banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Budget de la commune des parcelles assainies : L’Education et le Cadre de vie en priorité

17 Mar 2018
1435 times

La mairie des Parcelles Assainies a voté, il y a quelques semaines, son budget de l’année 2018 qui s’équilibre, en recettes et en dépenses, à la somme de 1.981.500.000 FCfa contre 2.240.000.000 FCfa en 2017. Soit une baisse de 258.500.000 FCfa en valeur absolue et de 11,54 % en valeur  relative. La « surpriorité » de la mairie reste l’éducation et la priorité, le cadre de vie.

Selon le rapport de présentation dudit budget, cette baisse est due à la limitation des investissements par l’excédent de fonctionnement capitalisé.
Dans la prévision budgétaire, les recettes allouées au fonctionnement s’élèvent à 1.583.925.197 FCfa et celles affectées à l’investissement s’évaluent à 397.574.803 FCfa.
« Le budget de cette année est calculée sur la base de la moyenne triennale (ce que nous recouvrons chaque année). Nous avons voulu terminer tous nos projets et profiter de l’occasion que l’Etat nous offre en prenant en charge beaucoup de domaines : l’investissement, la voierie, l’aménagement urbain, les salles de classe… », a dit le maire Moussa Sy.

« Là où nous avions 40 à 60 millions par année, nous recevons maintenant moins de 20 millions FCfa. Cela relève de la programmation du Trésor ; nous n’avons pas les coudées franches pour programmer nos opérations. Il y a une tension et un planning très exigus. Ce qui a causé la baisse des recettes », a poursuivi M. Sy.

Le conseiller municipal qui veut disposer d’un budget rationnel a souligné que la mairie débourse 580 millions FCfa annuellement pour le paiement des salaires et autres indemnités, soit près de 38 millions FCfa par mois. A l’en croire, la surpriorité reste l’éducation.

« Il y a une carte scolaire très grande dont 24 écoles élémentaires. Nous avons 12.000 élèves aux Parcelles ; il faut qu’ils soient dans de très bonnes conditions. L’Etat prend en charge les 6 écoles des Unités 8, 9, 10, 26 et 25. L’année dernière, nous avions construit 4 écoles. Cette année aussi, nous allons en réhabiliter autant : Unités 12, 16, 19 et 21 », a-t-il expliqué.

D’après Moussa Sy, en termes d’objectivité, la commune a planifié ses crédits suivant les domaines pris en charge par le gouvernement. « Nous avons transféré ces crédits vers d’autres secteurs. Nous allons réhabiliter les postes de santé des Unités 8, 26, 9 et 22 et les terrains de basket. Les travaux de l’école Hlm Grand Médine ont été achevés pour un coût de 63 millions FCfa », a laissé entendre le premier magistrat de la commune, affirmant être en avance sur ce délai.

Toutefois, il a laissé entendre que les Parcelles Assainies n’ont pas atteint  les objectifs en termes de recouvrement des recettes indirectes.

Priorités
« Nos priorités, c’est le cadre de vie. Nous allons continuer le pavage, la réhabilitation de l’éclairage public, le stade municipal (Ndlr : les travaux ont démarré en 2014 avant qu’un différend ait lieu entre l’entrepreneur et l’édile). L’Etat avait pris l’engagement de terminer les travaux lors des conseils de ministres décentralisés en 2016. On nous avait parlé d’un délai de 9 mois qui est aujourd’hui dépassé, mais beaucoup d’efforts ont été faits. Nous espérons que, d’ici le mois de juin, on aura terminé les gros œuvres. Que le prochain championnat qui polarise plus d’attention se joue ici  et non à Guédiawaye ou à Pikine », a indiqué le maire. Il a également inscrit l’année budgétaire de la municipalité dans le social.

L’autre priorité, c’est l’assainissement. Moussa Sy dira que l’Office national de l'assainissement du Sénégal (Onas) a injecté une enveloppe de 800 millions FCfa dans 5 quartiers des Parcelles Assainies : les Unités 24, 25, Hlm-Grand Médine, Unité 17, etc.

« Les populations sont satisfaites et l’ont dit aux autorités de l’Onas lors de la visite du 7 mars dernier. Cela était un plaidoyer que nous avions porté de 2009 à 2014. En 2017, les populations ont constaté un  léger mieux par rapport aux inondations. Les Parcelles ont un réseau d’assainissement très vieux qui date des années 90.  Nous prions pour que les réseaux de pompage et bâches puissent fonctionner. Nous encourageons l’Onas et le gouvernement qui, depuis 2008, ont beaucoup fait »,  a-t-il souligné.

Pour les habitants, il leur a demandé d’avoir un comportement patriotique et citoyen pour entretenir les ouvrages du réseau d’assainissement.

Compétition au Pacasen
« Ce n’est pas pour des ordures ou produits toxiques que nous les avons créés. Nous avons 40 jeunes qui, depuis 2009, font le travail de l’hygiène et du cadre de vie en procédant au désensablement, curage des  caniveaux ouverts et avaloirs, en appoint avec ce que fait l’Onas. Nous pensons que, cette année, nous allons les régulariser en Cdi. L’année dernière, nous en avions embauché une  dizaine », a confié M. Sy.

Revenant sur le Programme d'appui aux communes et agglomérations du Sénégal (Pacasen) dont les fonds servent à l’investissement et une partie dédiée à la formation des acteurs, le maire a souligné que certains critères retenus pour les bénéficiaires concernent le taux démographique élevé, le vote du budget au 31 décembre approuvé, etc. « Ce qui serait mieux, c’était de mettre en compétition toutes les 557 communes, et après, en retenir 123. Mais, ils ont fait leur choix. Sur les 123 concernées, il faut s’attendre à ce que d’autres municipalités soient exclues du système, car ne pouvant plus remplir ces critères. La Banque mondiale et l’Agence française de développement (Afd) sont des institutions qui ne badinent pas avec la crédibilité », a-t-il commenté, souhaitant que « l’Acte 3 de la décentralisation, tant chanté par nos gouvernants, soit profitable aux collectivités locales ». « Des moyens importants doivent suivre pour tous ; sinon, c’est de la discrimination », a déclaré M. Sy, soutenant avoir touché, durant les 4 dernières années, toutes les populations.

Moussa Sy a, par ailleurs, fait comprendre que le responsable du Service public local, Cheikh Ndiaye du Trésor, fait beaucoup d’interventions. D’ailleurs, il avait réuni l’ensemble des maires de Dakar pour trouver un arrangement sur la patente en leur permettant de disposer d’une information financière.

Serigne Mansour Sy CISSE

 

 

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.