banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Journée de libre circulation des personnes et des biens entre le Sénégal et la Gambie : Les populations de Karang déjà mobilisées

10 Fév 2018
1344 times

Le compte à rebours a donc commencé à Karang Poste en perspective de la première édition des journées de la libre circulation des personnes et des biens entre le Sénégal et la Gambie. Les populations sont déjà mobilisées pour la réussite de cet événement prévu le 1er mars 2018.

L’occasion de la réunion du Comité régional de développement (Crd) présidée à Karang avant-hier par le gouverneur de Fatick, Souleymane Cissé, au nom du ministre de l’Intégration africaine, du Nepad et de la Promotion de la bonne gouvernance, Mbagnick Ndiaye, représenté par son directeur de cabinet El Hadji Tanor Dieng, a été saisie pour sensibiliser les populations à la pertinence de cette importante rencontre. Le sujet campé aussitôt après l’ouverture de la réunion par Jean Antoine Diouf, directeur de l’intégration régionale au Ministère de l’Intégration africaine, a permis aux uns et autres de mieux comprendre la motivation d’une telle journée consacrée à la libre circulation des personnes et des biens en Sénégambie.

M. Diouf est revenu sur l’importance que la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) accorde à la libre circulation des personnes, au droit de résidence et d’établissement contenu dans un texte de 1979 et les textes qui le complètent, qui ont permis à cette institution de se positionner comme pionnière en Afrique dans le domaine de la mobilité des populations. « Ce rôle avant-gardiste a été renforcé par la suppression, dès 1983, de l’exigence de visa pour les citoyens communautaires qui se déplacent dans les autres Etats membres de la Cedeao, l’adoption du passeport communautaire en 2000 et, plus récemment, l’institution de la carte d’identité biométrique de la Cedeao », a-t-il indiqué. Aussi, ajoute le directeur de l’intégration régionale, « parmi les principaux objectifs de l’organisation communautaire figure la création d’un marché commun. Pour réaliser cet objectif, la Cedeao a identifié quatre axes principaux que sont la libre circulation des biens et des personnes, la levée des barrières non tarifaires, la constitution d’une union douanière à travers un schéma de libéralisation des échanges et un tarif extérieur commun ainsi que la mise en place de politiques commerciales communes ».

Lever les entraves
Autant de recommandations formulées dans cette dynamique de libre circulation des personnes et des biens dans l’espace Cedeao mais dont l’effectivité de son application rencontre beaucoup d’entraves que la plupart des intervenants n’ont pas manqué d’évoquer dans les débats. Ce sont les représentants des organisations communautaires de base, les transporteurs, les jeunes, les délégués de quartier, venus en masse, qui ont posé ces préoccupations quotidiennes des populations de Karang et d’Hamdallah. Même si, selon le maire de Karang, Diokine Gomis, « l’intégration et la libre circulation ne font l’objet d’aucun doute puisqu’elles sont vécues intensément entre les différentes populations le long de la frontière ». Il a rappelé le récent tournoi de football qui a opposé les hommes de tenues des deux pays et qui a été bien apprécié par les populations. Donc cette journée vient à son heure comme l’ont soutenu certains orateurs comme le représentant du syndicat des chauffeurs et transporteurs de Karang.

Toutefois, certains participants ont évoqué le marché de libre échange avec les tracasseries douanières de part et d’autre des deux pays, mais aussi l’éternel goulot d’étranglement qu’est la traversée du bac (ferry) gambien sur la route de la région sud ou l’inverse vers l’intérieur du Sénégal. Il est également question de sécurité et d’éclairage public, de difficultés d’approvisionnement en eau potable dont fait face la commune.

Autorités et élus invités à s’impliquer
Pour cela, il convient, selon le directeur de cabinet du ministre de l’Intégration africaine et du Nepad, « de rendre effectif le Protocole sur la libre circulation des personnes, le droit de résidence et d’établissement de 1979 et les textes qui le complètent dans le domaine de la mobilité des populations au sein de l’espace régional. Et surtout la libre circulation des biens, l’institution du schéma de libéralisation des échanges pour mieux matérialiser la zone de libre échange de la Cedeao, offrant ainsi un levier puissant pour l’accroissement du commerce intracommunautaire et la stimulation de l’activité économique ».

La journée d’intégration du 1er mars devrait servir de cadre de discussion et de recherche de solutions autour de toutes ces questions. Les autorités régionales et les élus du département, particulièrement le long de la frontière, ont été invités par le gouverneur de Fatick à se mobiliser pour la circonstance afin de réussir cette importante rencontre qui vise, selon le directeur de cabinet du Ministère de l’Intégration africaine, El Hadji Tanor Dieng, « à réaffirmer l’engagement politique des autorités sénégalaises pour l’effectivité de la libre circulation des personnes et des biens au sein de la Cedeao, en particulier en Sénégambie ».

Les acteurs des deux pays seront ainsi sensibilisés aux enjeux d’une telle opportunité de prendre des mesures plus hardies en vue de lever les entraves à la libre circulation des personnes et des biens dans l’espace régional. Un comité préparatoire et de suivi a été proposé par le gouverneur Souleymane Cissé sous la supervision du sous-préfet de Toubacouta avec comme membres les maires, les élus et toutes les autres personnes.

Mohamadou SAGNE

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.