banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Mariages précoces et excision : Croisade dans des villages « récalcitrants »

07 Juil 2018
464 times

A Tambacounda et Kédougou, 42% environ des filles, dont l’âge est compris entre 9 et 15 ans, ont été excisées ou données en mariage. Et une fille sur trois est mariée avant l’âge de 16 ans. C’est ce qui explique la nouvelle stratégie de l’Ong Tostan qui a mené une campagne de sensibilisation contre de telles pratiques dans des villages où celles-ci existent à une échelle jugée encore préoccupante.

« Les pourcentages d’enfants excisées ou mariées restent encore élevés dans la région de Tambacounda. Beaucoup de communautés ont déjà fait part de leur volonté d’abandonner l’excision, mais le mal est encore là », a constaté Harouna Sy, le coordonnateur de Tostan dans les régions de Kédougou (sud-est) et Tambacounda. Il prenait part à « un atelier de présentation de la situation des mariages d’enfants et de l’excision » dans ces deux régions. L’atelier a eu lieu à l’occasion d’une campagne contre ces pratiques lancée par l’Unicef, le gouvernement du Sénégal et le Fonds des Nations Unies pour la population.

Dans la zone Est du pays (régions de Tambacounda et de Kédougou), environ  42 % de filles de 9 à 15 ans ont été victimes de pratiques néfastes de l’excision ou du mariage précoce. Chez les femmes, la tendance est à 11 % du fait des différentes déclarations dans ces deux localités. Il reste que les départements de Goudiry et de Koumpentoum n’ont pas encore fait de déclaration d’abandon. Pour éradiquer ces phénomènes, l’Ong Tostan a initié une série de rencontres dans les départements avec des jeunes leaders, des marabouts, des « badiénou gox », etc., pour partager et échanger avec eux sur les conséquences de l’excision et des mariages des enfants dont l’âge est compris entre 9 et 15 ans. Surtout qu’un nombre élevé de filles de cette tranche d’âge ont été excisées ou données en mariage, a affirmé M. Sy. Toutefois, il reconnaît que les mariages précoces et l’excision sont moins pratiqués qu’auparavant. « Nous étions à 85 % il y a quelques années.

Aujourd’hui, 48 % des filles sont excisées. Et une fille sur trois est mariée avant l’âge de 16 ans », a-t-il précisé. « Les chiffres restent alarmants, ce qui signifie que nous devons persévérer dans la sensibilisation. De nombreuses communautés ont arrêté ces pratiques néfastes pour la santé de l’enfant », a-t-il ajouté.
La sensibilisation doit être poursuivie jusqu’à l’éradication du phénomène, a poursuivi Harouna Sy.

C’est une nécessité de former les jeunes sur « les méfaits » de l’excision et de leur faire connaître les lois en vigueur l’interdisant, a-t-il dit. L’Assemblée nationale a adopté une loi interdisant l’excision depuis la fin des années 90, mais celle-ci est encore persistante au Sénégal, a regretté le coordinateur. Il s’agit, pour lui, de  permettre à ces jeunes issus des conseils communaux, des associations sportives et culturelles, des relais, etc., d’être  bien informés et conscients des méfaits de ces pratiques.

Pape Demba SIDIBE

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.