banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Premières pluies à Touba : L’espoir de ne plus vivre des inondations est permis...

29 Jui 2018
658 times

La première pluie de mercredi dernier signe l’installation de l’hivernage dans le Baol. De Touba à Bambey en passant par Diourbel, toutes les localités ont été bien arrosées. Les paysans ont fini de retrouver les champs. Mais, au moment où le monde rural affiche le sourire, certains citadins redoutent le cauchemar des inondations.

Toutefois, à deux semaines du « Magal » de Serigne Abdoul Ahad prévues le 7 juillet prochain, des mesures idoines devront être prises pour éviter des désagréments au cours de cet événement qui draine du monde dans la cité religieuse. Et, au delà de celui-ci, avoir en conscience que le Grand « Magal » de Touba se déroulera cette année durant la saison des pluies.

Dans les réseaux sociaux, des images faisant état d’inondations  ont circulé après la première pluie de ce mercredi. Mais, il y a eu plus de peur que de mal, puisqu’avant la nuit, les eaux ont disparu des points bas où elles se trouvaient. Une quantité négligeable de flaques d’eau était visible aux  alentours de la Grande mosquée, à la station service de Darou Khoudoss. A Ndamatou, l’hivernage est vécu comme un syndrome depuis les inondations de 2012 dont les souvenirs sont encore vivaces dans les esprits. Les eaux stagnantes à cet endroit n’ont nullement entravé les déplacements des populations. Aujourd’hui, l’espoir est permis pour juguler le problème d’évacuation des eaux pluviales les années à venir, comme l’ont déjà souligné le  gouverneur de la région, le maire Abdou Lahad Ka, le chef du village, Abdou Lahad Diakhaté, et Serigne Abdoul Ahad Mbacké « Gaindé », conseiller municipal et président de la commission environnement. La commune de Touba Mosquée dispose de trois performantes stations de pompage, « fonctionnelles à 100% »,  et d’un système de drainage qui a pris en compte  les principaux points bas.

15 milliards de FCfa investis
A Touba, l’alerte est donnée à la moindre pluie.  Le directeur général de l’Onas, Lassana Gagny Sakho, en visite de travail, le 5 juin dernier, avait procédé au démarrage du nouveau projet de doublement de la conduite de Keur Niang. D’un montant de 15 milliards de FCfa, celui-ci est en cours de réalisation et permettra à la ville de Touba d’être à l’abri des inondations, parce qu’il multipliera par trois la capacité de la station d’évacuation des eaux et les travaux exécutés par l’entreprise Svtp prendront fin en novembre prochain. Cette infrastructure constitue une avancée notable. Et M. Sakho avait fait savoir que dans les deux ans à venir, Touba ne connaîtra plus de problèmes d’assainissement. «Je ne dis pas aussi qu’il n’y aura pas d’inondation à Touba, cette année, mais elle sera sensiblement réduite, mais qu’il n’y aura plus d’inondation à Touba l’année à venir », avait-il déclaré. Suite à la pluie du mercredi dernier, les canaux de l’Onas  ont bien fonctionné, d’après le responsable de la station de pompage de Darou Khoudoss, Mor Ndaw, que nous avons rencontré devant une armoire de pilotage de trois groupes électrogènes (15 KW-380 V). Pour lui, il faut veiller au grain même si la situation n’est point alarmante. « Mais, puisqu’il vaut mieux prévenir que guérir, il est impératif de prendre les devants pour la municipalité de Touba », avait-il averti.
              

Mamadou DIEYE

…le désarroi des sinistrés de Khar Yalla à Saint-Louis

Après les premières pluies qui sont tombées à Saint-Louis, le spectacle est poignant et désolant sur le site de recasement de Khar-Yalla. Dans cette zone inondable, les 300 familles sinistrées de la Langue de Barbarie, sont montées au créneau pour déplorer leurs conditions de vie pénibles et désagréables.

Ces fortes pluies ont accentué le calvaire qu’elles endurent depuis plusieurs mois pour survivre sur ce site de relogement de Khar Yalla. Les tentes de fortune et autres abris provisoires dressés sur celui-ci, n’ont pas pu résister aux averses accompagnées de vents forts. Ainsi, des dégâts importants ont été enregistrés à cet endroit où on a constaté que de nombreuses tentes  ont été emportées par la pluie. Frustrés, dépités, les occupants sont actuellement dans le désarroi. Autant de raisons pour lesquelles ils ont bloqué, hier, la circulation sur la route  nationale n°2, à hauteur du croisement de Bango-Ngallèle, pour attirer l’attention des pouvoirs publics sur la situation qu’ils endurent.  « Nous voulons une solution à court terme, car  les services de la météorologie nous ont annoncé de fortes pluies », a déclaré haut et fort une mère de famille, arborant un foulard rouge à la tête.

D’autres manifestants ont abondé dans le même sens. Selon Ababacar Biteye,  directeur de cabinet du maire Mansour Faye, les autorités municipales de la capitale du nord se sont rendues sur ce site de recasement et ont constaté de visu les dommages provoqués par ces fortes pluies. Il a laissé entendre que des dispositions seront prises pour améliorer le cadre de vie de ces personnes déplacées.

Mbagnick Kharachi DIAGNE

 

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.