banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Opérations de déguerpissement au plateau : Des artères de Dakar débarassées de leurs épaves

03 Juil 2018
629 times

L’autorité préfectorale a démarré, la semaine dernière, des opérations de déguerpissement sur les rues et ruelles de Dakar-Plateau. Si certains usagers s’en félicitent, les mécaniciens et autres vendeurs touchés par cette mesure demandent plus de clémence.

Déguerpissement. Ce mot trouble le sommeil de certains Dakarois qui, de manière illégale, occupent la voie publique. En effet, les opérations de désencombrement des artères menées par le sous-préfet de Dakar, Djiby Diallo, depuis le mardi 26 juin dernier, installent la polémique dans la capitale.
Aux alentours de la Maison d'arrêt et de correction de Rebeuss, les populations rouspètent contre cette décision. « Les agents qui étaient venus ont causé des dégâts, et des bagages ont été emportés. Cela n’est pas bon », soutient Baye Fall, âgé de 22 ans. A côté de lui, se déchire de rage Ramata Bira Baldé. « Nous ne sommes pas en phase avec l’autorité préfectorale qui n’a envoyé aucune sommation. On a gâté les étals et les pièces détachées de chefs de garage qui sont des pères de famille. Certains d’entre eux doivent même rembourser », s’égosille la dame trouvée en pleine discussion, qui invite les autorités à les recaser ailleurs.

Mamadou Diallo, trouvé en train de déjeuner, scinde la poire en deux : « le côté positif de cette opération, c’est que les rues sont devenues propres, mais le hic, c’est qu’ils ont fait beaucoup de dégâts.»   
A la rue Armand Angrand, le mécanicien Cheikh Niang entonne le même hymne. Pour lui, les autorités n’ont pas respecté les règles du jeu. Faux, rétorque le sous-préfet de Dakar, Djiby Diallo, qui hier, lors de notre entretien, a brandi des décharges de sommation signées depuis janvier 2018 par certains d’entre eux. « Ces documents, j’en ai plusieurs exemplaires », a-t-il rectifié.

Dans ce chapelet de doléances, le mécanicien Pape Amadou Niang proteste contre les véhicules mis en fourrière. « Au nombre de 3, nous avons payé 30.000 FCfa pour récupérer l’un. Les  propriétaires des deux autres travaillent au ministère des Infrastructures et peuvent s’en occuper », affirme M. Niang, le regard hagard, car ce jour reste inoubliable pour lui. Gora Bâ est établi sur l’avenue Blaise Diagne. Marchand d’habits, il déplore la démarche de l’autorité. « C’est comme si nous ne sommes pas des Sénégalais. On a détruit nos tables et parasols. Alors que nous ne sommes pas sur la place publique, d’autres le sont et on les laisse faire ; il y a deux poids deux mesures. Ça ressemble bien à de la persécution et si cela continue, certains finiront à prendre les pirogues de fortune », regrette-t-il.

Dès qu’il a terminé ses ablutions, Mamadou Yacine Bâ nous rejoint. Il pointe du doigt son étal où sont exposées des chaussures de conception artisanale. A l’en croire, lorsqu’on est en règle avec la patente, la décence voudrait qu’on te laisse travailler. « Quand on m’a demandé de dégager, j’ai plié bagages », explique Moustapha Fall. Non loin d’eux, Habibatou et Kadiatou, vendeuses de cacahuètes, soutiennent, la peur au ventre, que ces opérations doivent se faire dans les règles de l’art. Libraire, établi sur l’avenue Blaise Diagne, Serigne Mbacké Fall pense que la loi doit être appliquée à tout le monde. Et que les maires aussi doivent jouer franc jeu en nettoyant leur périmètre communal. Détentrice de gargote, cette interlocutrice qui a hésité avant de nous parler, confie : « Je fais partie des déguerpies. Mais je suis simplement là pour vendre des repas, après je rentre ».

Serigne Mansour Sy CISSE

 

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.