banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Société et Faits divers (3254)

Une cérémonie symbolique de remise de médailles aux travailleurs de l’hôpital Principal s’est tenu en présence du chef d’état-major général des armées, Mamadou Sow. Geste symbolique et moment solennel qui ont vu 66 preux agents retraités et ceux en activité médaillés dont 21 Grand or, 11 Or, 4 Vermeil, 22 Argent, 1 Grade officier, 1 Ordre du mérite et 6 Grade chevalier.
Selon le Général de brigade, médecin chef et directeur de l’hôpital Principal de Dakar, Bakary Diatta, cette cérémonie est une communion, mais montre aussi que les travailleurs sont en famille. De cette fraternité agissante, il a dit que 2015 était une année de combat et de défi. Mieux, il a affirmé que 2016 sera abordée sur cette même dynamique. Il a laissé entendre que des indicateurs de performance ont été fixés pour 2016-2020 avec des exigences qui vont permettre aux autorités de l’hôpital d’améliorer les temps d’attente, de rénover le bloc opératoire arrimé aux normes internationales, de relever le plateau technique. Pour cela, le médecin général compte sur l’adhésion de tous. « Nous devons réaliser ce rêve, la médaille de travail récompense vos compétences. Vos cadets doivent suivre vos pas », a affirmé le médecin général Diatta.
Quant au chef d’état-major général des armées, Mamadou Sow, il a cherché à requinquer le personnel. Le Cemga leur a fait savoir que le service de santé du pays compte sur l’hôpital Principal qui demeure une référence. Le Général Sow n’a pas manqué de rappeler que cet hôpital est au service de la communauté.
Le chef d’état-major général des Armées, paraphrasant un penseur, dira qu’on n’a jamais vu marcher ensemble la gloire et le repos. « Soyez généreux dans l’effort. Le travail doit se faire tous les jours. Le commandement militaire est à votre écoute et ne ménagera aucun effort pour la réussite de la mission. Chaque difficulté rencontrée devra être l’occasion d’un nouveau progrès», a lancé le Cemga Sow.

S. M. Sy CISSE


Serigne Modou Kara Mbacké est apparu jeudi dernier serein pour exprimer son souhait, au seuil de ce nouvel an, de voir des Sénégalais « dignes, patients,  courageux, qui prêchent la bonne parole en l’alliant aux bons actes ».
Avant-hier, lors de sa traditionnelle rencontre avec ses talibés du Mouvement mondial pour l’unicité de Dieu (Mmud), dans l’après-midi du 31 décembre, le descendant de Mame Thierno Birahim Mbacké (bras droit de Borom Touba) est revenu sur la grandeur de Cheikh Ahmadou Bamba, qui faisait face aux colons, avant de prendre le dessus sur eux avec brio. D’après lui, les conflits et autres soubresauts qui se passent dans le monde n’atteindront pas le Sénégal. Il a donné cette assurance qu’il puise, dit-il, « des grâces, nées du legs livresque de Serigne Touba, qui a une portée mystique sans conteste et nous protège ». A l’en croire, « Cheikh Ahmadou Bamba est le sauveur de l’humanité », comme il aime le répéter.  Cheikh Modou Kara a « loué les bienfaits de Serigne Touba dont Dieu lui a gratifié ». L’initiateur du concept « Bamba Fepp » se dit convaincu que « le Cheikh nous propose un projet de société et quiconque s’en inspire réussira ». Il a ainsi invité le président Macky Sall à suivre la bonne voie pour faire du Sénégal un pays développé et prospère. A ce propos, il a salué la bravoure du chef de l’Etat et celle de ses collaborateurs. « Nous ne pouvons pas nous tirailler avec lui. Moi, je n’ai pas le droit d’être un opposant. La politique politicienne vit ses derniers jours au Sénégal. Seule la vérité absolue va triompher», a dit, avec force, le président fondateur du Mouvement mondial pour l’unicité de Dieu (Mmud), qui fête ses vingt ans.
Le khalife de Mame Ousmane Mbacké Noreyni ibn Thierno a demandé aux autorités de soutenir les enseignants de l’école sénégalaise. Abordant l’affaire Lamine Diack, Serigne Modou Kara veut qu’on respecte la dignité et la présomption d’innocence du mis en cause. « La vie nous réserve des surprises ! Personne n’est à l’abri et nul n’échappe à son destin », a affirmé le leader du Mmud, qui pensent que des gens font pire sans être inquiétés. Serigne Modou Kara, dans un accoutrement martial digne d’un officier de l’Armée de mer, petite canne à la main droite et un chapelet grisâtre, a invité le président de la République à libérer Karim Wade à la veille du 4 avril prochain. « Je compatis vraiment à la peine d’Abdoulaye Wade ; il a besoin qu’on libère son fils », a clôturé Ahmadou Kara Mbacké Noreyni.

Serigne Mansour Sy CISSE


La 104ème édition du Gamou annuel de Malicounda a été célébrée dans une communion et une ferveur intense. Le Khalife général des « Hamalistes », Cheikh Tahirou Doucouré, dit être en phase avec le président Macky Sall dans sa lutte contre le radicalisme.
La communauté « Hamaliste » a célébré son gamou dans une belle ferveur religieuse à Malicounda, foyer de rayonnement de cette branche du tidjanisme au Sénégal. Tout comme les années précédentes, la célébration a mobilisé des milliers de  fidèles venus de partout. Le Khalife Cheikh Tahirou Doucouré a appelé à un retour à la foi, invité ses coreligionnaires à s'inspirer de la vie de Muhammad (Psl). Il a rendu un hommage au chef de l’Etat, Macky Sall, pour sa lutte contre l’extrémisme religieux. Le guide religieux a en outre déploré le nouvel islamisme qui est en train de prendre forme et véhiculé par des hommes qui disent combattre au nom de Dieu. Selon lui, il n’y a qu’un seul islam : celui prôné par le Sceau des prophètes. Cheikh Tahirou Doucouré s’est dit être en phase avec le président Macky Sall dans sa lutte contre le radicalisme religieux. S’agissant du port de la burqa, le guide des « Hamalistes » a également fait savoir que si cela constitue une question de sécurité nationale, son interdiction se justifie.
Baba Tandian qui dirigeait la délégation officielle, a apporté un message de salutation du chef de l’Etat. Selon lui, la communauté soninké au Sénégal s’est fortement agrandie et a un rôle à jouer dans un Sénégal émergent. « C’est ce que le khalife a compris et nous a béni pour que nous puissions être des rassembleurs pour l’idéal sénégalais », a dit M. Tandian. S’agissant du programme de modernisation des cités religieuses, M. Tandian a dit avoir une assurance sur les actions que le président va faire et qui seront étendues jusqu’à Malicounda. « Aujourd’hui, il n’y a plus de petites familles religieuses. Vu ce qui se passe sur le plan mondial avec le radicalisme et l’extrémisme, il ne faut négliger aucun foyer religieux », a-t-il indiqué. « Ces familles religieuses sont là depuis longtemps et ont forgé les Sénégalais dans un islamisme modéré et accepté de tout le monde ; ce qui fait que l’intégrisme n’a pas sa place au Sénégal qui est protégé grâce à ces foyers religieux qu’il faut vraiment soutenir », a-t-il noté.

S. O. FALL


Deux pirogues ont encore chaviré dans le canal de délestage des eaux, communément appelé « brèche du Gandiolais ». Ce canal a été aménagé depuis 2003 dans l’embouchure du fleuve Sénégal par les services de l’Etat, en étroite collaboration avec nos partenaires marocains, en vue de protéger la ville tricentenaire de Saint-Louis contre les inondations dues aux eaux de pluies et à la forte crue du fleuve. Cette brèche s’est élargie de 4 m en 2003 à 5,2 km de large en janvier 2015. Ainsi, depuis 2003, des centaines de pêcheurs ont trouvé la mort dans des accidents qui se produisent régulièrement dans cette brèche. Le dernier drame est survenu au moment où deux pirogues tentaient de traverser cette brèche dangereuse.
La furie des eaux, accentuée par la houle, a fait chavirer leur embarcation frêle et vétuste. Selon des témoignages recueillis à Guet-Ndar, le nommé Makhou Kombé Sène et son neveu, qui opéraient à bord de l’une de ces embarcations, sont portés disparus. Ces pêcheurs sont domiciliés à Ndar Toute (Santhiaba) et à Pondokholé.

Mbagnick Kharachi DIAGNE



AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.