banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Procès de l’Imam Ndao et co-accusés : Me Amadou Aly Kane déplore l’absence d’une « enquête sérieuse »

25 Mai 2018
637 times

L’avocat de l’accusé Lamine Coulibaly a indiqué, hier, lors de sa plaidoirie qu’il n’existe aucun fait matériel pouvant asseoir l’existence d’un quelconque crime commis par son client. Il a déploré l’absence d’une « enquête sérieuse » permettant de trouver des victimes des « actes de terrorisme » qu’aurait commis son client et certains de ses co-accusés.

Me Amadou Aly Kane, avocat de Lamine Coulibaly, a dévoilé de nombreux obstacles empêchant le jugement de son client. Dans sa plaidoirie devant le juge, il a souligné que le premier obstacle dans cette affaire est « l’extinction de l’action judiciaire ». Me Kane a fondé son argumentaire sur l’abrogation de la loi de 2007 qui a été remplacée par celle de novembre 2016. Or, d’après le conseil de M. Coulibaly, les faits sont visés sous l’emprise de la loi de 2007. « En cas d’abrogation, l’action publique est éteinte. Elle est finie, elle n’existe plus », a-t-il dit.

Le deuxième obstacle, a poursuivi l’avocat, est lié à la nullité du procès-verbal et de l’ordonnance de renvoi. Ce qui lui a fait dire que son client et beaucoup d’autres accusés sont en « détention arbitraire car toute la procédure est nulle ». Il a rappelé au président de la chambre criminelle que les accusés sont jugés sur la base de simples informations de police. D’après Me Amadou Aly Kane, les procès-verbaux des enquêteurs ne peuvent être retenus en l’absence de commissions rogatoires. Lamine Coulibaly et tous les autres accusés qui ont fait le voyage au Nigéria sont poursuivis pour « actes de terrorisme en relation avec une entreprise terroriste ». Ces faits se sont déroulés dans le fief de Boko Haram.

Me Kane a regretté le fait qu’aucun enquêteur de la Division des investigations criminelles (Dic) n’ait pu faire le déplacement dans la forêt de Sambissa ou d’Abbadam où se sont déroulés les « crimes » pour mener une « enquête sérieuse ». Seule la mise en place d’une commission rogatoire, a-t-il souligné, aurait permis de trouver des victimes des actes terroristes pour lesquels son client et certains des accusés sont poursuivis. « Dans cette affaire, il n’y a pas de faits », a-t-il affirmé.

«Absence de faits matériels»
Il a, par ailleurs, indiqué que son client « ne s’est pas rendu chez Boko Haram, mais s’y est retrouvé» sur ordre de son maître coranique à Richard-Toll, Aboubacry Guèye. Celui-ci lui avait promis qu’il aurait la possibilité, une fois au Nigéria, de poursuivre ses études et d’obtenir une bourse pour aller à l’étranger. Sur place, il s’est rendu compte qu’il était dans le fief de Boko Haram, avait raconté l’accusé devant la barre. Son avocat, qui ayant rappelé ce passage au juge, a informé que tout le souhait de son client, une fois dans le siège de Boko Haram, était de rentrer dans son pays. En lieu et place de l’apprentissage du Coran, Lamine Coulibaly s’est exercé maniement des armes. Toutefois, Me Amadou Aly Kane a précisé que si son client a appris à manier les armes, « c’est parce qu’il n’a n’avait pas la liberté de choisir et de dire non ».

En effet, Lamine Coulibaly, ayant eu l’occasion de s’échapper de la zone de Boko Haram pour rentrer au Sénégal, a été arrêté, en cours de route, par les forces de sécurité nigérianes avant d’être renvoyé dans son pays. L’avocat de la défense a indiqué que le Nigéria a renvoyé son client à Dakar sans aucun dossier. La preuve est que les forces de sécurité nigérianes, après leur enquête, ont découvert que Lamine Coulibaly n’était pas coupable. « S’il avait combattu et tué des soldats nigérians, le Nigéria allait le juger », a déclaré l’avocat. Néanmoins, il s’est dit surpris de voir son client être arrêté après son retour du Nigéria alors qu’il n’a commis aucun crime.

« Après son retour, il n’est allé nulle part, il n’a parlé à personne. On lui avait même proposé un voyage en Libye, mais il a refusé et a dissuadé d’autres candidats au voyage », a raconté l’avocat de la défense. Celui-ci a renseigné « qu’il n’y a aucun fait matériel » pouvant permettre d’asseoir l’existence d’un quelconque crime commis par son client. Sur cette base, il a invité le juge à « acquitter Lamine Coulibaly ».

Aliou Ngamby NDIAYE

BABOUCAR KANE, AVOCAT D’ABOU DIALLO : « ON VEUT ASSOCIER LA RELIGION MUSULMANE AU TERRORISME »
L’avocat de l’accusé Abou Diallo alias Abu « Djendel », Me Baboucar Kane, a invité, hier, le juge Samba Kane à ne pas être « victime d’un contexte, d’un texte et d’une enquête » dans le cadre du procès de l’imam Aliou Ndao et co-accusé. L’avocat a regretté que dans le contexte actuel, « à chaque fois qu’un individu veut vivre sa religion avec rigueur, on l’assimile à un terroriste ». « On veut associer la religion musulmane au terrorisme. Les Occidentaux sont victimes d’une hystérie sécuritaire, une médiatisation à outrance de cette question. Je vous invite à ne pas être dans cette logique », a appelé l’avocat.

A. Ng. NDIAYE

ME ISSA DIOP DEMANDE L’ACQUITTEMENT POUR OUMAR YAFFA
Me Issa Diop, avocat d’Oumar Yaffa, a demandé au juge d’acquitter son client qui a effectué le voyage dans le fief de Boko Haram, mais sans commettre un seul acte terroriste.

Dans sa plaidoirie, Me Issa diop n'a pas contesté le fait qu’Oumar Yaffa était dans le fief de Boko Haram. Cependant, il a précisé que son client n'a commis aucun acte terroriste. Pour lui, ce procès n'a pas sa raison d’être car le maître des poursuites ne détient aucune preuve contre les accusés. S'adressant au juge, il a rappelé que son client Oumar Yaffa était entendu comme témoin, mais pas comme un présumé djihadiste. Il a déclaré que ce dernier n'a rien à se reprocher car « il a seulement effectué le voyage en direction du Nigéria avec certains de ses co-accusés pour trouver du travail, mais pas pour combattre ». Par ailleurs, Me Diop a demandé au juge d’écarter tous les chefs d’inculpation retenus contre son client et de l’acquitter car, a-t-il précisé, « on a rien contre lui ». Pour rappel, Oumar Yaffa est poursuivi pour les délits d'actes de terrorisme en relation avec une entreprise terroriste, apologie du terrorisme, blanchiment de capitaux, association de malfaiteurs et financement du terrorisme. Dans son réquisitoire, le procureur avait requis les travaux forcés à perpétuité contre l’accusé et tous ses compagnons du voyage pour le Nigéria.

Awa Kane FALL (stagiaire)

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.