banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Gestion des communes, foncier, éclairage… : Dialogue fécond entre les populations de Wakhal Diam et les autorités locales

04 Mai 2018
684 times

Le village de Wakhal Diam, à cheval sur Bambey et Fatick, a abrité une rencontre d’échanges de haute facture sur le développement local. Celle-ci a réuni les autorités de la commune de Patar et du conseil départemental de Fatick ainsi que le secrétaire général de l’Agence de développement local (Adl), Alassane Ndour. Cette initiative a permis un dialogue fécond entre les populations et le maire Mamadou Aliou Diallo, qui a réagi à toutes les interpellations portant sur l’éclairage public, la problématique du foncier, etc.

L’Association de développement de Wakhal Diam, créée depuis un an, a organisé, la semaine dernière, sa première journée de réflexion. S’étant déroulé au milieu du village, à côté de l’école élémentaire, l’événement a vu la participation de plusieurs autorités locales parmi lesquelles le maire de Patar, Mamadou Aliou Diallo, le secrétaire général du conseil départemental de Fatick, Oumar Diouf, ainsi que le secrétaire général de l’Agence de développement local (Adl) et parrain de cette journée de réflexion, Alassane Ndour. Pour cette première édition, le thème a porté sur « les compétences de la commune, les difficultés des collectivités locales pour recouvrer les impôts et les obligations auxquelles sont soumis les citoyens en matière de paiement de taxe ».

En sa qualité de conférencier du jour, le secrétaire général du conseil départemental de Fatick, Oumar Diouf, a d’abord fait l’historique de la décentralisation, depuis 1972 jusqu'à l'Acte 3 de la décentralisation avec la communalisation intégrale, en passant par la régionalisation en 1996. Homme du sérail, il a bien maîtrisé son sujet, au grand bonheur du public. Il est revenu, de long en large, sur les compétences de la commune, les difficultés financières auxquelles celle-ci est confrontée et également les droits et devoirs des citoyens. Selon lui, les populations, au-delà de leurs droits légitimes, ont aussi des obligations parmi lesquelles le devoir de s’acquitter de l’impôt.
Par ailleurs, M. Diouf a abordé les projets que le conseil départemental de Fatick finance, en partenariat avec les mutuelles d’épargne et l’Agence de développement local. « Tout projet bien élaboré et soumis au conseil départemental peut être financé », a-t-il répondu aux populations qui l’ont interpellé sur les critères à remplir pour bénéficier d’un financement. Toutefois, il a indiqué que la première sélection a été bouclée avec le financement de quelques projets.
Cette première journée a permis un dialogue fécond inédit entre les populations et le maire de Patar, Mamadou Aliou Diallo. Celui-ci, accompagné de son staff, a réagi à toutes les interrogations de l’assistance portant sur la gestion de la municipalité, l’éclairage du village, le foncier et la collecte des taxes. A souligner que le premier magistrat de cette commune a appuyé l’association sur le plan financier, de même que l'inspecteur Adama Diouf, qui s'est lui aussi illustré par une brillante intervention.

Parrain de l'événement, Alassane Ndour a mis à la disposition de ladite association une grosse enveloppe financière qui a beaucoup contribué à couvrir les frais d’organisation de cette première édition. En outre, par un discours fort pertinent,  le secrétaire général de l’Adl a exhorté les jeunes à s'engager au service de leur terroir. « Personne, à part vous, ne viendra développer votre village », a-t-il martelé.
Au nom de toutes les populations, le président de l’association, Lamine Diouf, a exprimé sa gratitude aux hôtes de marque qui n’ont ménagé aucun effort pour faire de cette première édition une belle réussite. L’organisation de développement a saisi cette opportunité pour primer les meilleurs élèves de cette zone.

Diégane SARR

 

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.