banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Célébration de la journée de l’enfant africain : Trouver des solutions pertinentes aux problèmes des jeunes

21 Jui 2018
724 times

Le Garde des Sceaux, ministre de la Justice a estimé que « les droits des enfants sont un pilier essentiel pour promouvoir une politique d’émergence ». Ismaila Madior Fall était à Fatick où, en compagnie de son collègue Mbagnick Ndiaye, en charge de l’Intégration africaine. Il a présidé la Journée de l’enfant africain.

La Journée de l’enfant africain, instituée pour se souvenir du massacre, par le régime blanc sud-africain, des écoliers noirs de Soweto, le 16 juin 1976, a été célébrée, cette année, à Fatick. Le tort de ces victimes innocentes de l’apartheid : une marche pour dénoncer les discriminations dont elles sont l’objet dans l’enseignement marqué par une mauvaise qualité des cursus. Bref, les écoliers de Soweto réclamaient le droit à un meilleur enseignement. Une bonne raison pour le ministre de la Justice, s’adressant aux enfants venus de toutes les régions du Sénégal, de souligner que « cette journée, qui vous est consacrée, doit nous faire prendre conscience que vos droits sont un pilier autour duquel les politiques de l’Etat en matière de développement devront s’articuler pour promouvoir une politique d’émergence ».

Selon Ismaila Madior Fall, l’importance de ces droits est la raison d’être de cette belle manifestation rehaussée par la présence des plus hautes autorités judiciaires, administratives, religieuses et coutumières des régions de Fatick,

Kaffrine et Kaolack. Le thème « Aucun enfant laissé pour compte pour le développement de l’Afrique » a été retenu, cette année, par l’Union africaine, pour évaluer sur l’ensemble du continent les progrès réalisés en faveur des droits de l’enfant. Pour M. Fall, il s’agit d’une obligation de redevabilité à laquelle chaque Etat est astreint envers sa jeunesse afin d’adresser les questions et les problématiques les plus urgentes, les plus prégnantes et d’y apporter des solutions pertinentes. Car l’Afrique compte une jeunesse dynamique constituant la moitié de sa population et dont les besoins en termes d’éducation, de santé, de formation, d’encadrement, etc., sont immenses. D’après lui, le Sénégal, qui n’est pas épargné par cette réalité, tente d’y faire face autant que ses moyens le lui permettent.

Approche-droit
En témoigne l’inscription de son système de protection sociale dans une perspective approche-droit, conforme à la convention des droits de l’enfant afin d’offrir à celui-ci des paquets de services et de transferts de nature à lui procurer une couverture maladie universelle sur des points liés à la prise en charge des médicaments, du traitement et de la vaccination, la gratuité des soins, les subventions et la garantie des mutuelles de santé. Aussi, a-t-il salué les efforts dans la recherche systématique de l’atteinte des Objectifs de développement durable (Odd) relatifs à l’amélioration de la santé de la mère et de l’enfant, l’amélioration de la nutrition et de l’alimentation scolaire, la mise en place d’une politique nationale de développement intégré de la petite enfance de zéro à six ans, la protection sociale de l’enfance en danger.

Selon le ministre de la Justice, le Sénégal place l’enfant au cœur de ses programmes et politiques de croissance inclusive et de développement durable afin de renforcer leur résilience face aux chocs conjoncturels en assurant un maillage satisfaisant du territoire national en institutions de prise en charge des enfants vulnérables. Parmi ces institutions, il y a la Direction de l’éducation surveillée et de la protection sociale qui joue un rôle important dans le rayonnement du service public de la justice. Sa directrice, Mme Ndèye Abibatou Youm Siby, a fait noter que 5.400 enfants ont été pris en charge dans le cadre de la protection sociale de l’enfance. Auparavant, le premier président de la Cour d’Appel de Kaolack, Ousmane Kane, avait évoqué les nombreux cas d’inceste et de pédophilie concernant des enfants dans des zones à vocation touristique et commerciale.

Mohamadou SAGNE   

Affaire de l’etudiant Elhadji Fallou Sene
«Le dossier suit son cours»

L’affaire Elhadji Fallou Sène, du nom de l’étudiant décédé lors d’une manifestation à l’université Gaston Berger de Saint-Louis, s’est invitée à la cérémonie de lancement de la Journée de l’enfant africain. Interpellé, Ismaila Madior Fall a fait savoir que « le dossier suit son cours ». « Le procureur de la République attend d’avoir des informations complémentaires pour poursuivre le travail qu’a commencé le procureur de Saint-Louis », a-t-il ajouteé. Selon lui, le temps de la justice n’est pas le temps ordinaire. « Les enquêtes doivent parfois prendre du temps. Mais, l’engagement que je prends, c’est qu’au niveau de la justice, ce qui doit être fait va être fait. Cela va se faire selon le temps de la justice et non pas de façon précipitée », a précisé Ismaila Madior Fall. « La justice œuvre pour la manifestation de la vérité. On doit être éclairé sur les conditions dans lesquelles cela a pu se faire. Et c’est à partir de ce moment que les décisions, qui doivent être prises au niveau de la justice, vont l’être », a-t-il indiqué.

M. SAGNE  

 

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.