banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Communes de Saint-Louis et Gandiole : Réflexions sur l’érosion côtière et maritime

31 Mar 2018
1542 times

Le maire de la commune de Saint-Louis, Mansour Faye, a rendu, hier, un vibrant hommage aux responsables et membres de la Convergence des Saint-Louisiens pour le réflexe qu’ils ont eu d’organiser dans la capitale du Nord un atelier sur « les changements climatiques et l’érosion côtière et maritime dans l'agglomération de Saint-Louis : état des lieux, des connaissances et des solutions ».

Le premier magistrat de la vieille cité, par ailleurs ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, s’est adressé au président de cette convergence, Saër Niang, au Pr Mamoussé Diagne, à Makhtar Diagne, à Cheikh Tidiane Tall, aux fils et ressortissants de Saint-Louis qui ont répondu massivement à cet appel, pour réitérer l’engagement indéfectible des autorités administratives et municipales à contribuer efficacement à cette réflexion initiée par la Convergence des Saint-Louisiens et animée par les Pr Dah Dieng, Boubou Aldiouma Sy de l’Ugb, le Dr Kader Bâ de l’Institut des sciences de la terre (Ist) et plusieurs autres experts de l’environnement. Le maire Mansour Faye s’est réjoui de l’organisation de cette rencontre qui a réuni hier les institutions, les experts et acteurs locaux pour échanger et partager leurs connaissances de cette préoccupante question de l'érosion côtière et des solutions durables à adopter face à la grande vulnérabilité de la Langue de barbarie à l'avancée de la mer.

Menaces actuelles de l’érosion côtière
Selon le Pr Dah Dieng, la façade atlantique de la région de Saint-Louis est actuellement l'un des sites les plus vulnérables à l'érosion côtière au Sénégal et en Afrique de l'Ouest. Ce site estuarien du fleuve Sénégal présente une configuration morphologique très basse, séparée de l'océan par une bande sableuse, la Langue de Barbarie, son unique rempart contre l'avancée de la mer. Les aménagements et interventions anthropiques, dans un contexte de changement climatique, ont engendré depuis des décennies de profondes modifications fragilisant progressivement cette flèche sableuse large de 150 à 400 m et exposant continuellement ses populations à l'agression marine. Deux situations très préoccupantes caractérisent les menaces actuelles de l'érosion côtière dans l'agglomération de Saint-Louis. Dans la commune de Saint-Louis, a-t-il précisé, les assauts récurrents des vagues sont consécutifs à l'avancée de l'océan sur le front de mer que constituent les quartiers de Goxu-Mbacc, Ndar-Toute et Guet-Ndar. Cette vulnérabilité de Saint-Louis menace essentiellement les populations et leurs habitations. Certaines victimes ont déjà été déplacées et recasées provisoirement dans des quartiers de Saint-Louis. Dans la commune de Ndiébène-Gandiol, a-t-il ajouté, le canal de délestage ouvert en octobre 2003 s'est élargi sous l'effet de la dynamique érosive fluviomarine, passant de 4 m à plus de 5 km actuellement. Cette brèche anthropique a déjà fait disparaître des habitations, des infrastructures hôtelières, des exploitations maraichères et menace actuellement la réserve ornithologique que constitue le parc national de la Langue de Barbarie.

Pour le Pr Dah Dieng, l'arrière-pays de la Langue de Barbarie présente un écosystème d'une grande richesse écologique et d'une importante et fragile biodiversité. Il est composé de mangrove relictuelle par endroits, de sites de reproduction d'oiseaux, de plage de ponte des tortues marines, de réserve animalière, entre autres.

Un environnement vulnérable
Cet environnement devenu très vulnérable accueille deux sites remarquables par leur valeur culturelle et environnementale : l'île de Saint-Louis, classée patrimoine mondial de l'Unesco et le parc national de la Langue de Barbarie appartenant au Réseau des aires marines protégées de l'Afrique de l'Ouest (Rampao). Toute cette riche diversité patrimoniale et biologique, de sites culturels, touristiques et environnementaux, constitue des joyaux de la réserve de biosphère transfrontalière du delta du fleuve Sénégal, dépassant le cadre de la commune de Saint-Louis, embrassant et préoccupant l'ensemble de la communauté du département de Saint-Louis et bien au-delà. M. Dieng a rappelé que depuis l'édification du mur de protection de Guet-Ndar entre 1926 et 1930, aucune infrastructure de protection n'avait été réalisée jusqu'en 2017. Ce mur est à plusieurs endroits détruit par l'agression de la mer et du niveau des eaux. Beaucoup d'habitations sont régulièrement atteintes et endommagées et leurs occupants déplacés et recasés provisoirement. Des travaux d'urgence de protection contre l'érosion côtière de la Langue de barbarie sont entrepris par la municipalité depuis 2017. Constitués de gabions, de géobags et d'épis, ces travaux commencent à soulager les habitants du quartier de Goxu-Mbacc où cette solution proposée semble bien adaptée du fait de l'existence encore d'une large plage. Dans les quartiers de Ndar-Toute et de Guet-Ndar qui présentent une configuration très différente avec la disparition de la plage, cette solution ne semble pas être la plus adaptée ni la plus efficace. Diverses études et recherches ont été menées par des structures et institutions nationales et internationales (Adc, Medd, Ugb, Ucad, Ulpgc, Arcadis, Drr, Aprhn...) pour la connaissance, le suivi et l'évaluation de ces deux phénomènes d'érosion côtière dans les quartiers de Goxu-Mbacc, de Ndar-Toute et de Guet Ndar à Saint-Louis et à la brèche à NDiébène-Gandiol. Des diagnostics ont été faits et plusieurs solutions ont aussi été proposées.

Engagements bi et multilatéraux
Il a enfin souligné que l’érosion côtière est la plus grande vulnérabilité actuelle de Saint-Louis. Elle fait de la vieille cité l'une des plus menacées par la montée des eaux marines, en Afrique voire dans le monde. Cette importante préoccupation a d'ailleurs récemment réuni à Saint-Louis le Président de la République Macky Sall, celui de la République Française, Emmanuel Macron et le Président de la Banque Mondiale Jim Yong Kim. Cette rencontre, unique dans les annales de la ville, dans la continuité du One Planet Summit de décembre 2017 à Paris, a vu la prise d'importants engagements bi et multilatéraux des hôtes de Saint-Louis pour la protéger contre l'érosion côtière.

Mbagnick Kharachi DIAGNE

 

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.