banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Tribune du Ramadan : Les quatre grands Compagnons du Prophète de l'Humanité

08 Jui 2018
568 times

II - OMAR IBN AL-KHATTAB

6- Sa gestion des Finances de l’Etat
Les ressources de l’Etat s’accrurent considérablement, en relation avec la succession des conquêtes. Des biens de toutes sortes étaient envoyés à Médine et, au début de son califat, Omar Ibn Al-Khattab les redistribuait entièrement dès leur réception. Plus tard, il fit établir des registres spécifiques concernant notamment la Zakât, les impôts, les butins et les biens anonymes :

-    La Zakât (Aumône canonique) est un pilier fondamental de l’Islam, institué dès la deuxième année de l’exil à Médine, afin de créer un réseau de solidarité au sein de la Communauté et de permettre la juste redistribution des richesses, à un moment où la majeure partie de la population immigrée était composée de pauvres ou d’appauvris ayant été obligés de laisser leurs biens à La Mecque. Elle est prélevée sur les biens des riches, au profit notamment des pauvres et des démunis.

-    L’impôt foncier (kharâj) était déterminé en fonction du rendement des terres qui, dans la nouvelle politique agricole, appartenaient désormais à ceux qui les exploitaient. Un impôt, Jizyah, était exigé des habitants des territoires conquis, notamment ceux qui bénéficiaient de la protection des musulmans sans renoncer à leur religion. Il constituait une contribution aux charges de l’Etat, requise de ceux qui n’étaient pas assujettis à la Zakât.
-    Les butins comprenaient les biens pris aux ennemis. Etaient apportés au Calife, l’argent, les bijoux, les armes, les tissus, les tapis et les autres objets précieux.
-    Les biens anonymes correspondaient à ceux qui avaient été ramassés sur les champs de bataille ou ailleurs, et qui n’avaient pas été réclamés. Ils comptaient en outre les biens de défunts qui n’avaient pas d’héritiers.

Le Calife condamnait le gaspillage des ressources publiques et veillait à la rationalisation des dépenses de l’Etat, de manière à pouvoir augmenter les dons et les moyens de subsistance des populations. A cet égard et après avoir pris l’avis d’un groupe de Compagnons, il limita son traitement au strict nécessaire, nonobstant l’accroissement des richesses de l’Etat et en dépit de la cessation de ses activités commerciales dont il tirait ses revenus.

Outre les dépenses de souveraineté, à savoir les dépenses de défense et les fonds de réserve dont l’utilisation était laissée à la discrétion du Calife, furent prélevés des Caisses du Trésor public (Bayt al-Mâl), les salaires des fonctionnaires, les soldes des soldats ainsi que les traitements des Moufti (juristes), des Qâdî (juges), des Imams et du personnel administratif des mosquées. Les dépenses de souveraineté devaient servir à la satisfaction des différents besoins militaires, en particulier l’équipement de l’Armée, ainsi que de sécurité au sein de l’espace communautaire musulman.

En matière de sécurité sociale, les dépenses budgétaires couvraient le versement de pensions en faveur des personnes âgées, d’allocations aux anciens combattants, d’allocations aux nécessiteux parmi les gens du Livre ainsi que d’allocations familiales (instituées plus d’un millénaire avant l’Occident). Des concours étaient apportés à tous ceux qui en avaient besoin, notamment ceux qui avaient apporté un service à l’Islam. Ils étaient déterminés en tenant compte de l’ancienneté de la conversion à l’Islam, à la qualité des services rendus et/ou le degré de parenté avec le Messager d’Allah.

 

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.