Print this page

Association des jeunes avocats du Sénégal : Les bavures et tortures dans les lieux de détention dénoncées

24 Juil 2018
1427 times

L’association des jeunes avocats du Sénégal (Ajas) a tenu, hier, un point de presse à la Maison de l’avocat. L’occasion a été saisie pour évoquer les tortures et bavures notées dans les lieux de détentions comme les brigades de gendarmerie, les commissariats de police, entre autres.

Hier, face à la presse, l’association des jeunes avocats du Sénégal (Ajas) a exprimé son amertume et son désarroi face aux traitements anormaux dans les lieux de détention. Pour rappel, les hommes de tenue ont fait parler d'eux, non en bien mais plutôt en mal. Ils sont très souvent cités dans des cas de bavures entraînant une mort d'homme, comme c'est le cas récent du décès du jeune habitant de Thiaroye, Saliou Sarr, qui aurait perdu la vie suite à des tortures. Ce que l’association des jeunes avocats n’a pas manqué de déplorer. « Nous avons convoqué ce point de presse parce que nous avons constaté avec tristesse que Saliou Sarr a été maltraité. En tant qu’avocats, nous ne devons pas être des spectateurs face à un tel acte», a dit Me Ousmane Thiam, président de l’association des jeunes avocats. Aussi a-t-il rappelé l’obligation de mettre un avocat à la disposition d’une personne interpellée par les forces de l’ordre. Selon lui, toute personne interpellée a droit à un avocat durant toute la procédure judiciaire comme l’exige le texte n°5 de l’Uemoa. « Une personne interpellée ne doit subir aucune pression comme le veut le texte déjà cité et qui exige la présence d’un avocat durant les enquêtes préliminaires pour garantir les droits de l’homme », a ajouté Me Thiam. L’association des jeunes avocats du Sénégal a, par la voix de son président, interpellé le président de la République et demandé au procureur de la République de prendre toutes les dispositions pour que les auteurs de tortures et bavures dans les lieux de détention soient traduits en justice. Pour contribuer à mettre fin à ces pratiques dégradantes, l’Ajas fait fonctionner un numéro vert qui permettra aux victimes d’exposer leurs problèmes sans crainte. Aussi a-t-elle mis à la disposition de la famille Sarr de Thiaroye deux avocats pour les assister durant toute la démarche judiciaire afin que justice soit rendue.

Baye Ndongo FALL (stagiaire)

Rate this item
(0 votes)