banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Thiaroye-sur-mer : Des familles dans la tourmente à cause de l’émigration clandestine

06 Jan 2016
1442 times

L’association des rapatriés clandestins et familles affectées de Thiaroye-sur-mer est vivement préoccupée par le sort des nombreux jeunes disparus depuis le fléau de l’émigration clandestine. De nombreuses familles affectées par ce fléau vivent dans la tourmente après être restées sans leurs nouvelles depuis 2006.

Dix ans après le fléau qui a affecté la jeunesse de Thiaroye-sur-mer qui empruntait des pirogues pour se rendre en Europe, de nombreuses familles de ces jeunes piaffent d’impatience de connaître le sort des leurs dont elles n’ont plus la moindre nouvelle depuis cette période. Et la situation est d’autant plus difficile pour ces familles qu’elles ne savent pas si elles doivent faire le deuil de ces jeunes ou attendre d’y voir plus clair. Pis, beaucoup de femmes mariées à ces jeunes vivent en ce moment une situation de demi-veuvage, ne sachant ainsi sur quel pied danser. Le Secrétaire général de l’association des rapatriés clandestins et familles affectées, Bara Ndoye, a rappelé que beaucoup de familles sont en deuil et plongées dans un profond désarroi si bien qu’elles méritent d’être assistées. A ce titre, l’association s’emploie à porter une assistance sur le plan psychologique et social aux membres de ces familles. «Jusqu’à présent, les plaies peinent à se cicatriser et nous dénombrons une vingtaine de femmes qui, aujourd’hui, vivent en situation de demi-veuvage ici à Thiaroye-sur-mer », a laissé entendre le secrétaire général de cette association. Il a également précisé que mêmes les fonds qui ont été dégagés dans le cadre du Frontex ne permettent pas encore de freiner le fléau de l’émigration. Le président de l’association, Baye Aly Diop, a insisté sur la douleur que les familles continuent d’endurer. A l’en croire, l’urgence est de faire en sorte que l’on sache exactement si à ce jour, ces jeunes figurent parmi ceux-là qui sont détenus dans les prisons ou s’ils ont simplement péri. « Les démarches que nous menions remontent du temps du régime de l’alternance et des personnalités comme Cheikh Tidiane Gadio de même que le grand Serigne de Dakar avaient fait montre d’une volonté réelle de régler le problème. Mais jusqu’à présent nous n’arrivons pas à être édifiés sur le sort de nos jeunes disparus », a martelé Baye Talla Diop.

Abdou DIOP


Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.