à son avis, signe de sa proximité appréciée et de son attention louable à l’égard de la communauté chrétienne du Sénégal. Mgr Ndiaye a ainsi formulé de ferventes prières pour le chef de l’Etat, sa famille, et pour l’ensemble du peuple sénégalais. Par ailleurs, Mgr Benjamin Ndiaye a réitéré l’engagement de la communauté catholique, sous l’impulsion du Président Sall et en collaboration avec les différents acteurs sociaux, « à œuvrer sans répit pour un développement durable qui pousse dans le terreau de l’éducation aux valeurs, de la bonne gouvernance et du respect du bien commun ». Et pour l’Archevêque de Dakar, « il s’agit d’un noble et impérieux combat qui requiert, fidélité, détermination et prières ». En communion avec les responsables de la communauté musulmane, il a invité tous les croyants « à élever leurs prières vers le ciel pour implorer grâces et bénédictions de la part de Dieu sur notre pays et sur ceux qui le gouvernent ». Mgr Benjamin Ndiaye a également prié pour un bon hivernage porteur de récoltes abondantes.

De nos envoyés spéciaux Eugène KALY et Samba Oumar FALL

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.