banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Lotissement sur le domaine maritime à Thies : Abdoulaye Sow dénonce et accuse le Conseil départemental

01 Mar 2018
1861 times

C’est de visu que des journalistes ont constaté, hier, des travaux de terrassement et une opération de lotissement sur le domaine public maritime à Kayar dans le département de Thiès. Le président de la Commission de l’aménagement du territoire et des domaines du Conseil départemental de Thiès, Abdoulaye Sow, accuse le bureau du conseil de violation du Code l’environnement.

Le président de la Commission de l’aménagement du territoire et des domaines du Conseil départemental de Thiès, Abdoulaye Sow, a fait constater aux journalistes une opération de terrassement et de lotissement sur le domaine public maritime dans la commune Kayar hier. C’est précisément dans les périphéries du village de Ndiokhop Guéthi. Il dit être informé de ces travaux depuis le 24 février. « Sur deux kilomètres, des individus ont posé des bornes de terrains 20/20 dans une zone sensible et protégée par le Code de l’environnement. Ils ont pris du sable dunaire. Ils ont déplacé des dunes serrées à des terrassements menaçant tout l’écosystème », a déploré M. Sow. Il qualifie cet acte de « crime » au vu des lois et règlements et du Code de l’environnement, avant d’accuser nommément le premier secrétaire élu du Conseil départemental de Thiès, Pape Moussé Diop, qui a été nommé par une commission ad oc chargée des affaires maritimes pour le compte du président du Conseil départemental. Lequel a délégué ses pouvoirs et prérogatives au vice-président Yakhoba Diattara qui, selon Abdoulaye Sow, a institué « cette commission clandestine ».

En en croire le président de la Commission de l’aménagement du territoire, faisant fi du Code de l’urbanisme et du celui du Code général des collectivités locales et de l’environnement, M. Diattara et sa commission ont procédé à une agression d’une zone protégée qui, « au-delà d’un délit, est un crime passible de poursuite ». Poursuivant ses récriminations, Abdoulaye Sow rappelle que le Conseil départemental s’est pourtant réuni en session pour voter une résolution en faveur de la protection de l’environnement. Cette résolution, dans ces dispositions, avait prévu la protection du domaine public maritime et du massif de Thiès. « En posant cet acte, les membres du bureau du Conseil départemental ont trahi la confiance de cette institution et ont fait un acte de banditisme suprême qui vise à créer un drame écologique dans département de Thiès », a accusé Sow, pour qui le Conseil départemental n’en est pas à sa première expérience. « Depuis trois an, j’ai dénoncé, avec d’autres collègues, plusieurs forfaitures. Au moment où je vous parle, les conseillers n’ont pas perçu, depuis une année, leurs frais de déplacement. Idrissa Seck leur doit 11 millions de FCfa », a-t-il dénoncé.


Diattara nie, s’explique et annonce une plainte

C’est la réponse du berger à la bergère. Le vice-président du Conseil départemental n’a pas perdu du temps pour apporter la réplique au président de la Commission de l’aménagement du territoire et des domaines du Conseil départemental de Thiès, Abdoulaye Sow. Yankhoba Diattara s’est dit étonné par les propos de celui-ci et « les accusations » qu’il porte à leur endroit.

« C’est par voie de presse que j’ai suivi un déplacement du président de la Commission aménagement du territoire sur le domaine public maritime ce matin (Ndlr : 27 février), mais surtout les accusations qu’il porte contre nous et qui sont extrêmement graves. Et d’ailleurs j’ai décidé de porter plainte pour diffamation contre Abdoulaye Sow », a réagit Yankhoba Diattara suite aux accusations d’Abdoulaye Sow. Il signalé que le Conseil départemental a la compétence de la gestion du domaine public maritime. « De ce point de vue, j’ai été saisi à plusieurs reprises par le préfet et le receveur des domaines pour délibérer sur des projets en cours de réalisation sur le domaine public maritime de Thiès. Mais le Conseil départemental ne s’est pas encore prononcé pour donner un avis sur ces projets. Sur le complexe hôtelier de Cheikh Guèye, quand j’ai été saisi par le receveur des domaines, j’ai transmis le dossier à Abdoulaye Sow, président de la Commission aménagement, pour avis.

Il a mené une mission sur place. Malheureusement après cette mission, Abdoulaye Sow a donné un avis favorable à Cheikh Guèye pour poursuivre les travaux. Les lettres qu’il a transmises à Cheikh Guèye sont là. S’il y a quelqu’un qui a violé le domaine public maritime, c’est bien Abdoulaye Sow », a laissé entendre Yankhoba Diattara. Ajoutant que même si l’avis n’est donné que par le Conseil départemental, soumis au délibéré par approbation, ils sont étonnés d’entendre qu’Abdoulaye Sow a mené une mission pour dire que c’est le Conseil départemental qui mène des travaux. « J’ai été saisi par Cheikh Guèye qui m’a informé que des travaux sont en train de se faire. Il m’a annoncé que c’est le Conseil départemental, alors que je lui ai demandé quel Conseil départemental ? Il m’a donné le numéro de téléphone portable du commandant de la gendarmerie que j’ai appelé et qui m’a confirmé qu’il y avait des travaux sur le domaine public maritime. Alors je me suis dit que c’est moi-même qui vais me déplacer. J’ai constaté qu’il y avait bien un projet de lotissement. Alors, j’ai contacté l’adjoint au maire de Kayar et le président comité ad hoc chargé du suivi du domaine public maritime qui était aussi étonné », a expliqué l’ancien premier adjoint au maire de Thiès. Selon lui, jamais le Conseil départemental de Thiès n’a transmis un projet de lotissement sur le domaine public maritime. « Le seul projet de lotissement dont j’ai été informé venait du receveur des impôts et domaines qui voulait le morcellement du domaine et je lui répondu négativement. Car le domaine du public maritime doit faire l’objet d’un aménagement concerté. Dans le cadre du plan départemental de développement, ce projet doit être intégré pour l’aménagement du littoral », s’est dédouané le Conseil départemental.  

Nd. M. SECK

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.