banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Pacasen : Le programme expliqué aux élus locaux

20 Fév 2018
2004 times

Avec un financement d’environ 130 milliards de FCfa pour une durée de cinq ans (2018-2023), le Programme d’appui aux communes et aux agglomérations du Sénégal (Pacasen) devra impacter 123 communes dans la phase pilote. Hier, l’Agence de développement municipal (Adm) en charge de l’exécution et de la coordination dudit programme a initié un Crd à la Chambre de commerce, d'industrie et d'agriculture de Dakar (Cciad).

En perspective au démarrage effectif du Programme d’appui aux communes et aux agglomérations du Sénégal (Pacasen) au plus tard en fin mai, l’Agence de développement municipal (Adm) a organisé, hier, un Comité régional de développement (Crd) élargi aux maires et autres acteurs territoriaux, conformément aux termes de référence et à la note synoptique.

L’objectif ainsi fixé est de mieux informer l’ensemble des acteurs territoriaux sur les orientations, le champ d’intervention, le dispositif et les modalités de mise en œuvre dudit programme.

En effet, le gouvernement du Sénégal a initié, avec l’appui technique et financier de la Banque mondiale (Bm) et de l’Agence française de développement (Afd), le Programme d’appui aux communes et aux agglomérations du Sénégal (Pacasen) d’un montant de 260 millions de dollars Us. Les différentes contreparties sont : 60 millions de dollars du Sénégal, 110 millions de la Bm et 90 millions de l’Afd, soit environ 130 milliards de francs Cfa pour une durée de cinq ans (2018-2023). Seules les communes ayant une population de plus de 30.000 habitants seront concernées.

Le secrétaire général de l’Adm, Mamadou Wade, procédant à la présentation synoptique du Pacasen résumée en 13 points, a déclaré que ce programme va concerner, pour la phase pilote, 123 communes que sont Dakar (Biscuiterie, Parcelles Assainies, Plateau…), Fatick (Gossas, Birkilane, Kaffrine…), Thiès (Mbour, Cayar, Khombole…) qui totalisent plus de 50% de la population du Sénégal. « Son but est d’inciter à la performance des collectivités locales. Nous verrons qu’in fine, toutes les villes seront impactées », a indiqué M. Wade.

A l’en croire, le Pacasen est une déclinaison du Programme d’opérationnalisation de l’Acte 3 de la décentralisation du Sénégal (Proactsen) qui comporte quatre sous-programmes qui visent principalement le renforcement des capacités de gouvernance des collectivités territoriales, l’accroissement des capacités de financement et leur amélioration.

Le secrétaire général de l’Adm a aussi soulevé l’insuffisance des ressources dédiées aux communes. Il a précisé qu’entre 2011-2015, seul 1,4 % du Pib représente les dotations de l’Etat et 5,1% des dépenses totales de l’Etat malgré les efforts considérables.   

De son côté, Cheikh Issa Sall, directeur général de l’Adm, a souligné que le Pacasen est une innovation car les collectivités territoriales seront désormais considérées comme des entités matures et cela leur permettra de mieux s’organiser. « Le coaching territorial va continuer », a-t-il affirmé.

Pour sa part, Birame Owens Ndiaye, le conseiller technique au ministère de la Gouvernance territoriale, du Développement et de l’Aménagement territorial, a fait comprendre que le Pacasen permettra de fournir ses services aux populations. « L’objectif est de donner des moyens d’investissement pour améliorer les services rendus ; nous progressons dans ce sens », a-t-il fait remarquer, non sans préciser ceci : « L’idéal pour les communes, c’est de voter leurs budgets le 31 décembre de chaque année ».

Ce programme, approuvé par le Conseil d’administration de la Banque mondiale, vise à soutenir la consolidation et l’approfondissement du processus de décentralisation en améliorant le financement des collectivités territoriales et leurs performances dans leur fonctionnement et la gestion des investissements locaux.

Serigne Mansour Sy CISSE

 

Last modified on mardi, 20 février 2018 13:45
Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.