banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Protection de l’enfant : La société civile en formation sur la planification et la budgétisation

05 Jui 2018
793 times

Une rencontre de cinq jours réunit à Dakar, depuis hier, près d’une trentaine de participants issus de treize régions du Sénégal, sur la planification et la budgétisation sensible aux droits de l’enfant dans les collectivités territoriales. Cet atelier de formation des formateurs vise à améliorer le dispositif de protection de l’enfant et le renforcement de capacités des organisations de la société civile.

Défini comme le processus par lequel les élus locaux passent pour consulter les communautés, débattre des politiques et décider des ressources publiques disponibles à affecter aux populations, dont les enfants, la « planification et la budgétisation sensibles aux droits de l’enfant » englobent plusieurs questions. Pour Mme Justine Laison, secrétaire exécutive de la Coalition nationale des associations et Ong en faveur de l’enfant (Conafe), après avoir formé plus de 120 collectivités locales dans ses zones d’intervention au Sénégal, leur organisation, avec l’appui de la fondation Save the children, a jugé nécessaire d’accompagner ses membres à l’intérieur du pays, dans leur travail de proximité avec les élus.

Cette volonté part du constat que les contributions attendues des collectivités territoriales sont souvent freinées par la rigidité de la nomenclature budgétaire, l’emprise des fonds de concours, la faible maîtrise des questions de droits de l’enfant, sans oublier les écarts notés entre les prévisions et les réalisations, rendant plus difficile la traçabilité des ressources allouées, en particulier à la protection. La question toujours pendante des enfants sans extraits de naissance dans certaines localités est assez illustrative. Comme pour étayer ces propos, Imam Elimane Diagne, le président du Collectif pour la modernisation des « daaras », relève que souvent les autorités municipales profitent des moments comme le Ramadan pour ravitailler les écoles coraniques en denrées alimentaires, alors que c’est loin d’être le seul accompagnement nécessaire aux « talibés ». Car, selon lui, parler des « talibés », c’est parler des enfants. Et eux qui sont impliqués dans cette modernisation veulent, à l’issue de cette formation en cours, aider les élus dans une meilleure prise en charge des enfants « talibés » dans leurs nomenclatures budgétaires.

Pour Abdoul Khadre Dieylani Lô, directeur de la Cellule d’appui aux élus locaux, au-delà de ce que les municipalités mettent à la disposition des enfants, il s’agit de faire de l’intégration des besoins de ceux-ci dans la planification et la budgétisation de la municipalité, une priorité.

Fara Michel DIEYE

 

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.